Osheaga 2016: Parcours d'une travailleuse de fin de semaine
BloguesErrances

Osheaga 2016: Parcours d’une travailleuse de fin de semaine

Photos (de gauche à droite, de haut en bas): Wolf Parade (crédit: Shawn McDonald), Best Coast, Jazz Cartier (crédit: James Ellis), Coeur de pirate (crédit: Étienne Saint-Denis), Radiohead (dessin inspiré de A Moon Shaped Pool).
Photos (de gauche à droite, de haut en bas): Wolf Parade (crédit: Shawn McDonald), Best Coast, Jazz Cartier (crédit: James Ellis), Coeur de pirate (crédit: Étienne Saint-Denis), Radiohead (dessin inspiré de A Moon Shaped Pool).

Dans la vie, je fais pas mal de trucs, mais travailler de 9 à 5, du lundi au vendredi, ne fait pas partie de ma liste.

C’est agréable pour plein de raisons (Allô les pistes cyclables désertées!), mais aussi un désavantage quand vient le temps de revêtir ma cape de festivalière.

Qu’à cela ne tienne, voici le parcours qui m’attend au cours des trois journées les plus achalandées du festival Osheaga et qui pourrait séduire les mélomanes plus – disons-le ainsi – nocturnes.

Vendredi 29 juillet

Mon vendredi soir sera consacré à une sieste et au retour de Wolf Parade sur scène, au Théâtre Corona.

Cet «afterparty Osheaga», on – parce que je ne suis pas seule – l’attend depuis un bail, plus précisément depuis que les gars ont annoncé quelques concerts à New York, puis Toronto, puis Montréal, enfin. Be there or be vraiment déçu.

Wolf Parade
Avec Freak Heat Waves
Vendredi 29 juillet
23h00 (portes à 22h00)
Théâtre Corona

Samedi 30 juillet

Bon, ce n’était peut-être pas la meilleure décision que d’aller voir un show à 23h00 le vendredi, alors que tu travailles le lendemain de bonne heure. Mais bon, ce qu’on ne ferait pas pour lancer un solide et affirmé «J’étais là!» dans une conversation de name dropping qui tombe à plat.

Bref, après une journée de travail efficace, Osheaga nous attend, Ô gang de travailleurs du week-end, pour une soirée bien chargée. Gros projet.

Si tout va bien, j’arriverai à temps pour attraper Best Coast (scène Verte, 18h25), pour une bonne dose de rock californien.

Puis ma curiosité me fera osciller entre Coeur de pirate (scène de la Vallée, 19h15) qui, accompagnée de musiciens de talent, donne toujours un excellent spectacle, le retour de Haim à Osheaga (scène de la Rivière, 19h25), et un coup d’oeil chez Kaytranada (scène Piknic Électronik, 19h50), nouvellement nommé parmi les dix finalistes du Prix Polaris 2016.

Arrêt du côté de la scène de la Rivière pour voir où Death Cab for Cutie en est rendu (20h25), puis longue pause à la scène de la Vallée pour Jazz Cartier (21h00) qui offrira une plongée dans son plus récent album, Hotel Paranoia.

Petit détour aussi vers la scène Piknic Électronik pour observer Todd Terje & The Olsens, et conclure ce parcours osheagien du samedi soir.

Malheureusement, je ne pourrai assister au spectacle de July Talk (scène de la Rivière, 14h30), des bêtes de scène qui valent le détour et qui ont séduit à leur précédent passage au festival, mais la troupe revient à Montréal le 30 octobre prochain, au Café Campus, donc ce sera l’occasion ou jamais de revivre les soirées magiques des Dimanches Francos avec un band qui est tout sauf ça.

Autre grand malheur dans ma vie de mélomane: rater à nouveau le passage de Kurt Vile & The Violators. Assurément, mon collègue Olivier Boisvert-Magnen y sera, grand fan qu’il est. Je devrai me replier sur un autre passage du musicien au Québec (Bonne chance Julie!) ou effectuer une sortie en terre de Trump pour flirter avec les notes émises par le rockeur de Philadelphie.

Dimanche 31 juillet

RADIOHEEEEEAAAAAD!!!!!

C’est pas mal ça.

Blague empreinte de vérité à part, ma journée de travail m’empêchera de voir aller Leon Bridges (scène de la Rivière, 16h45), mais je vous le suggère fortement. J’aime sa dégaine, sa voix douce et soul assumée, et son penchant pour les mélodies sorties d’une autre époque.

C’est sans doute du côté de Nathaniel Rateliff & The Night Sweats que débutera ma soirée du dimanche (scène Verte, 18h25), pour une bonne dose de gospel-soul-folk-rock, en provenance du Missouri.

Je m’en voudrais ensuite de rater le passage de Koriass (scène de la Vallée, 19h15), rappeur toujours pertinent et fort débrouillard sur scène.

En attrapant la fin de Disclosure (scène de la Montagne, 19h40), j’en profiterai pour attraper à manger et me positionner le mieux possible pour assister à mon X-ième (pas dix, mais «X» comme si je ne les comptais plus, mais si je me force un peu, je pourrais avoir l’air moins vedge) concert de Radiohead.

Et si Radiohead ne montait pas sur la scène de la Rivière en même temps (20h50), on me retrouverait à la scène de la Vallée pour aller voir comment Dead Obies se débrouille ces jours-ci sur scène.

Tous les détails de l’horaire quotidien se retrouvent évidemment au www.osheaga.com, mais je vous souhaite d’avoir déjà vos billets puisque le festival affiche désormais complet.