Ne manquez rien avec l’infolettre.
David La Haye et Haricot : La voie de l'avenir
Sociofinancement

David La Haye et Haricot : La voie de l’avenir

Au printemps dernier, alors qu’il faisait appel à la générosité des cinéphiles pour tourner la suite de J’espère que tu vas bienDavid La Haye a grandement contribué à faire connaître le sociofinancement.

Moins d’un an après la sortie de J’espère que tu vas bien, plan-séquence improvisé le dimanche de Pâques en compagnie du réalisateur Jay Tremblay et de l’actrice Marie-Chantal Perron, David La Haye s’est inscrit à la plateforme de sociofinancement québécoise Haricot afin d’obtenir les fonds pour tourner JQTVB2. À sa grande surprise, neuf jours ont suffi pour atteindre l’objectif qu’il s’était fixé.

«La totalité de la somme amassée est de 11 700$, mais c’est bien important de dire que 5% de celle-ci va à Haricot et qu’un autre pourcentage revient à Paypal. En fin de compte, le vrai budget du film est de 10 250$. C’est aussi important de noter que ce n’est pas de la quête ni de la mendicité: il s’agit d’une contribution en échange d’un produit. Chaque contributeur aura un DVD du film et de son making of ainsi que son nom au générique», précise La Haye au téléphone.

Tourné le 7 juillet dernier, J’espère que tu vas bien 2 repose sur le même concept que le précédent volet. Cette fois, David La Haye et Marie-Chantal Perron ne seront pas seuls à l’écran puisque Richard Robitaille, dont on entendait brièvement la voix dans JQTVB, Sylvie Moreau et Hugo St-Cyr se sont joints à la folle entreprise. Au moment d’écrire ces lignes, le film, dont le générique de fin comportera le nom des 390 producteurs honorifiques, était en postproduction. De toute évidence, la notoriété de La Haye et sa présence active sur les réseaux sociaux ne sont pas étrangères au succès viral de cette campagne de financement.

«Le truc pour le sociofinancement, c’est d’avoir accès à quelqu’un qui peut t’amener de l’affluence sur le site où tu demandes du financement. Un réalisateur inconnu pourrait créer un buzz en s’affiliant à un acteur connu. Les jeunes sont très forts dans le réseautage, donc si tu as déjà une crédibilité en tant qu’internaute, c’est facile. Sur Haricot, deux jeunes réalisateurs, Pierre-Luc Audet et Gabriel Petit, ont pu financer leur court métrage La surface

Au cours de la campagne, David La Haye a pu bénéficier de l’intérêt des médias traditionnels, ayant même droit à une visite au 125, Marie-Anne. Si l’acteur est devenu l’une des figures de proue du sociofinancement chez nous, il rappelle qu’il n’est certes pas le premier artiste à y avoir fait appel. Ainsi, Xavier Dolan et Chloé Robichaud se sont tournés vers la plateforme française Touscoprod afin d’obtenir des fonds privés pourLaurence Anyways et Sarah préfère la course. N’ayant pu obtenir l’avance sur recettes du Centre national du cinéma, André Téchiné s’est inscrit au site Ulule pour L’homme que l’on aimait trop, avec Catherine Deneuve et Guillaume Canet. Tandis que Zach Braff a récolté plus de 3M$ pour Wish I Was Here avec Kickstarter, James Franco demande 500 000$ pour sa trilogie Palo Alto sur Indiegogo.

Au dire de David La Haye, le sociofinancement ne serait pas un effet de mode appelé à disparaître de sitôt: «Je pense que le sociofinancement, c’est le futur et on est déjà en retard par rapport aux Français et aux Américains. En mai, quand je suis passé à l’émission de Christiane Charette, je parlais d’allègement, et non de diminution, des fonds publics avec du sociofinancement; j’avais un peu l’air d’un extraterrestre. Et pourtant, c’est un win-win situation autant pour les producteurs juniors et seniors que pour les institutions. J’ai eu une surprise le 10 juin quand le Fonds des médias du Canada a envoyé un courriel expliquant le sociofinancement aux producteurs et réalisateurs.»

L’acteur-producteur conclut avec ferveur: «J’arrive du Sénégal, où j’ai tourné dans Everyone I Love is Gone. Dans ce pays, il n’y pas de fonds publics. Je pense donc qu’il est temps que les producteurs se responsabilisent et se rendent compte qu’à travers le monde, la majorité des films se font avec des fonds privés. Si tous les producteurs faisaient l’effort d’aller chercher des fonds privés avec du sociofinancement et qu’on déduisait cette somme des fonds publics qu’ils devaient obtenir de Téléfilm ou de la SODEC, il y aurait un film ou deux de plus par année qui pourraient se faire avec les quelque 200 ou 300 000$ économisés.»

Pour en savoir davantage: haricot.ca