Ne manquez rien avec l’infolettre.
BloguesCyber-boom!

Qu’est donc la connerie devenue?

Ils vont la payer longtemps, les péquistes, cette idée de Charte des valeurs québécoises. Elle était mal nommée, mal pensée, mal emballée. C’était une immense duperie. On a troqué, dans cet exercice de fiction publicitaire, la réflexion sur la laïcité pour une réflexion sur l’identité, donnant ainsi à toutes les chemises brunes dissimulées dans les garde-robes une occasion de se payer une visite chez le nettoyeur. C’était plus un exercice de sacralisation qu’un processus de sécularisation, si on peut dire les choses ainsi… Car c’est bien ce qu’on disait : voici ce qui, désormais, pour nous, sera sacré. Une énorme bourde, une sacrée connerie.

Je l’ai écrit et je l’écrirais encore, cette idée de charte a mis le feu aux poudres et a soufflé dans l’air ambiant un parfum fascisant comme j’en ai rarement vu.

De là à dire que le PQ porte en lui la bête immonde du racisme, il y a tout un chemin à parcourir. Un chemin parsemé d’obstacles dans lesquels il est difficile de ne pas s’enfarger. Racistes les péquistes? Vraiment? Allons…

Non, les membres du PQ qui ont vu dans ce projet de charte une bonne idée pour rallier les troupes n’étaient pas racistes. En tout cas, rien ne permet de le penser. Ils étaient cons, tout simplement. Cons comme tous les politiciens sont cons lorsqu’ils s’oublient et s’évaporent dans les grands plans électoraux imaginés par les stratèges idéologiques et les experts des communications. C’était d’ailleurs ça le principal problème de Bernard Drainville dans toute cette aventure. Il n’était pas raciste, il était con. Il disait des conneries. Il a même organisé de grandes consultations sur la connerie et ça a somme toute assez bien fonctionné. Et c’est sans doute le grand défi que tente de relever Jean-François Lisée… Être meilleur que Drainville en ces matières.

Et, oui, comme ça arrive toujours, puisque les racistes — car ils existent — sont très très cons, eh bien, quand ils entendent des conneries qui les interpellent, ils se sentent appelés, ils se radicalisent. Ils sortent leurs bonnets et leurs pancartes. On a beau tenter ensuite de leur dire qu’ils ont mal compris, que ce n’est pas exactement ce qu’on voulait dire, la pâte dentifrice est sortie du tube et ils répliquent avec indignation : qu’on cesse de nous prendre pour des cons! Non à la charia, oui au crucifix, le Québec aux Québécois! À qui la rue? À nous la rue!

J’écris ces lignes et une question me poursuit à toutes les syllabes : Qu’est donc la connerie devenue? À quel moment, dans notre histoire, avons-nous oublié qu’elle existait? Par quelle sorte de prodige avons-nous pu croire que tout, désormais, devait être absolument raciste, ou islamiste, ou marxiste, ou fouillez-moi quoi, mais jamais con. En étant assez conservateur, on peut pourtant évaluer assez facilement que de toutes les tares du monde, c’est la connerie qui a le plus de chance de se manifester.

Prenez Dalila Awada qui, plus tôt cette semaine, lors du congrès de Québec Solidaire, a lancé ce truc grotesque à propos du PQ, laissant entendre que ce parti était l’incarnation d’un ennemi à deux têtes, néolibéral et raciste. C’était justement une connerie. Pas une fatwa, pas une menace d’attentat, pas un signe de l’islamisation de la gauche ou quoi que ce soit du genre. Une connerie, tout simplement. Il paraît d’ailleurs qu’elle n’était pas la seule à le dire. Rien d’étonnant, les cons ne sont jamais aussi cons que lorsqu’ils sont en groupe. Je dirais d’ailleurs que le con solitaire est un phénomène plutôt rare ou, en tout cas, plus difficile à détecter. Car le con tente toujours de communiquer, ce en quoi il est justement très con.

Quoi qu’il en soit, il faudrait de toute urgence militer pour un retour en force de la connerie. Il s’agit sans doute d’un défi de notre époque que nous devrons relever. Car c’est vraiment insupportable ces appels au racisme, au marxisme, au stalinisme à l’islamisme et à toutes ces choses incroyablement graves que vous déballez avec une légèreté déconcertante depuis quelque temps. Vous ne pourriez pas tout simplement vous traiter de cons, avec bonhomie, et ainsi découvrir que vous avez un point fondamental en commun? Vous pourriez même vous unir sur cette base.

Parce qu’en attendant, des gens qui n’ont jamais l’air cons, parce qu’ils gardent le silence en se profilant dans l’ombre, continuent de faire de sacrées conneries en secret. Ces gens ne sont ni racistes, ni marxistes, ni islamistes, ni rien du tout. Ils sont simplement très intelligents.

ac#TOD#riov#TA#niodojs