Ne manquez rien avec l’infolettre.
Successions dans le milieu de danse : la réponse de l'équipe du centre O Vertigo
Je pense que

Successions dans le milieu de danse : la réponse de l’équipe du centre O Vertigo

Nous publiions le 11 mai dernier la lettre d’un groupe de chorégraphes désirant discuter succession des directions artistiques et débattre du projet du centre de création O Vertigo, qui fait de l’ancienne compagnie de Ginette Laurin un incubateur à grosses productions au service d’artistes en résidence. Trois membres du comité artistique ont souhaité entamer le débat. Voici l’intégral de la lettre qu’elles nous ont fait parvenir.

S’engager dans le débat

 La lettre Successions dans le milieu de danse : entre précarité et choix collectifs, parue sur cette plateforme mercredi dernier lance, et c’est tant mieux, le débat sur les nombreux enjeux actuels auxquels a à faire face le milieu de la danse au Québec. Nous (Mélanie Demers, Catherine Gaudet et Caroline Laurin-Beaucage) croyons utile, par la présente, de préciser la teneur de la démarche ayant mené à l’idéation du Centre de création O Vertigo et de répondre à certains a priori.

La genèse du projet

Ginette Laurin aura tenu la barre de sa compagnie, O Vertigo, pendant plus de 30 ans. À l’approche de sa sortie 1, elle a voulu que celle-ci soit gage d’un nouveau départ pour de plus jeunes chorégraphes; que sa compagnie, n’étant plus tenue de servir le développement de sa démarche personnelle, puisse constituer un levier pour que de nouveaux talents se fomentent. Souhaitant favoriser l’association et le partage de ressources, elle a d’abord réfléchi à la perspective d’une direction artistique à trois têtes. Appréciant nos démarches respectives, elle nous a alors proposé qu’à son départ, sa compagnie devienne un véhicule pour nos projets personnels de création et de production.

Entre Ginette et nous trois ont alors commencé plus de deux années de rencontres régulières, de débats et de réflexions sur la question du legs. Bien que l’offre de départ ait été fort tentante, nous avons considéré qu’il n’était pas légitime de la saisir. Alors que tout un milieu crie famine, il nous est apparu injuste que nous puissions échapper à la disette générale et laisser nos collègues à la porte. Nous avons donc refusé l’offre.

Nous aurions pu quitter la discussion à ce moment-là. Nous aurions pu réclamer un débat public sur la question des successions. Mais tenir un tel débat demande du temps et de l’organisation 2 et à l’époque, ni le RQD, ni le CALQ n’avaient mis en place de système permettant de l’accueillir et ce, malgré leur intérêt et leur ouverture. Soit la compagnie fermait ses portes bien avant qu’un tel débat n’ait pu être tenu, soit nous tentions de faire de cette compagnie un projet structurant pour le milieu ; un modèle pouvant combler certaines lacunes que le financement actuel génère.

Nous avons donc continué à réfléchir à la question complexe et sensible du legs d’une compagnie artistique à une époque où la part du gâteau est toujours plus mince ; où pratiquer son art dans des conditions décentes et porteuses d’excellence tient pratiquement du fantasme. Or, nous considérions que les rêves de grandeur n’appartiennent ni à une génération, ni à une époque. Il fallait donc cogiter à la façon de créer des ponts et de redistribuer les chances.

Explication de notre posture

Certains s’opposeront au projet du CCOV en invoquant son illégitimité. Les fonds publics qu’O Vertigo a réussi à consolider au cours des trois dernières décennies tiennent, après tout, au travail de sa directrice artistique. Pourquoi les transférer à un projet s’éloignant du modèle imaginé à la base? D’aucuns allégueront qu’il ne suffisait que de fermer les portes, fermer les livres, redistribuer au plus méritant en tirant sa révérence élégamment. Nous comprenons cette posture.

L’une des premières raisons pour lesquelles nous avons opté pour un remaniement de mandat plutôt que de fermer boutique était que les priorités des Conseils face à la redistribution de tels fonds n’étaient pas clairement définies et que ce flou nous inquiétait. Allait-ce être la plus jeune génération qui en profiterait enfin? Allait-on favoriser des compagnies déjà soutenues, mais peinant à répondre aux exigences de leur statut de fonctionnement à cause de moyens actuels trop faibles ? Allait-on, dans ce contexte d’austérité, en profiter pour retirer ces fonds de l’enveloppe de la danse (on se souviendra, lors de la fermeture de LA LA LA Human Steps, de la confusion quant à la direction des fonds de la compagnie)? Une seconde raison nous ayant poussées à proposer une restructuration d’O Vertigo fut notre crainte de voir la communauté de la danse perdre peu à peu, sans pouvoir les remplacer, toutes ses « compagnies institutions », possédant des moyens de l’envergure de ceux que possède O Vertigo. Notre position était que de telles institutions peuvent bénéficier au rayonnement de tout un milieu et lui offrir de nombreuses retombées, directes et indirectes.

Les raisons ayant mené à la définition du CCOV

Nous avons alors fait le choix d’utiliser les leviers d’une institution comme O Vertigo pour tenter de donner du souffle à tout un milieu. Nous avons fait le pari que là où, jadis, les ressources étaient dédiées à un seul et même artiste, plusieurs chorégraphes pourraient en profiter pour développer, approfondir et faire éclore leurs projets. Nous avons imaginé une structure où, autour d’une expertise administrative éprouvée et dans des conditions financières confortables, un artiste pourrait effectuer un cycle complet de recherche, de création et de production sur deux ans, sur un projet d’envergure, une « grande forme », avec plusieurs danseurs. La grande forme, ou la forme à plusieurs danseurs constituait pour nous le legs artistique de Ginette Laurin. Nous y voyions un héritage se définissant en dehors d’une esthétique donnée, comme une forme inclusive, à laquelle les chorégraphes ont de moins en moins accès. Nous trouvions d’ailleurs injuste qu’une poignée de chorégraphes seulement aient la chance, au cours de leur carrière, de se frotter à la création de grandes formes et de bénéficier de la visibilité que celles-ci peuvent stimuler. Bref, nous avons pensé un lieu où des conditions idéales de création seraient réunies. Car depuis trop longtemps déjà, l’effritement de ces conditions provoque une perte d’expertise au niveau local et une perte de reconnaissance au niveau international.

En nous appuyant sur les grandes lignes du Plan Directeur, nous avons imaginé une nouvelle structure adaptée au phénomène créatif et non à des impératifs administratifs qui l’étouffent, qui entrent en contradiction. Nous avons inventé une zone où l’artiste pourrait se dégager de la pression de performance administrative et réinjecter cette énergie dans sa création ; une zone où l’effort serait vivifiant et non mortifère ; une zone où tout un milieu se donnerait des opportunités d’explorations et de développement de compétences, si difficiles à acquérir à une époque où, pour survivre, il vaut mieux miser sur une recette éprouvée, une image lissée, que sur un réel risque artistique qui permet d’évoluer et de se questionner. Dans nos esprits, le O Vertigo nouveau serait un lieu qui réunirait les conditions optimales pour que s’exerce un art qui demande du temps et des ressources ; un lieu où la danse aurait les moyens de ses ambitions. Par cette mission à la fois simple et profonde, nous pensons qu’une institution telle que le CCOV peut assurer au sein de la communauté, dans le contexte actuel, un soutien significatif, porteur et collégial.

Nous présentons le modèle du CCOV comme une alternative où il devient possible de construire sur les ruines d’un passé révolu. C’est une proposition, que nous faisons au milieu, d’un modèle que nous croyons structurant, sachant qu’ultimement ce ne sera pas à nous de juger de sa pertinence.

Précisions nécessaires

Il est important de rectifier certains a priori exprimés dans la lettre Successions dans le milieu de danse : entre précarité et choix collectifs, qui pourraient questionner et inquiéter nos pairs.

Sur le changement de mandat

Tout d’abord, bien que les fonds octroyés à une compagnie à chorégraphe unique le soient principalement sur la base du mérite artistique, c’est la prérogative d’une compagnie que de modifier, considérablement ou non, son mandat pour le soumettre ensuite à l’évaluation par les pairs.

Sur le déroulement des évènements ayant mené au projet du CCOV

Au début du processus ayant mené au CCOV, Ginette Laurin et nous-mêmes sommes en effet allées consulter les Conseils des arts afin de discuter de notre souhait de modifier le mandat de la compagnie. D’abord parce que le changement était trop considérable pour ne pas les en informer à l’avance. Ensuite parce que nous voulions valider la légitimité d’une telle transformation. Il va sans dire qu’un remaniement de cette ampleur demande un travail imposant et complexe. Nous n’aurions pas effectué un tel travail, bénévolement de surcroît, si les chances de réussite du projet avaient été nulles. Finalement, nous voulions connaître le positionnement des Conseils quant à la question des successions. Or, ce positionnement n’existe pas. Ainsi, pour l’instant, leur seule ligne directrice est celle de laisser les pairs juger des projets qui leur sont soumis et c’est le chemin qu’il nous a été recommandé d’emprunter.

Il est ici primordial d’insister sur le fait que, si nous avons eu le feu vert de la part des Conseils pour développer un nouveau mandat à O Vertigo, jamais nous n’avons été assurées que ce projet allait être approuvé par les pairs lors de la prochaine évaluation. Aucune évaluation autre que l’évaluation régulière par les pairs ne sera accordée au CCOV. Celui-ci ne reçoit pas de traitement de faveur. Personne, à aucun des Conseils, n’a donc garanti la survie du CCOV car ce n’est pas à eux de le faire mais bien aux pairs qui évalueront le projet. Ainsi, les faits ne sont pas accomplis.

Sur la charrue avant le mammouth

D’autre part, il est vrai que le processus d’octroi de fonds ne prévoit pas leur transfert automatique d’un mandat à un autre au sein d’une même compagnie, en amont de l’évaluation par les pairs. Mais il importe de se rappeler que le CALQ, l’automne dernier, a décalé d’un an le dépôt des prochaines demandes de fonctionnement. Le projet du CCOV devait donc être déposé et évalué en janvier dernier, mais ce processus fut reporté d’une année, donnant l’impression d’un échéancier qui « met la charrue devant le mammouth » et qui force la main au milieu. Or, tous les intervenants du CCOV, Dave St-Pierre y compris, sont bien au fait que le projet devra, en janvier prochain, passer l’évaluation régulière de sa demande de fonctionnement. Ainsi, les termes des engagements financiers et artistiques étant connus de tous, il n’y a pas de raison pour que la marge de manœuvre des comités d’évaluation soit réduite. Une fois de plus, nous le rappelons, les faits ne sont pas accomplis.

Sur l’élitisme du projet

Il faut également souligner que si, pour des raisons logistiques et stratégiques, Dave St-Pierre fut choisi par un comité de sélection pour lancer le projet, les prochains artistes qui investiront le CCOV à chaque deux ans seront tous sélectionnés par appel de projets et toujours évalués par un large comité de sélection. Les artistes résidents ne seront donc pas triés sur le volet et les résidences ne seront pas réservées à une poignée d’élus. À noter aussi que le projet du CCOV se décline en plusieurs constituants. Si celui de la résidence pour la création de grandes formes est mis à l’avant plan, nous imaginons aussi un centre de création ouvert, par où les artistes de la communauté transitent pour participer aux activités de réflexion et de développement de la pratique artistique.

En conclusion

Encore une fois, nous soumettons le projet du CCOV comme une proposition que nous croyons structurante et aidante pour l’ensemble du milieu. Ce milieu que nous chérissons mais que nous trouvons bien mal en point et dont la précarité fait pâtir l’art qu’il exerce. C’est de façon dédiée et réfléchie que nous avons imaginé ce modèle du CCOV, tout en demeurant conscientes qu’il ne plaira pas à toutes les strates du milieu. Tant mieux si ce projet peut servir de rampe de lancement à un débat et à un positionnement plus clair sur les enjeux auxquels nous devons tous faire face et ce, pour le bien de notre art et de ses artistes.

Mélanie DEMERS
Catherine GAUDET
Caroline LAURIN-BEAUCAGE

1 Afin d’assurer la transition et une cohérence à l’interne, Ginette Laurin demeurera à la direction  artistique du CCOV jusqu’en 2017.

2 Le débat sur les successions dans le milieu théâtral dure depuis 2013 sans avoir, à ce jour, abouti à une issue consensuelle.