BloguesRaison et laïcité

Harper enfonce encore plus le Canada dans le fondamentalisme crétin

Le problème avec Harper, a déjà dit Gilles Duceppe, c’est qu’il fait ce qu’il dit. Encore une fois, Harper a tenu parole en créant le Bureau de la liberté de religion, une promesse électorale.

La mission de ce bureau n’est pas tant de défendre les libertés individuelles mais de s’assurer que la liberté de religion « éclaire les politiques du ministère des Affaires étrangères ». Dixit Harper.  C’est pas rien, ça! C’est complètement ahurissant. En clair, ça veut dire la religion guidera encore plus les politiques internationales du Canada.

À l’heure où la planète est au prise avec une guerre de religion qu’on nous présente comme une guerre terroriste sans but, le Canada mise sur le renforcement de la religion dans ses politiques. Faut le faire!!!

Après avoir coupé le financement de groupes de coopération internationale dont les pratiques de santé maternelle incluaient le recours à l’avortement, après avoir financé des groupes de « coopérants » qui n’avaient comme toute forme d’intervention que la distribution de bibles dans des camps de réfugiés africains, après avoir aboli le programme qui permettait des constatations judiciaires de politiques gouvernementales discriminatoires, après avoir fermé trois des principaux centres de la Commission canadienne des droits de la personne, après avoir fait du mythe religieux de l’Armageddon le centre de sa politique à l’égard d’Israël, après avoir coupé le financement de groupes d’aide aux Palestiniens, après avoir aboli l’organisme international Droits et démocratie, (et j’en passe), voila que Harper se fait tout à coup le défenseur de la liberté de religion. Pourquoi pas un Bureau de défense de la liberté de conscience? Pourquoi pas un Bureau de défense de toutes les libertés?

Après avoir nommé un créationniste comme ministre des Sciences et Technologie en la personne de Gary Goodyear, après avoir tenté, sans grand succès heureusement, d’invoquer Dieu dans ses discours à la manière de Bush, l’évangéliste Harper nomme, comme directeur de son bureau de la religion, un chrétien aux allures  fondamentalistes, Andrew Bennett. Bennett est un sous-diacre, ex-doyen d’un collège religieux, qui milite contre la séparation des Églises et de l’État et qui met les purges staliniennes sous le compte de l’athéisme, oubliant que l’Inquisition et le génocide hitlérien étaient les oeuvres de bons chrétiens. La description qu’en présente Le Devoir d’aujourd’hui est renversante!

La création de ce bureau et la nomination de Bennett est totalement à contre-courant du mouvement actuel au Québec en faveur d’une laïcisation de l’État plus affirmée. Encore une fois, le Québec et le Canada s’engagent dans des voies opposées.

Dans le contexte de la guerre de religion actuelle, il est évident que des individus sont persécutés, torturés, assassinés pour leurs croyances religieuses ou pour leur incroyance. Mais ce qui peut nous protéger de ces visées fondamentalistes et intégristes, c’est la laïcité qui permet la liberté de religion tout en assurant l’indépendance et l’autonomie des États face à ces religions. C’est donc la laïcité que le Canada devrait placer au coeur de ses politiques.

L’automne dernier, l’International Humanist and Ethical Union publiait un rapport sur la discrimination dont sont victimes les athées et les sans religion dans le monde. De nombreux pays punissent l’apostasie et l’athéisme de la peine mort et de plus nombreux encore, dont le Canada, ont des lois contre le blasphème. Oui, l’article 296 du Code criminel du Canada interdit le blasphème! Si les caricatures de Mahomet avaient été publiées ici, des islamistes auraient pu invoquer cet article pour en interdire la publication. Quelle place fera le bureau de Bennett à la protection de la liberté d’expression, de la liberté de conscience et à la défense des droits des athées et des sans religion?

J’ai mis en titre « fondamentalisme crétin ». Vous savez que le mot crétin est un dérivé alpin du mot chrétien, au sens d’innocent? C’est pas moi qui le dit.