Sur mesure

Écrite un peu en français et dans la langue de l’ironie

«Made for Sharing», le slogan de la campagne de la candidature de Paris aux JO2024 affiché sur le tour Eiffel, aurait dû me faire hurler. À peine ai-je haussé les sourcils et soupiré un tout petit coup. Le 14 juillet dernier, un animateur de France Inter souhaitait «Happy Fet’Nat» à ses concitoyens. Au lendemain du Superbowl, un commentateur sportif de Franceinfo saluait l’exploit de Tom Brady, célèbre «quarterback» des Patriots. J’ai eu un hoquet.

En décembre dernier, alors que je marrainais le Festival Aurores Montréal à Paris, j’ai rapidement constaté que toutes les vitrines de la capitale affichaient des vœux bien sentis: Merry ChristmasHappy New Year et Season’s Greetings. Après en avoir photographié deux douzaines, je me suis trouvée ridicule et me suis dit que l’exercice était vain. Que tout ce que mes post susciteraient, c’est une augmentation de votre détestation des Français que j’aime tant… la plupart du temps. J’ai préféré m’arrêter manger un lemon cake au Season Market, bien meilleur que ceux de Carrefour City. J’ai demandé un thé glacé. «Madame veut sans doute dire un iced tea?» Je suis bilingue maintenant, je suis de mon temps.

Alors que la tour Eiffel brillait de tous ses feux et arborait sa bannière de séduction Made for Sharing, un follower Facebook a tenté un «qu’en pensez-vous, madame Giroux, de ce slogan Made for Sharing?» Tel Rocky Balboa qui prend des coups, qui vacille mais reprend le combat, j’aurais dû jumper, me glisser entre les cordes du ring de cette chronique et monter au créneau.

Parce que l’air de rien, je suis sportive. Je me suis même fracturé un doigt de pied aux Olympiques d’hiver de Vancouver en 2010. J’allais faire une brassée de lavage quand je me suis pété l’orteil sur le cadre de porte. J’ai été championne junior de pétanque en 1972 aux Jeux du Québec de Chicoutimi et je suis arrivée deuxième en double féminin au tournoi de badminton d’Oka. À cette époque, pas si lointaine, on mettait la vaisselle qui traînait sur la pantry dans le sink pour la laver, on «pitchait» la balle dans la mitt du catcher, on accrochait le muffler avec de la corde après le bumper si y «slaquait» en chemin, pis on «mallait» nos lettres. Les francophones «punchaient» à shop aussi. Pendant que les boss unilingues anglos «runnaient» la business.

Il n’y a donc pas de quoi s’inquiéter. Tout est normal. On va avancer en arrière comme à tant d’autres chapitres. Dans sept ans, Paris pourra peut-être «sharer» tout ce qu’elle veut around the world. Si le comité olympique français remporte les Jeux, la planète ira à Paris en 2024 «trower» du javelin, «pichter» du hammer, «runner» du 100 meters, «spiner» du bike et «drinker» à la santé perdue de la langue française. Paris est sur les startings blocks.

C’est si joli Paris. On y boit, on y chante, on y rit. Depuis quelque temps, on y a peur aussi. On se recueille sur les tombes d’Apollinaire et Baudelaire, de Simone et Jean-Paul, de Molière et La Fontaine, d’Oscar Wilde et Jim Morrison. On peut même manger un mille-feuille caramel et poire sur les marches de l’Académie française, en espérant voir passer notre ami Dany. On déambule, le nez en l’air, rue de la Ferronnerie, là où Henri IV, qui avait eu la bonne idée d’envoyer Samuel de Champlain fonder Québec, a été assassiné en 1610 par un loup solitaire.

Elle est jolie, la France, elle qui se moque plus souvent qu’à son tour de cette encombrante francophonie et des 275 millions de locuteurs francophones qui lorgnent toujours un peu du côté de l’Hexagone dans l’espoir de… De quoi d’ailleurs?

Ne lui doit-on pas, à la France, berceau de notre belle langue et de quelques valeurs en partage, ce grand classique de la chanson populaire mondiale My Way, titre que Trump a choisi pour sa première danse, si tant est qu’on puisse appeler ça une danse, créée à l’origine par Claude François et reprise par Paul Anka, Frank Sinatra, Elvis Presley, Nina Simone, etc.? Je me lève et je te bouscule, tu ne te réveilles pas, comme d’habitude. Adapté, ça donne: And now, the end is near, and so I face the final curtain.

Trump a donc dansé sur And now, the end is near? Maintenant, la fin est proche. J’ai fait à ma tête. Gageons qu’il n’avait retenu que le refrain: I did it my way.

J’en entends certains glousser: «Ouin pis, come on, on est en 2017, on se calme, tout le monde parle anglais pis si on veut se faire comprendre dans le monde, ben on parle anglais… on est pas obligé de tout traduire, ça change quoi de toute façon.» Vous avez raison, tout ne se traduit pas de toute façon. Strawberries fields forever… Essayez pour voir. Et si the end était near?

Chansons suggérées:
It Is Not Because You Are, Renaud
For Me Formidable, Charles Aznavour
La langue française, Léo Ferré

Les offres sur Boutique.Voir.ca

Obtenez de 25% à 40% de plus dans ces établissements!