La langue Radio Radio? Réponse d'un être handicapé en voie d'assimilation
Je pense que

La langue Radio Radio? Réponse d’un être handicapé en voie d’assimilation

Le 26 octobre dernier, Christian Rioux du Devoir s’aventurait dans une critique de ce qu’on pourrait appeler « la langue Radio Radio » en parlant d’une « sous-langue d’êtres handicapés en voie d’assimilation ». Heurtés par ces propos, Martin LeBlanc Rioux, étudiant à la maîtrise en droits linguistiques à l’Université de Moncton et militant au sein de la Société de l’Acadie du Nouveau-Brunswick, nous a fait parvenir cette réponse. Une réflexion solide qui permet d’approfondir les enjeux linguistiques propres à ce coin de pays.

«Radio Radio se complaît dans la sous-langue d’êtres handicapés en voie d’assimilation». C’est ce qu’affirmait Christian Rioux dans une chronique publiée dans Le Devoir le 26 octobre dernier.

Ces propos en ont choqué plusieurs en Acadie et avec raison. Je ne prétends pas représenter la diversité d’opinions qu’a suscitées cette chronique chez les Acadiens et les Acadiennes. Toutefois, je crois que la teneur des propos du chroniqueur Christian Rioux lui vaut une chaleureuse invitation à visiter l’Acadie.

J’invite M. Rioux à visiter nos écoles francophones à l’Île-du-Prince-Édouard, en Nouvelle-Écosse et dans le sud du Nouveau-Brunswick. Il constatera que malgré les efforts d’enseignantes et d’enseignants avertis, trop d’élèves parlent anglais, pensant qu’il s’agit là de la langue du succès, d’une langue supérieure, universelle, « cool ».

Je l’invite à être témoin du quotidien des Acadiens et des Acadiennes, où chaque jour est une lutte pour vivre en français. Il constatera que la simple tâche de commander un café en français est un exercice ardu qui attire non seulement certains inconvénients, mais l’intimidation et la stigmatisation.

Je lui lance le défi de chercher un emploi, créer une entreprise ou se lancer en politique à Moncton, Fredericton, Summerside ou Yarmouth. Il constatera que plus son accent français est fort, moins il sera crédible auprès de ses collègues et de ses paires, qu’importe le contenu de ses propos.

Ça devient clair ?

Les Acadiens et les Acadiennes ont été et sont toujours, à plusieurs égards, un peuple privé du pouvoir nécessaire au maintien et à l’épanouissement du français. Mais l’Acadie passe son temps à résister.

L’Acadie vit et résiste en français. Elle résiste au contexte anglo-dominant, immédiat et réel, qui l’étouffe. Elle résiste bien que l’assimilation soit, en apparence, une bouée de sauvetage, car l’anglais équivaut trop souvent au succès et à l’intégration sociale, politique et économique.

Vous nous excuserez donc de parler une « sous-langue d’êtres handicapés ». Vous nous permettrez d’ailleurs d’en être fiers pour un moment, car l’alternative, pendant plus de 250 ans, a été l’assimilation et l’unilinguisme anglais.

La langue de Radio Radio, qu’elle soit qualifiée comme chiac, franglais, créole, dialecte ou comme une illusion du français en voie d’assimilation, reflète la réalité de plusieurs communautés acadiennes contraintes d’évoluer en milieu minoritaire. La langue de Radio Radio reflète, en quelque sorte, la résistance de l’Acadie, sa résilience et sa détermination de vivre en français malgré les vices et les torts linguistiques qu’y impose le contexte anglo-dominant des Maritimes.

Dans ce contexte particulier, ce n’est pas en semant la honte que nous cultiverons la fierté. L’acharnement pour un français normatif pur risque de cultiver un sentiment d’aliénation chez plusieurs Acadiens et Acadiennes. Ayant à choisir entre une minorité francophone qui condamne leurs médiocrités langagières et une majorité anglophone qui offre, par ailleurs, les opportunités d’un groupe linguistique dominant, les Acadiens et les Acadiennes seraient de plus en plus nombreux à « choisir » l’assimilation.

C’est pourquoi il est malhabile de couvrir de honte la qualité du français dans nos communautés acadiennes. Notre défi est d’abord de cultiver la fierté acadienne, la fierté d’une minorité envers la langue qui lui appartient, une langue qui peine à préserver son intégrité et à évoluer au rythme de la « métropole ».

Ultimement, ces lignes cherchent à informer les Québécois et les Québécoises de la réalité acadienne. Avec tous ses défauts, l’Acadie résiste, se redéfinit et fonce vers un avenir en français. La « laideur » et les « anomalies » de notre français « bâtard » et « handicapé » est, par-dessus tout, la preuve de notre ténacité, les cicatrices de nos luttes quotidiennes. Ainsi, pour plusieurs jeunes Acadiens et Acadiennes, Radio Radio est un exemple de succès, ludique et limité à la sphère artistique certes, mais qui démontre que la réussite est aussi possible en français qu’en anglais. Je préfère de loin le français mutilé de Radio Radio que l’anglais de Simple Plan.

Alors si Christian Rioux cherche un prétexte pour faire la promotion du français à Montréal, je lui suggère, avec respect, d’explorer d’autres avenues. Différents contextes, différents défis.

Entendez-moi bien, je rédige ces lignes sans rancune et de bonne foi. D’ailleurs, je suis d’accord avec la critique de la situation et de l’évolution du français à Montréal proposée par la chronique de Christian Rioux. Je suis également consterné d’entendre plusieurs amis acadiens et francophones (hors Québec) répondre à ce type de commentaires en utilisant les arguments intégrationnistes du discours politique anglo-canadien, ce qui ne fait qu’alimenter une polarisation artificielle entre le Québec et la francophonie canadienne.

Cependant, comparer la situation du Québec à celle de l’Acadie afin d’alerter la population quant au statut chancelant de la langue française est un exercice condescendant, trompeur et inefficace.

Quiconque veut s’y adonner devrait, à tout le moins, vivre six mois en Acadie. Quiconque entend nous qualifier de locuteurs d’une « sous-langue d’êtres handicapés » devrait prendre la peine de lutter avec nous, au moins quelques mois, pour la mise en œuvre des droits linguistiques fondamentaux qui nous sont systématiquement niés par procrastination et lâcheté politique. Quiconque nous traite d’espèce en voie de disparition devrait mettre les mains à la pâte, ne serait-ce que pour un temps, afin de maintenir la fierté d’un peuple qui s’obstine et qui persiste à s’exprimer en français, écorché par des siècles d’inégalités, dans un contexte qui leur commandait pourtant l’assimilation.

Martin LeBlanc Rioux