BloguesVoix publique

Une critique du multiculturalisme

 

Eh oui…Une AUTRE critique du modèle multiculturaliste canadien.

(On parle ici bien sûr du modèle basé sur la loi sur le multiculturalisme adoptée en 1971 sous le gouvernement libéral de Pierre Trudeau).

Eh non… Cette critique ne vient pas du Québec. Ne vient pas d’un ou d’une penseur nationaliste. Ni même d’un ou d’une souverainiste.

Elle nous arrive via le très britannique The Guardian.

Pourtant, l’auteur, Kenan Malik, y opère la même distinction entre «multiculturalisme» officiel et «immigration» qu’ont fait et font par ailleurs de nombreux nationalistes québécois depuis des lustres… remontant même jusqu’au RIN des années 1960…

Cette critique, l’auteur la construit en commençant par se décrire lui-même comme un «European in favour of mass immigration but critical of multiculturalism». (un européen en faveur d’une immigration massive, mais critique du multiculturalisme.)

Une belle évidence qui, pourtant, semble échapper encore à plusieurs.

M. Malik, tout en soulignant qu’il existe aussi en Europe certaines problématiques liées à des pratiques politiques semblables à celles du Canada, observe qu’il existe une différence fondamentale entre d’un côté, les effets bénéfiques de l’immigration (en rendant la société d’accueil moins insulaire et plus dynamique) et de l’autre, des politiques publiques qui, en «gérant» la diversité, finissent par enfermer les gens dans ce qu’il appelle des «boîtes ethniques»:

«In Europe, one of the key problems with multicultural policy has been the confusion between the lived experience of diversity and the policies enacted to manage that diversity. The first describes the experience of living in a society that has been made less insular and more vibrant through mass immigration, the second a set of political policies, the aim of which is to manage diversity by putting people into ethnic boxes, and using those boxes to shape public policy

L’ironie, poursuit-il, est que ce faisant, les politiques multiculturalistes minent ce qui est «précieux dans l’expérience vécue de la diversité»:

«The irony is that, as a political process, multiculturalism undermines much of what is valuable about the lived experience of diversity. Diversity is important because it allows us to expand our horizons, to think about different values and beliefs, and to engage in political dialogue and debate that can help create a more universal language of citizenship. But it is precisely such dialogue and debate that multicultural policy makes so difficult by boxing people into particular ethnic or cultural categories.»

Puis, de rappeler à ses lecteurs ce que plusieurs historiens et politogues ont amplement documenté, soit que la politique multiculturaliste canadienne fut en fait modulée de manière à diminuer les effets du biculturalisme des deux «peuples fondateurs» de langue française et de langue anglaise: «Historically, Canadian multicultural policy developed as a way not of welcoming immigrants but of mitigating the impact of biculturalism – the long-standing tensions between French-speaking Quebec and the rest of English-speaking Canada».

Résultat: cet «héritage historique a produit des politiques basées sur la reconnaissance publique et l’institutionnalisation des différences culturelles»:

«This historical legacy has ensured that Canadian policy, even more that of European nations, is about the public recognition and institutionalisation of cultural differences.»

Puis, M. Malik de lister quelques exemples parmi d’autres, telle l’apparition au Canada anglais d’écoles «ségrégationnées» sur une base raciale ou religieuse – «not exactly progressive», note-t-il…

Ou encore, une politique d’immigration fédérale (1) qui, tout en prétendant favoriser la diversité, selon l’auteur, se baserait plutôt sur une approche visant à choisir «des gens comme nous» en terme de classe et de vision sociales:

«This suggests that when it comes to celebrating diversity, Canada has a highly restricted definition of the term. It is the diversity of those who are « like us », not in terms of race or ethnicity, but in terms of class and outlook.»

D’où sa conclusion que l’«expérience canadienne» ne répondrait aucunement aux problèmes de l’Europe:

«Nothing in the Canadian experience has made me think that here lie the answers to Europe’s problems. It has, rather, confirmed my view that multiculturalism is problematic, whichever side of the Atlantic.»

***

Encore une fois, voilà une critique du multiculturalisme qui n’est pas sans rappeler les principaux arguments avancés depuis quelques décennies, au Québec et même parfois au Canada anglais,  par des politologues, des historiens et des analystes.

Incluant dans ce livre remarquable – Selling Illusions de Neil Bissoondath.

Cet ouvrage, paru dans les années 1990, est une critique cinglante de ce que l’auteur y qualifie de «culte» du multiculturalisme.

Né à Trinité-et-Tabago, M. Bissoondath, polyglotte, a ensuite vécu en Ontario et au Québec. (La version française de son livre est paru chez Boréal en 1995 sous le titre «Le marché aux illusions».)

***

En d’autres termes, intellectuellement, sociologiquement et politiquement, c’est une erreur d’analyse que de confondre le multiculturalisme avec l’ouverture à l’immigration, à l’Autre, à la diversité et sur le monde… À ne pas confondre. Surtout pas.

***

 (1) Le Québec, par contre, contrôle une partie du processus de sélection de ses immigrants.