Ne manquez rien avec l’infolettre.
Voix publique

Une loi honteuse et bananière

Face à un mouvement qui refuse de rentrer dans ses terres, le gouvernement Charest a eu la main lourde et le réflexe autoritaire.

Avec sa loi 78, il a choisi de limiter les droits constitutionnels les plus fondamentaux d’entre tous: les libertés d’opinion, d’expression, d’association et de réunion pacifique.

Mais on aura beau la contester devant les tribunaux pour cause d’inconstitutionnalité flagrante, sa date de péremption du 1er juillet 2013 fait qu’elle ne se rendra jamais en Cour suprême où, en instance finale, elle y serait sûrement décapitée.

L’impensable est pourtant bel et bien arrivé. Au Québec, la loi 78 est la première offensive politique ouverte en plus de quarante ans contre les libertés civiles.

Pour se justifier, le gouvernement invoque la peur qu’il alimente lui-même en associant malhonnêtement les étudiants à la violence. Il brandit l’intransigeance de leurs leaders alors qu’ils ont multiplié les propositions concrètes pour contrer la hausse de 82% des frais de scolarité imposée par le gouvernement Charest.

Constat: ce dernier n’a jamais voulu régler ce conflit dans la conciliation. Il l’a nourri à des fins partisanes, électoralistes et idéologiques. 100 jours, près de 250 manifs et 1 000 arrestations plus tard, il pousse l’enveloppe jusqu’à en prendre prétexte pour brimer les libertés les plus fondamentales. Un réflexe autoritaire et bananier.

La loi 78 n’«encadre» pas le droit de s’exprimer et de manifester pacifiquement. Il l’est déjà par les chartes, lois et règlements existants. Elle le restreint. Énorme différence.

Elle accorde aux forces policières de nouveaux pouvoirs de contrôle et de surveillance particuliers pour ceux qui organisent des manifestations pacifiques. Ces pouvoirs sont larges et discrétionnaires. Aux dires de la nouvelle ministre de l’Éducation, la surveillance policière s’étendrait même jusqu’aux réseaux sociaux!

La loi 78 s’en prend aussi au droit d’association de plusieurs manières. Sa cible: associations étudiantes, syndicats et tout groupement contrevenant à un de ses diktats. Les amendes prévues sont écrasantes – de 1 000$ à 250 000$, selon le cas.

Si la manif du 22 mai a montré une loi 78 inapplicable sur une foule aussi immense, l’interdiction de manifester et les amendes salées imposées la veille par la police de Sherbrooke à un petit groupe montrait que la répression de la loi pourra s’appliquer pleinement à la plupart des manifs, par définition, moins grandioses.

Bref, le jour où tous les corps policiers appliqueront cette loi, les Québécois prendront la pleine mesure des droits qu’ils ont perdus. Ce qui décuplera d’autant leur colère. Pas étonnant que la presse internationale s’intéresse autant au «printemps érable».

En attendant les élections

La CLASSE propose la désobéissance civile pendant que le ministre de la Justice l’associe faussement à du «vandalisme». Or, qu’on l’approuve ou non, la vérité est que cette forme de résistance est avant tout un acte politique et pacifique.

La FEUQ et la FECQ optent pour une mobilisation «créative». Quant à la population, elle réclame, avec raison, une résolution négociée. Pour le moment, la demande reste vaine devant un gouvernement sourd et aveugle.

Trop sûr de lui-même, le voilà qui frappe l’os qu’il vient tout juste de jeter lui-même dans la soupe. Sa loi 78, malgré un sondage CROP aussi crédible qu’un millionnaire à une friperie, est appelée à rebuter de plus en plus de gens.

On dit de ce conflit qu’il est intergénérationnel. Un genre de combat extrême entre baby-boomers indélogeables et une nouvelle génération impatiente de prendre sa place. Il y a de ça, c’est certain.

Mais ce conflit en est surtout un de valeurs. Un conflit alimenté par le rejet croissant d’élites de plus en plus conservatrices. Sans compter cette forte impression d’être gouvernés par une idéologie où l’équité et l’éthique prennent carrément le bord. La commission Charbonneau le rappelle par sa seule existence. Le vrai face-à-face, il est entre deux visions antinomiques du bien commun.

Reste que nous assistons à l’arrivée d’une nouvelle génération politisée, conscientisée, mobilisée. Comme l’ont montré les méga manifs des 22 mars, 22 avril et 22 mai, elle marque le pas, mais elle n’est pas seule. Des appuis lui viennent de toutes les générations.

Ce qu’on n’avait pas vu venir, par contre, est ce gouvernement dépassé au point de se voter une loi pour brimer les droits des Québécois.

Le gâchis est tel qu’on entend dire que seule une élection pourra nettoyer les écuries. J’ai plutôt l’intuition que l’opération sera de bien plus longue haleine.

La reprise publique de parole par de nombreux Québécois en est un sacré bon début. D’où l’importance de dénoncer, sur toutes les tribunes, une loi honteuse dont le but ultime est d’en limiter l’exercice.

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie