Ne manquez rien avec l’infolettre.
Rose-Marie Perreault : La comète blonde
Cinéma

Rose-Marie Perreault : La comète blonde

Après une nomination comme Révélation de l’année au dernier Gala Québec Cinéma, citée pour son interprétation lumineuse dans Les faux tatouages, Rose-Marie Perreault s’apprête à vivre sur nos écrans, petit et grand, une année 2019 aussi faste que protéiforme.

Jointe à Paris, où elle profitait de quelques jours de répit, la jeune actrice de 23 ans venait tout juste de terminer un tournage en Tunisie pour Le monstre, une série d’ICI Tou.tv tirée du récit éponyme d’Ingrid Falaise et dans laquelle elle interprète Sophie, l’alter ego de l’auteure, qui tente d’émerger d’une relation toxique. «C’est l’un de mes plus beaux projets à ce jour. Et de longue haleine en plus, avec 33 jours de tournage. On a eu la chance de tourner souvent en ordre chronologique, ce qui facilitait les choses, comme il y a beaucoup de flashbacks pour raconter l’histoire qui s’étend sur trois ans.» Et le réalisateur Patrice Sauvé (Grande OurseÇa sent la coupe, Victor Lessard) fut un allié des plus précieux. «Le personnage n’est pas près de moi, mais Patrice me guidait continuellement. Je l’ai constaté en tournant avec lui. Plusieurs réalisateurs ont une confiance aveugle envers les acteurs et les dirigent peu, alors que lui avait le souci constant du mot juste, pour m’éclairer. Ce n’est pas seulement une fille naïve qui tombe amoureuse d’un mauvais garçon, non. On voulait que ce soit crédible, qu’elle retourne vers lui, même s’il la bat. C’était quand même lourd à porter, parfois. Avec Mehdi Meskar, qui jouait M, on s’y était préparés, mais on s’est surpris, en jouant les scènes de violence, à être plus secoués qu’on l’aurait cru.»

Tout l’opposé des rôles de jeunes femmes fortes et libres qui s’offrent à elle ces derniers mois. Outre une courte apparition marquante dans La chute de l’empire américain, de Denys Arcand, Rose-Marie avait surtout ravi les cinéphiles au début de 2018, avec deux personnages décomplexés, qui s’affirment haut et fort: d’abord cette Mag des Faux tatouages, premier long métrage plein d’hormones de Pascal Plante, sur la fulgurance d’un amour de jeunesse; puis Denise, la fille de La Bolduc, qui rêve d’Hollywood et se bute au conservatisme de ses parents. «Je tends vers cette liberté-là, moi aussi, d’affirmer Rose-Marie, parce qu’elle n’est jamais acquise. Je veux continuer à défendre de tels personnages. J’aimerais peut-être écrire un jour, et c’est certain que j’imaginerais des femmes décomplexées, pas parfaites non plus, mais qui assument leurs failles. C’est d’autant plus beau.» La Cynthia qu’elle compose dans Avant qu’on explose, un autre premier long métrage, signé Rémi St-Michel – à venir le 1er mars 2019 –, comédie dramatique qui capte bien selon elle «l’essence d’une génération», est aussi de la même eau. Dans ce réjouissant «film d’ados», écrit par Eric K. Boulianne (PrankDe père en flic 2), elle incarne avec un naturel solaire le fantasme d’un collégien angoissé par l’idée de mourir vierge à l’aube d’une troisième Guerre mondiale.

lesfauxtatouagesphoto1
lesfauxtatouagesphoto2b
Les faux tatouages de Pascal Plante

Originaire de Trois-Rivières, où elle s’adonnait entre autres au ballet classique, la comédienne a toujours beaucoup aimé le cinéma. «Petite, je regardais du Pagnol avec mon père, et j’ai été marquée par La vie est belle ou Cinéma Paradiso. J’adorais raconter ou recevoir une histoire.» À l’adolescence, sa mère l’emmène voir Fragments de mensonges inutiles, pièce de Michel Tremblay présentée par Duceppe en tournée; c’est une révélation. «C’est la première fois que j’allais au théâtre, et ça m’a fascinée. En voyant les acteurs si près de moi, j’ai réalisé que ça pouvait être un métier en soi. J’étais quand même gênée, au secondaire, mais j’ai saisi les chances qui s’offraient à moi.» Une amie lui parle d’un projet de court métrage (Les poupées ne meurent pas, de Julie Prieur) à la recherche d’une «comédienne blonde qui fait du ballet», un rôle qu’elle décroche! Il n’en fallait pas plus pour lui permettre d’avoir «un pied dans le milieu» et de faire son entrée dans l’Union des artistes. À 16 ans, elle croise la route de Philippe Lesage, qui la voit en audition et la recrute pour Les démons, un film troublant qui connaît un parcours exemplaire en festival.

Malgré tout, Rose-Marie n’a toujours pas d’agence pour la représenter à ce moment. «Mes démarches étaient laborieuses, avoue-t-elle, et le film de Philippe n’était toujours pas sorti. J’avais écrit à tous les agents de Montréal, qui ne me répondaient pas ou me suggéraient plutôt de faire une école de théâtre, ce qui est dans l’ordre normal des choses.» Installée à Montréal, à 18 ans, alors qu’elle travaille au Café Cherrier, elle discute avec le comédien David La Haye, qui convainc son agente Nathalie Duchesne de la rencontrer. La chimie opère, et la voilà qui auditionne quelques semaines plus tard pour 30 vies, réalisé par François Bouvier. La suite relève d’un savant mélange de rencontres et de talent confirmé. Bouvier l’embauche de nouveau sur Ruptures, puis sur La Bolduc. Quant à Lesage, qu’elle définit comme «un travaillant amoureux, passionné, avec qui on peut faire jusqu’à 30 prises d’une même scène, toujours pour le bien du projet», elle le retrouve dans Genèse, déjà primé au FNC, à Namur, en Espagne et au Mexique, que l’on verra sur nos écrans en 2019.

Son CV ne cesse de se garnir de projets féconds. Autrefois mannequin pendant ses études, elle en joue une ces jours-ci qui doit «s’émanciper du regard des autres» après un grave accident, dans Clash, une quotidienne de Vrak «qui ne prend pas les ados pour des cons». En 2019, elle apparaîtra dans plusieurs génériques, dont celui de Gut Instinct, aux côtés de Josh Hartnett et Antoine Olivier Pilon; d’Une manière de vivre, le 11e long métrage de Micheline Lanctôt, «une femme de tête» qui lui «insuffle la volonté d’être révoltée quand il faut l’être»; et de Gold, d’Éric Morin, avec une Monia Chokri qui l’inspire grandement par sa carrière sur deux continents. Elle travaille d’ailleurs déjà à élargir son terrain de jeu. Retenez son nom, car cette comète blonde ne filera pas de sitôt.

CINÉMA (à venir en 2019)
Une manière de vivre, de Micheline Lanctôt
Avant qu’on explose, de Rémi St-Michel
Gold, d’Éric Morin
Gut Instinct, de Daniel Roby
Genèse, de Philippe Lesage

OFFERTS EN VSD ET/OU DVD
La chute de l’empire américain, de Denys Arcand
La Bolduc, de François Bouvier
Les faux tatouages, de Pascal Plante
Les démons, de Philippe Lesage

TÉLÉ
Clash, actuellement en ondes sur Vrak
Le Monstre, à venir sur ICI Tou.tv