Ne manquez rien avec l’infolettre.
BloguesVoix publique

Pierre Curzi quittera la politique

 

 

À l’instar de la députée Lisette Lapointe, le député Pierre Curzi annonce qu’il terminera son mandat comme indépendant, qu’il ne retournera pas au caucus du PQ et ne se représentera pas à la prochaine élection générale.

(Rappelons qu’en juin 2011, les députés Pierre Curzi, Lisette Lapointe, Louise Beaudoin et Jean-Martin Aussant avaient démissionné du caucus péquiste. Et rappelons que Louise Beaudoin sera fort probablement la seule à «revenir» au PQ, quoiqu’elle ne se représentera pas non plus dans son comté.)

 

Dans son communiqué, M. Curzi fait état de «deux rencontres» et de «quelques échanges téléphoniques courtois et respectueux portant sur les conditions de mon éventuel retour comme député du Parti Québécois» qui’il a eus avec Pauline Marois.

«Durant ces discussions», poursuit-il, «j’ai formulé le souhait de présenter une nouvelle Charte québécoise de la langue française en tant que député indépendant d’abord, puis d’assumer à nouveau la responsabilité du dossier linguistique au sein du caucus du Parti Québécois. Mme Marois, de son coté, a formulé des offres qui ne correspondaient pas à mes attentes. Nous ne sommes pas arrivés à un accord. Je comprends les raisons qui la motivent et je les respecte.»

Bref, malgré que M. Curzi ait abattu un travail de moine depuis des années sur la question linguistique, alors qu’on se dirige éventuellement vers une élection générale, Mme Marois a choisi de ne pas redonner au député de Borduas son ancien rôle de porte-parole sur cette question – une question pour laquelle l’intérêt monte sérieusement au sein de l’électorat.

Ce midi, en entrevue avec Benoît Dutrizac sur les ondes du 98.5, Pierre Curzi annonçait aussi qu’il présentera néanmoins son projet d’une nouvelle Loi 101 – une loi qui, depuis trente ans, a été constamment affaiblie par les tribunaux ainsi que par l’inaction des gouvernements sur cette question depuis plus de quinze ans.

 

Également à l’instar de Lisette Lapointe, Pierre Curzi a aussi fait état de son intention, lors de la prochaine élection, de donner un «coup de main» à Jean-Martin Aussant, ex-député péquiste et chef du nouveau parti indépendantiste Option nationale. Et ce, puisqu’il quittera la politique active, sans se présenter sous la bannière de ON.

La raison? En entrevue, M. Curzi l’a décrit comme «un homme politique qui est important pour le Québec».

***

Faire le tour d’une question complexe

Parlant de la question linguistique, voici également le lien pour écouter l’entrevue que j’accordais ce 15 mars à Benoît Dutrizac sur l’état du français. Incluant un retour sur le premier bilan commandé par un gouvernement québécois sur la situation du français depuis l’adoption de la Loi 101, et dont j’étais directrice de la recherche et co-rédactrice en 1995-96.

***

Addendum: En fin d’après-midi, sur la Première chaîne, M. Curzi a précisé qu’il présentera son projet de loi pour une «nouvelle» Loi 101 le 27 mars prochain, à l’Assemblée nationale.

Quant à son contenu, sans aller dans les détails, il a parlé de  «toucher à tous les aspects de la loi 101», de «langue de travail, de l’entreprise, de l’enseignement», du «statut de l’OQLF», du «mode de nomination à l’OQLF», de «ses pouvoirs», de la «langue d’affichage», d’étendre la loi 101 aux «cégeps».

(*) OQLF: Office québécois de la langue française.