Dead Obies et le franglais: La réplique aux offusqués
Je pense que

Dead Obies et le franglais: La réplique aux offusqués

A wise man told me don’t argue with fools
‘Cause people from a distance can’t tell who is who.
The Takeover – Jay Z

Je m’étais juré de ne pas répondre. Je m’étais juré de ne pas m’occuper des ragots, de ne pas leur donner de l’importance. Les jours ont passé. J’ai entendu mon nom toute la semaine, d’abord un murmure, puis comme un écho qui me suivait. Je lisais des articles où on parlait de mon travail. On parlait de mon œuvre. Parfois en bien, parfois en mal. On parlait aussi de mon identité, de ma conception du monde, de mes responsabilités envers ma communauté, bref on parlait de moi. Dans les journaux, sur les blogues, à la maison, peut-être. Pendant ce temps, ce moi-là, il était chez lui. Son téléphone n’a pas sonné. Son Gmail n’a pas gmailé. Son Twitter n’a pas tweeté. Bref, on parlait de moi, mais on ne s’adressait pas à moi.

Comme si on n’était pas vraiment intéressé à savoir ce que j’en pensais, justement, de mon travail, de mon œuvre, de mon identité, de ma conception du monde. De moi. Il fallait me dénoncer, pour les uns. Il fallait m’applaudir, pour les autres. Et dans tout ça, aucun chiffre, aucun fait, aucune étude, aucun spécialiste qui n’intervient dans la discussion. Que des opinions, des impressions, des sentiments. Des vieux (res)sentiments.

Tout à coup, on inventait une signification aux mots Dead Obies avant de s’en enquérir. On mettait des mots dans notre bouche, on interprétait. On citait l’article qui citait l’article qui citait nos paroles avant d’aller écouter notre disque. On commençait son texte d’opinion en disant qu’on ne connaissait rien au groupe, mais qu’on avait une opinion sur le sujet quand même. Ah bon? Ah ben.

J’ai alors saisi qu’on ne souhaitait pas comprendre Dead Obies. Ç’aurait été trop de travail. Il aurait fallu nous appeler. Il aurait fallu chiller avec nous autres. Il aurait fallu écouter du rap. Beaucoup de rap.

Mais non, ce qu’on voulait, c’était donner son opinion. On voulait s’écouter parler. On voulait écrire sa chronique pis rentrer se coucher.

Quelle platitude. Quel manque de passion. Quelle honte.

Donc, vu que moi non plus, je ne suis spécialiste de rien du tout et que je n’ai pas vraiment fait de recherche sur le sujet, je me suis dit que j’allais vous écrire un petit quelque chose. Ça s’adresse aux Christian Rioux et aux Mathieu Bock-Côté et ça débute comme ceci:

Vous êtes passés à côté.

Vous l’avez pas vu, vous l’avez pas entendu, vous le saviez pas. Vous êtes passés à côté.

Vous êtes passés à côté quand Sylvain Cossette a cumulé TROIS (3) disques d’or en anglais avec sa série de reprises des années 70. Ça ne vous dérangeait pas, à ce moment-là. Vous l’avez pas vu passer, sûrement. Vous êtes passés à côté.

Vous êtes passés à côté, encore, quand Céline Dion et Simple Plan ont frappé des succès planétaires grâce à des oeuvres en langue anglaise, pourtant tous francophones de naissance. Là aussi, vous êtes passé à côté. Ça vous dérangeait pas. Vous ne vous sentiez pas menacés, à ce moment-là.

Il vous aura fallu une gang de petits bums de la Rive-Sud qui tourne sur le circuit étudiant pour réaliser que la culture québécoise francophone est soudainement en voie d’extinction. Certes, on ne les voit pas à la télé, on ne les entend pas sur les radios commerciales, les Dead Obies. Mais ils sont là. Ils sont drette là, dans notre face. On en parle avec engouement dans le Voir. On les book dans des festivals en région. Y’a même Collation Vol. 2 dans le iPod du plus vieux, pis ils ont plus de views sur YouTube que le dernier de Fiori.

Là, vous êtes pas passés à côté. Là, ça vous dérangeait. Là, vous vous sentiez menacés.

Parce qu’on va se le dire. C’est pas l’anglais qui vous fait peur. (Bon, quand même un peu peut-être, hein?) Ce qui vous dérange concrètement, c’est le mélange des deux langues. C’est leur fraternité qui vous déstabilise.

Chantons en français, oui!

Chantez en anglais, correct, on va vous laisser faire.

Mais sacrament, les ‘heunes, ALLEZ PAS MÉLANGER LES DEUX LANGUES DANS UNE MÊME PHRASE, ÇA VA VOUS EXPLOSER DANS’ YEULE!

Et c’est là qu’il se trouve, le terrain glissant. Parce que lorsque le métissage devient la bâtardisation d’un certain standard de pureté, c’est louche. On dit quoi à un francophone qui marie une anglo? Une chrétienne et un musulman? Vous allez mettre les « pure-laines » dans un coin de la cour de récré pour pas qu’ils attrapent le patois des petits Jamaïcains, peut-être? Vous pensez qu’on est qui? Les enfants d’à côté?

Ma bâtardisation vous choque? Soit. Votre puritanisme me dégoûte. Certains membres de Dead Obies ont grandi avec une mère francophone et un père anglo, ou vice-versa. Demandez-leur donc c’est quoi, leur vision de l’identité québécoise. Parce que oui, malgré le fait qu’ils aient vécu une expérience diamétralement opposée à la vôtre ou même à la mienne, ils sont Québécois, tout autant que vous et moi. Devrait-on exclure leur québecité parce qu’elle ne correspond pas à la nôtre? Cette question-là aussi, vous êtes passés à côté.

Une autre affaire dont vous êtes passés à côté: je n’ai jamais joué à inventer une langue pour me rendre intéressant. Je n’ai pas forgé un dialecte de toutes pièces pour pogner “D’une Mare à l’Autre”, ou pour vendre des disques aux petits Américains (vendre du rap québécois aux États-Unis, aussi bien essayer d’exporter nos belles grosses oranges en Floride…). On a couché ce langage-là sur disque parce qu’il était là. Autour de nous. Pour ma part, je ne l’ai jamais revendiqué comme le langage du futur. Je ne l’ai jamais imposé à personne. J’ai juste mis ce mélange de couleurs-là dans ma palette parce que je retrouve ces teintes-là dans le paysage que je tente de peindre. M’importe si vous le trouvez laid, mon portrait. Moi je l’aime. (Et il vaudra sûrement cher plus tard.)

Mais ça aussi, vous êtes passés à côté.

À vous lire, j’assume aussi que vous êtes passés à côté d’études révélatrices sur les pratiques linguistiques en milieu urbain dans le contexte hip-hop, notamment celle de Mela Sarkar, parue en 2008 et intitulée “Ousqu’on chill à soir?” Pratiques multilingues comme stratégies identitaires dans la communauté hip-hop montréalaise. Je vous en cite la conclusion, histoire de vous titiller (pause), mais je suggère aux lecteurs du présent texte de prendre un 20 minutes de plus pour lire le document complet au http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/PDF/SarkarOusquonChillDivUrbaine2008.PDF.

Selon Sarkar:

« Le rap à Montréal propose un nouveau modèle d’identification sociale qui tient compte de la complexité linguistique, ethnique et raciale, tabou-isés dans le discours officiel dominant. Ce nouveau modèle identitaire ne se veut pas forcément contestataire de façon affichée, mais ce positionnement hors-la-loi avec des pratiques d’écriture spécifiques diverge fondamentalement de l’optique des discours tenus également par les aménagistes d’un côté et par les défenseurs de la norme européenne (voire du français international) de l’autre. Cette situation hors-la-loi, s’exprimant à travers l’investissement de l’oral et des ressources multilingues, jette les bases pour une critique fondamentale : le multilinguisme contredit le principe de l’unilinguisme français et toute tentative d’homogénéisation selon les critères de la société dominante, qui est dans les faits exclusionniste envers les minorités linguistiques et raciales. En pratiquant le multilinguisme et en réinvestissant l’oral dans l’écriture, les rappeurs trouvent des stratégies identitaires efficaces qui remettent en question le modèle de nationalisme unilingue québécois. » (Je vous ai même mis en gras le boutte qui vous explique bien clairement ce qu’on fait, M. Rioux. Christ que je suis fin.)

Parce que vous êtes passés à côté de ça aussi, messieurs.

Je ne me réclame pas du « franglais », je ne le propose pas comme langue officielle de ma génération. Ce « franglais », pour moi, n’est autre qu’un terrain commun à moi et ceux qui participent à ma culture, qui partagent des valeurs et des expériences analogues aux miennes. C’est un langage codé. Une affaire d’initiés. Je ne demanderai jamais à Sylvie de Farnham de « parler le franglais ». Je ne vais même pas utiliser ce registre de langage-là si je m’adresse à elle. Je ne suis pas idiot. Je vais trouver un terrain commun avec elle, pour communiquer. Même avec les jeunes de mon âge, je ne vais pas toujours parler comme ça. Parce qu’on ne partage pas tous ce même terrain connu.

Mais ça, vous le n’aviez pas compris non plus. Ça aussi, vous êtes passés à côté.

Vous êtes passés à côté du fait que ce « franglais » n’est pas une perte de langage, comme vous l’affirmez. Il est un ajout, une survivance, le résultat d’une faculté adaptative dans un milieu urbain parfois hostile (sauf quand le buzz est alluméééééé). Comme des branchies qui me pousseraient dans gorge si on me gardait la tête dans l’eau pis que je voudrais vivre trop fort. C’est un remaniement, c’est une création, une rébellion. Mais ça aussi, vous êtes passés à côté.

Voilà pourquoi il est injuste de parler du « franglais » comme d’une langue, d’un langage qui en remplacerait un autre. Comme d’un manque d’éloquence. Comme se bourrer de biscuit Oréo avant le souper. Il n’est rien de tout ça. Mais vous êtes passés à côté, évidemment.

Le pire, c’est que vous êtes passé à côté du plus évident, justement.

Votre « franglais » n’existe pas.

Votre « franglais », c’est le Bonhomme Sept Heures du téléjournal de six heures.

Votre « franglais » (voyez, comme c’est « votre franglais », maintenant?), n’est pas une langue qu’on peut parler ou écrire proprement, avec des usages, des règles, des conventions, pas plus qu’il n’est un créole ou “une étape dans notre anglicisation”.

Ce n’est ni une « marque de pauvreté culturelle et économique »  ni un « signe de sophistication identitaire », pas plus que ce n’est « le raffinement des colonisés ». Le « franglais », ainsi nommé par ceux qui ne le rencontrent, ne l’entendent, ne le parlent pas plus qu’ils ne le comprennent, est un mythe, une légende urbaine. Un “j’ai entendu dire que y’a du monde que…”

C’est que vous êtes passé à côté d’une autre évidence. C’était là depuis le début. On n’en a pas parlé. On ne pensait pas qu’on avait à le faire. On pensait que c’était implicite. Mais vous êtes passés à côté pareil, messieurs les journalistes.

Je vais vous le dire drê’-là, pour que vous arrêtiez de chercher. Écoutez:

Dead Obies est anti-colonisation.

C’est tout. Notre ambivalence de langage, notre hybride, notre mixité est d’abord un refus de prendre part à votre monde (peut-être parce que vous n’avez jamais voulu de nous dedans au départ, qui sait?) Dead Obies se donne le droit d’exister en dehors du paradigme, en-deçà de la superstructure anglo-franco qui gouverne la culture québécoise depuis des décennies, sans renouveau du discours, sans perspective fraîche.

Mon pauvre peuple québécois, pris dans l’apprenage par coeur, dans l’histoire figée quelque part entre la Conquête et la Loi 101, pas capable de se la faire son histoire, de la continuer, les bras trop engourdis par la semaine de 40 heures pis la tête dodelinante sous le poids du top 5 à CKOI.

Non, nos chansons ne jouent pas à la radio. Elles sont trop sales, trop de sacres, pas assez de hook. Elles comportent trop d’anglicismes pour être classifiées francophones, mais restent trop francos pour faire compétition aux anglos. On peine à avoir des subventions pour un clip. On doit compter les mots dans nos textes lorsqu’on participe à une émission ou à un showcase. Mais on va pas se plaindre. Même que, pour dire vrai, on adore ça. On est fiers de ne pas fitter dans vos formulaires. On n’en a rien à foutre de vos cases pis de vos crochets. On est ailleurs, on est loin. Très loin. On vous voit à peine agiter vos petits drapeaux dans notre rétroviseur. On vous trouve cute, on vous fait des beubyes.

«I drove by the fork in the road and went straight», pour reprendre Jay Z, encore.

Non, je ne suis pas personnellement inquiet pour la situation du français au Québec. Quand je sors de chez moi, il m’est possible d’être compris en français pas mal partout. À l’hôpital. À l’hôtel de ville. À l’épicerie, à la station d’essence. Ça se peut que j’aille manger des dumplings dans Chinatown pis que le serveur ait de la misère, un moment donné. C’est correct. Je ne me sens pas en danger. On se trouve un terrain commun. Je sais qui je suis, d’où je viens. Je ne ressens pas le besoin de m’affirmer dans la négation de l’autre pour survivre. Je ne me suis jamais senti minimisé, limité, ou entravé par le fait de vivre en français à Montréal. J’en remercie les combattants avant moi, parce que ça n’a pas toujours été le cas, ça a été un combat, je le sais. Mais mon expérience québécoise, celle que je vis dans la rue, avec le vrai monde, dans la vraie vie de tous les jours, n’a rien d’angoissante. Elle se porte très bien, même. Pis c’est pas un envoyé spécial à Paris qui va m’apprendre ce qui se passe dans ma cour. Mais ça….

Bon, d’accord. Vous avez compris. Tout de même, juste une petite dernière, avant que je décalice:

Vous êtes aussi passés à côté du fait qu’on faisait du « franglais » bien avant Dead Obies dans le hip-hop québécois, que nous sommes loin d’être les seuls à le faire en ce moment, et qu’il y en aura probablement encore demain. Et vos textes d’opinions, pis vos colonnes pis vos scénarios-catastrophes à 5 cennes ne pourront rien y changer.  Mais ça aussi, I guess, vous êtes passés à côté.

Too bad. Ça vous aura fait prendre une belle marche.

 

Yes Mccan
Dead Obies