Ne manquez rien avec l’infolettre.
BloguesCyber-boom!

Nathalie Elgrably-Lévy et le conflit israélo-palestinien: Comment spinner du spin de guerre en quelques tweets faciles

Chroniqueuse au Journal de Montréal et enseignante en économie à HEC Montréal, Nathalie Elgrably-Lévy proposait hier à ses lecteurs une analyse du conflit israélo-palestinien afin, disait-elle, de « remettre les pendules à l’heure ».

Déjà, il faut sourciller un peu. Qu’une intervenante n’ayant jamais écrit à ce sujet et n’ayant aucune expertise dans ce domaine puisse sortir de nulle part pour présenter en 349 mots un conflit aussi complexe, avec la prétention de jouer le rôle de l’horloger qui saura bien régler les engrenages du temps qui passe, c’est un peu louche. C’est un conflit grave, aux racines historiques profondes et aux multiples ramifications politiques religieuses et économiques. Des experts en géopolitique s’y perdent en analyse, les historiens et des politicologues publient des centaines d’articles à ce sujet, se prononcent dans des colloques lors de conférences. Il faut se garder une petite timidité… Peu d’entre nous pouvons prétendre, par le biais de notre vision médiatique du monde, à une compréhension approfondie qui pourrait mener à une prise de position en bonne et due forme.

Qu’à cela ne tienne. La chroniqueuse est prête à foncer pour rappeler des « faits » auxquels elle a accès afin de nous aider à mieux comprendre… D’où viennent ces faits? C’est ce que nous découvrirons un peu plus bas. Pour l’instant, je vous cite la chronique au long en précisant que j’ai moi-même souligné certains passages.

 

Les manifestations pro-Gaza se multiplient à travers le monde, la déferlante de commentaires haineux envers Israël s’intensifie, et les actes antisémites se multiplient. Presque systématiquement, le Hamas est présenté comme une victime innocente et Israël comme un agresseur sans scrupules. Remettons les pendules à l’heure!

Le Hamas est une organisation terroriste djihadiste, au même titre que Al Qaeda ou l’EIIL, dont la Charte stipule explicitement la volonté d’«effacer Israël de la terre». Pour le Hamas, la paix n’est pas une option, et les chefs qui se sont succédé ne l’ont jamais caché.

Au cours des deux dernières semaines, près de 2200 roquettes se sont abattues sur Israël, soit une toutes les 10 minutes, mettant en danger la vie de 70 % de sa population. Au cours de la dernière décennie, 12000 roquettes ont été lancées sur Israël, soit plus de trois roquettes par jour. Non seulement Israël a le droit de se défendre, mais il en a le devoir absolu! Aucun pays au monde n’accepterait d’être agressé quotidiennement pendant 10 ans sans riposter. Israël a montré une tolérance exemplaire. Comment peut-on maintenant lui reprocher de vouloir protéger sa population?

À souligner

Il est également important de souligner que:

1 Israël a accepté trois cessez-le-feu depuis le début du conflit, mais que le Hamas a refusé chacun d’eux en poursuivant ses tirs.

2 Israël largue des tracts et envoie des courriels avant chaque attaque pour demander aux civils palestiniens d’évacuer les zones visées. En revanche, le Hamas demande à sa population d’ignorer ces avertissements et se sert de cette dernière comme d’un bouclier humain pour protéger les lieux où il cache des armes.

3 Israël soigne chaque jour des Palestiniens dans ses propres hôpitaux.

4 Israël maintient ouverts les points de passage vers Gaza. Chaque jour, c’est en moyenne 100 camions de nourriture, 200 tonnes de gaz et 650000 litres d’essence qui sont acheminés aux Palestiniens.

Jamais dans l’histoire, un pays en guerre ne s’est comporté avec autant de considération pour l’adversaire. Et c’est Israël qu’on diabolise? Pendant ce temps, le conflit en Syrie atteint 170 000 morts. Pourquoi personne ne manifeste?

J’ai mis en italique gras plusieurs passages de cette chronique qui, j’insiste, se propose de remettre les pendules à l’heure. Ces passages représentent à peu près tout le matériel «factuel» utilisé par la chroniqueuse, sans mentionner aucune source.

Or, il apparaît que toutes ces informations sont tirées directement du compte twitter de l’IDF, @IDFSpokesperson, Official Israel Defense Forces. Il s’agit ni plus ni moins d’un canal d’information alimenté par les forces armées israéliennes.

Voici donc chacune des informations mentionnées dans la chronique de Nathalie Elgrably-Lévy, avec le tweet de l’IDF correspondant. Je vous laisse comparer tout ça, je vous reviens juste en bas.

==================================================================

 

Au cours des deux dernières semaines, près de 2200 roquettes se sont abattues sur Israël, soit une toutes les 10 minutes.

01-image-nel-2200-roquettes

Mettant en danger la vie de 70 % de sa population

03-image-nel-70-pourcent-population

Au cours de la dernière décennie, 12000 roquettes ont été lancées sur Israël.

02-image-nel-1200-roquettes

Israël a accepté trois cessez-le-feu depuis le début du conflit, mais que le Hamas a refusé chacun d’eux en poursuivant ses tirs.

04-image-nel-cessez-le-feu

 Israël largue des tracts et envoie des courriels avant chaque attaque pour demander aux civils palestiniens d’évacuer les zones visées. En revanche, le Hamas demande à sa population d’ignorer ces avertissements et se sert de cette dernière comme d’un bouclier humain pour protéger les lieux où il cache des armes

08-ignorent-tracts 09-ignorent-tracts-02

Israël soigne chaque jour des Palestiniens dans ses propres hôpitaux

06-image-nel-israel-hopital

Israël maintient ouverts les points de passage vers Gaza. Chaque jour, c’est en moyenne 100 camions de nourriture, 200 tonnes de gaz et 650000 litres d’essence qui sont acheminés aux Palestiniens

05-image-nel-passages-vers-gaza

 

==================================================================

 

Il faut bien le dire, à quelques détails près, « l’analyse » de la chroniqueuse et le spin de l’armée israélienne sont purement et simplement identiques. Autrement dit, alors qu’on se propose de « remettre les pendules à l’heure » (je sais, j’insiste beaucoup sur cette expression), ce texte médiatique publié par un grand média s’emploie uniquement à rapporter les quelques lignes du jour de ce qui est ni plus ni moins qu’une propagande de guerre.

Qu’on se comprenne bien: Ces énoncés peuvent être vrais, ou pas. La question n’est pas là. Le fait est qu’ils ne sont pas vérifiés ou remis en question; ils sont tout bonnement répétés.

En somme, sous le couvert d’une chronique qui se voudrait pédagogique, Nathalie Elgrably-Lévy se fait la porte-parole (ou la porte panier, pourrais-je dire) des forces armées israéliennes. Aucune source n’est mentionnée, même pas un petit « Selon l’IDF » glissé en douce. Ces énoncés sont présentés comme tombant du ciel et annoncés comme l’essentiel de ce qui devrait être su pour comprendre de manière juste ce conflit auquel nous assistons.

Nathalie Elgrably-Lévy nous en donne aujourd’hui un bel exemple: Il existe quelque chose comme du terrorisme de la suffisance médiatique. Ce sont des bombes qui nous explosent au visage et à cause desquelles, hélas, peut-être, les conflits perdurent. Ce sont des mines qui, lorsque vous marchez dessus, vous arrachent des bouts d’intelligence.

———–

P.S. Merci à Mac D Lavoie pour m’avoir aiguillé vers ces troublantes similitudes via un commentaire Facebook.