Ne manquez rien avec l’infolettre.
Cinéma

Lauzon, Lauzone : Les copains d’abord

En sortant du film, trois évidences: ce type-là a été aimé, la vraie création est rarissime, et la force créatrice de Jean-Claude Lauzon est inspirante. Et ce ne sont pas les seules beautés de Lauzon, Lauzone, coréalisé par Louis Bélanger et Isabelle Hébert, sur le réalisateur d’Un zoo, la nuit et de Léolo.

En sortant du film, trois évidences: ce type-là a été aimé, la vraie création est rarissime, et la force créatrice de Jean-Claude Lauzon est inspirante. Et ce ne sont pas les seules beautés de Lauzon, Lauzone, coréalisé par Louis Bélanger et Isabelle Hébert, sur le réalisateur d’Un zoo, la nuit et de Léolo. Lauzon, Lauzone est avant tout un bon documentaire, une oeuvre de cinéma pensée et travaillée, portée par un souffle et un rythme aussi vifs que son sujet. "En lisant le scénario d’Isabelle Hébert, j’ai retrouvé les mêmes ressorts que pour un film de fiction: je pouvais faire un travail de cinéma, et raconter une histoire d’amitié, tout en portant mon regard sur l’oeuvre d’un autre. Et puis, Jean-Claude Lauzon est un personnage de cinéma, il a eu un destin tragique. Je faisais face à du matériel dramatique", explique Louis Bélanger qui, pour la première fois, travaillait sur un scénario qui n’était pas de lui. C’est Isabelle Hébert qui s’est lancée dans l’écriture. La mort de Lauzon avait laissé un grand vide, l’ami lui manquait, et en fouillant dans les poèmes et les bobines super-8 de l’artiste, cette dernière a dessiné un portrait qu’elle a voulu juste et honnête. "J’ai fait cette démarche avec tout mon coeur. J’avais un souci d’intégrité et de pudeur. Mais je ne savais pas que ce serait aussi risqué, dit-elle. J’ai eu peur de me tromper sur le personnage."

Car l’hommage à un tel être ne pouvait être complaisant, faux ou superficiel. Et c’est peut-être la chose la plus troublante dans ce film: tous ses amis ont une vision quasi identique de l’oiseau, mais aucun ne lui cire les bottes. C’est l’amitié dans toute sa splendeur: tendre, solide, fidèle et affichée; mais qui ne fait pas de cadeau. Pierre Bourgault, qui l’engueule sur les marches du Palais de Cannes, parce que Lauzon est furieux de n’avoir aucun prix; Guy Dufaux, dont la voix déraille dans l’émotion; Gaston Lepage et Gilles Maheu, qui éclatent de rire quand un souvenir revient à la surface, et Louis Grenier qui lit une lettre absolument magnifique. Au milieu des témoignages, Alma Lauzon, comme une mama universelle, LA mère québécoise, impose par sa drôlerie et son intelligence, à la fois triste et fière d’avoir engendré un être pareil.

Par des extraits de films, des entrevues, des images de Montréal qui défilent, un ours qui court, une biche aux abois, des arbres, des lacs et des hydravions, Bélanger et Hébert ont donné le relief d’un créateur. On soulève des bouts de genèse, des pans de vie, sa peur de la folie, la beauté de ses poèmes, son orgueil, sa propension à la méchanceté; mais aussi cette capacité à fouiller au plus profond de ses terreurs. "Le créateur va dans des recoins de son être qui ne sont pas le fun, mais il doit revenir à bon port", ajoute Louis Bélanger. En mettant Jean-Claude Lauzon en lumière, loin de s’abattre dans le souvenir et de revivre un deuil, les auteurs de ce long documentaire ont réussi à capter la force vitale et douloureuse de la création, et la stimulation que cela entraîne. Perdu dans ses pensées, assis sur un rondin de bois dans un camp, Lauzon a l’oeil sombre dans ce dernier plan… Il fait un drôle de Roi-Soleil. Qu’importe, il irradie.

Au complexe Ex-Centris
Voir calendrier
Cinéma exclusivités

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie