Ne manquez rien avec l’infolettre.
BloguesCyber-boom!

Mathieu Bock-Côté, Richard Martineau, Tania Longpré et cie: Quand spinner est plus urgent que comprendre

Dans la foulée des tristes événements qui se sont déroulés en France ces derniers jours, une anecdote me semble en dire assez long sur la santé de la liberté d’expression qui est pourtant au cœur de nos préoccupations et du deuil que nous menons collectivement.

Je résume. Suivez-moi quelques instants.

Hier, à l’occasion des manifestations de solidarité, à 13h45, une citoyenne lambda lance un constat sévère sur Facebook.

 

« Sur RDI, un “expert” vient de nous expliquer pendant 10 bonnes minutes que ce sont les sociétés occidentales qui sont responsables de la radicalisation de certains immigrants musulmans qui ne se sentent pas intégrés et donc, se tournent vers des sectes et mouvements intégristes. Tout ça aux frais des contribuables. »

comment-1

 

10 minutes plus tard, à 13h55, Mathieu Bock-Côté, qui en dix minutes aurait eu le temps de trouver l’extrait en question et d’en prendre connaissance, sans savoir le nom de ce fameux expert, y va de son commentaire idéologique fondé sur une certitude et une froide analyse de la situation.

 

« L’Occident est toujours coupable. Toujours. Celui qui soutient cette thèse, il passera pour un savant, un esprit nuancé, un analyste. Celui qui le contredira se fera traiter de polémiste. Et ainsi va la vie médiatique. »

comment-2

 

À 14h19, alors qu’il est occupé à couvrir les événements à Paris pour le Journal de Montréal et TVA, Richard Martineau a lui aussi quelque chose à dire sur l’intervention de cet expert mystère.

 

« Pathétique…. C’est TOUJOURS de notre faute… »

comment-3

 

Quelques minutes plus tard, on ne sait toujours pas de qui on parle et ce qu’il a bien pu dire, mais Tania Longpré, aussi chroniqueuse au Journal de Montréal se sent pressée de livrer son analyse sur la question.

Elle y va d’un premier commentaire à 15h09.

« Ayaye »

Et d’un second à 15h17.

« La première responsabilité, lorsqu’on immigre, je crois que c’est de s’informer sur celui-ci afin de vérifier s’il nous convient tout en sachant qu’il ne changera pas pour nous… Malheureusement, combien n’en savent rien en arrivant? »

comment-4

 

Je vais le redire pour être certain que nous ayons tous bien compris : alors que les minutes s’écoulent sur les médias sociaux, ces trois chroniqueurs/commentateurs considèrent urgent de s’opposer à des propos qu’ils n’ont pas entendu sans même trop savoir qui au juste a pu les soutenir.

J’ouvre une parenthèse pour signifier qu’alors que les précieuses minutes s’écoulent, Lise Ravary et Renart Léveillé, aussi omincommentateurs des médias, ont jugé bon de « liker » cette dénonciation de propos tenus par on ne sait qui et qu’on n’a pas encore entendu.

Que s’est il donc passé exactement pour que tous ces chroniqueurs aient subitement quelque chose à dire dans l’urgence?

Les faits, froidement…

« L’expert » mystère ici dénoncé — qui ne prétend aucunement au titre d’expert — c’est Haroun Bouazzi, Tunisien-Français au pays depuis 15 ans, canadien depuis 7 ans, militant des droits de la personne et membre de l’Association des Musulmans et des Arabes pour la laïcité au Québec. Il a participé à la marche pour Charlie Hebdo hier à Montréal, soutenant ainsi le droit à la caricature et à la liberté d’expression. Il a été questionné par RDI sur sa vision des attentats. Il a alors tenu des propos nuancés, condamnant les attentats tout en insistant sur le droit au blasphème et en laissant entendre que l’intégration des immigrants représente un défi pour les sociétés occidentales — précisant au passage que le Québec est à ce titre fort différent de la France — afin que certaines franges des musulmans ne soient pas séduites par des idéologies radicales. Je vous laisse écouter ses propos en suivant les deux liens suivants. Je vous convie à écouter ces interventions au complet avant de poursuivre la lecture de ce billet.

http://ici.radio-canada.ca/audio-video/#urlMedia=http://www.radio-canada.ca/Medianet/2015/rdi/2015-01-11_18_56_25_rdidirect_0000_01_500.asx&pos=0

http://ici.radio-canada.ca/audio-video/media/2015/01/11/Liberte-dexpression-et-liberte-de-religion?externalId=7227230&appCode=medianet

Pourrions-nous, après coup, trouver un jour quelque chose à dire sur les allégeances de cet intervenant? Je n’en sais rien, mais ce qui est certain, c’est que les amateurs de sensations fortes qui sont cités ici l’ont condamné avant même de savoir son nom.

Bref, en somme, ces commentateurs — Mathieu Bock-Côté, Richard Martineau, Tania Longpré, Lise Ravary et Renart Lévéillé — qui travaillent tous pour des médias de masse concurrents, qui revendiquent jusqu’à plus soif le rôle de première instance dans le débat public, se prononcent ici contre des propos qu’ils n’ont pas entendus en ne sachant rien du protagoniste, pas même de qui il peut bien s’agir.

L’important ici est de spinner, de jouer du commentaire et du like, dans la posture confortable du débat public et de la liberté de presse que ces commentateurs revendiquent fièrement, envers et contre tous, disent-ils.

Richard Martineau, par exemple, ne cesse de multiplier les appels pour que les musulmans condamnent les attentats en soutenant Charlie Hebdo contre la censure intégriste. Honte à ceux qui se taisent, peut-il crier dans son porte-voix-logo. Il s’en trouve justement un qui le fait, qui marche avec nos concitoyens du Québec, mais peu importe, sans trop savoir de qui il peut s’agir, sur la base de propos peu crédibles rapportés sur Facebook-machin-médias-sociaux par madame je-ne-sais-trop-qui, il se fait un plaisir de lancer son anathème « pathétique » comme il le dit lui-même.

Bock-Côté qui ne cesse de nous enjoindre à bien soupeser et comprendre les propos de nos détracteurs au nom de la qualité du débat public, s’empresse de condamner sans trop savoir ce qui a été dit et par qui — ou sans même prendre la peine d’y référer, si tant est qu’il ait pu le savoir. Lui qui condamne à tout vent ceux qui n’ont jamais lu leurs opposants — ce en quoi il a raison par ailleurs — y va ici sans aucune timidité : On ne sait pas c’est qui, on ne sait pas ce qu’il a dit, mais chose certaine, il faut spinner au plus vite. (1)

Il en va de même pour tous les autres ici mentionnés. Ils n’en manquent pas une pour faire valoir la valeur intrinsèque de leur réflexion, leur propre nom leur suffisant comme expertise pour parler de tous les sujets. C’est gonflé de compassion qu’ils nous invitent jour après jour à réfléchir à ce qu’ils pensent même lorsqu’ils ne pensent pas. Ici, dans cet humble exemple de « débat public », ils exposent qu’ils peuvent même penser, si tant est que le terme s’applique, lorsqu’ils ignorent à quoi ils pensent.

Car c’est bien ce qui se passe : on ignore qui parle, ce qui a bien pu se dire au juste, mais il faut dénoncer, placer sa ligne de spin, au plus vite, toutes les occasions sont bonnes.

Et c’est ce qu’il est important de retenir ici. Car dans toute cette sinistre aventure, c’est de la liberté dont il est question. À savoir que cette liberté, on la revendique, on la martèle, au nom du droit de la foule, pour le meilleur de l’humanité. Certains, cependant, la réclament sans aucun devoir de pédagogie, en se croyant autorisés à dire n’importe quoi sur n’importe qui, pour autant qu’ils puissent insérer leur idéologie machin à toutes les occasions. C’est ainsi qu’on peut émettre un commentaire, une opinion, sans même savoir ce qui a été dit.

Ainsi se comporte la littérature du commentaire médiatique. Nous en avons ici un bel exemple.

Sale temps pour la liberté de presse. À moins que de s’autocaricaturer soit une nouvelle manière de revendiquer cette liberté…

N’en doutez pas, à s’effriter sur le métier du n’importe quoi, la liberté d’expression s’use jusqu’à se rompre.

(1) Suite à une conversation postérieure à cette publication, Mathieu Bock-Côté a tenu à m’informer que même sans le nommer, il savait qui était l’intervenant et avait pris connaissance de ses propos. J’ajoute donc cette note afin de clarifier ce malentendu.