BloguesCyber-boom!

Liberté, j’épuise ton nom partout…

Au risque de vous étonner, je trouve assez saugrenu qu’on veuille faire pression sur des annonceurs en appelant au boycott de leurs produits s’ils continuent de faire de la réclame sur les ondes de CHOI. Ce genre d’initiative risque tout simplement, au mieux, de faire subir des pertes à des détaillants qui n’ont rien à se reprocher. De plus, on nuit ce faisant à la réputation de commerces qui n’endossent certainement pas tous les propos des animateurs. Je suis assez bien placé pour savoir que les annonceurs utilisent les médias pour rejoindre les auditeurs sans pour autant soutenir les propos véhiculés par tel ou tel chroniqueur. Et c’est tant mieux.

Je demeure persuadé que pour s’opposer à des propos que l’on juge idiots, il vaut mieux prendre la parole pour semer un peu d’intelligence et mettre de l’énergie à dénoncer la bêtise, en utilisant même parfois des mots très durs, l’humour ou l’ironie.

Il m’est même arrivé, suivant cette méthode que je préconise, de participer à des émissions à CHOI, notamment avec Gasse à Québec ou Duhaime à Montréal. On m’y a invité pour m’adresser à leurs auditeurs ou débattre avec eux et j’ai toujours accepté.

Dans l’affaire qui concerne en ce moment un internaute qui a choisi de dénoncer la «radio-poubelle» et les propriétaires de CHOI Radio X qui lui réclament 250 000 $ en dommages, je sourcille tout de même en lisant les propos de Patrice Demers rapportés par Olivier Parent du Soleil:

«On sera toujours des grands défenseurs de la liberté d’expression. On a appris à la dure quelles en étaient les limites et comment on devait les respecter. L’historique juridique de CHOI depuis plusieurs années est impeccable. Dans ce sens-là, on respecte […] des règles de société», fait valoir M. Demers.

Le problème avec les sites ciblés par l’injonction du groupe de Radio X, c’est qu’ils sont alimentés par des auteurs anonymes, soumet Patrice Demers. Il précise que des extraits audio diffusés sur les blogues qu’il veut voir retirés ont été «manipulés» au montage, sans en donner le contexte.

«Qu’il y ait n’importe quel site qui exprime des opinions qui pourraient être contraires à la nôtre ou qui aiment pas notre produit, on est capables de vivre avec. À partir du moment où on transforme notre contenu pour nous faire mal paraître et qu’on l’associe à nos annonceurs, ça devient complètement illégal et on n’a pas le choix de prendre des mesures».

Pour l’essentiel, on semble nous dire ici que la liberté d’expression, pour les propriétaires de Radio X, doit être défendue, même pour des propos allant très loin, sauf pour des intervenants anonymes qui manipuleraient leurs contenus pour les diffuser hors contexte. De quoi sourciller, donc. Comme si la manipulation d’extraits et la citation hors contexte, visant à tourner au ridicule une position adverse, n’étaient pas des moyens largement utilisés par les animateurs de CHOI. Comme si, aussi, Joe Machin ou Josée Unetelle qui téléphonent en studio pour participer aux foires d’empoigne n’étaient pas des «anonymes».

Mais il n’y a pas que ça. J’aimerais ici sortir de mes souvenirs une petite anecdote méconnue mais qui mérite aujourd’hui d’être racontée.

En janvier 2012, je signais sur le site du Voir un texte intitulé: «Choi Radio X : lettre ouverte aux jambons». Un brûlot comme j’en signe parfois au gré de mon exaspération. Cette fois-là, oui, j’étais très exaspéré. Dans la foulée de l’annonce de l’arrivée de CHOI à Montréal, le fameux «débat» entre la gauche-plateau-machin et la droite gros-bon-sens-viande repartait de plus belle. J’ai donc écrit cette lettre où je me moquais des «vraies affaires», du «vrai monde» et de toutes les sottises que peuvent soutenir certains animateurs, têtes parlantes vedettes, des radios populistes. Je le dis sans me défiler: ce n’était pas gentil.

Ce texte avait marché assez fort et mis le feu aux poudres dans la communauté des X. Plusieurs animateurs m’ont invectivé personnellement, invitant leurs fans à réagir. Un autre avait même lu la lettre en entier sur les ondes d’une radio X au Saguenay, ponctuant sa lecture de réactions indignées hautes en couleur. Ça m’avait bien fait sourire. De toute évidence, ils étaient très fâchés. Et pour cause.

Or, vous ne trouverez pas cette lettre sur le site du Voir. Quelques jours plus tard, j’ai été mis en demeure de la retirer. Elle nuisait, m’expliquait-on, à la réputation des animateurs de CHOI. On me demandait donc de me rétracter et de présenter des excuses.

À l’époque, nous avons accepté de nous «tasser» comme on dit dans le jargon. C’est à dire que nous avons retiré mon texte, mais sans excuses. J’ai accepté de le faire car j’ai considéré qu’engager l’argent que mes collègues des ventes arrivent à faire rentrer dans notre boîte pour aller défendre le droit d’utiliser le terme «radio-jambon» ne valait pas la peine. Je venais aussi de sortir d’une autre affaire en cour qui nous avait coûté assez cher.

Bref, on s’est tassé comme je le disais. Sans trop d’amertume, j’avais au moins appris une leçon qui vaut très cher à mes yeux: On peut dire bien des choses sur les ondes de CHOI, on s’y vante de défendre coûte que coûte la liberté d’expression, mais on n’aime pas trop, de leur côté des ondes, se faire servir des pamphlets ou des noms d’oiseaux.

Je n’ai pourtant jamais été un «anonyme», mes chroniques sont signées et je suis très bien identifié dans le monde des médias. Je n’ai jamais non plus falsifié des extraits audio ou quoi que ce soit du genre. J’ai écrit une lettre à une station de radio pour dire jusqu’à quel point, pour reprendre les mots de Patrice Demers, son «produit» m’exaspère souvent au plus haut point.

J’ai néanmoins été menacé de poursuite et sommé de me rétracter. Vous comprenez donc pourquoi je sourcille un peu aujourd’hui…

Je le répète, je n’endosserai jamais un boycott ou une pression sur des annonceurs. Jamais je ne militerai pour la fermeture d’une station de radio ou d’un média, sauf peut-être dans des cas extrêmes qui dépassent le cadre de la légalité. Je demeure cependant un peu sceptique quant à la fameuse «liberté d’expression» défendue par les artisans et les dirigeants de CHOI. Elle ressemble plus, dans leur esprit, à une marque de commerce qui leur appartient en exclusivité qu’à un principe pour lequel il convient de militer sérieusement.