BloguesJulien Day

Quebecor et la fabrication de nouvelles

Vous vous rappelez de Sarah-Maude Lefebvre, cette « journaliste » de Quebecor qui avait, il y a plus ou moins un an, pondu un « article » laissant sous-entendre que les étudiants en grève l’étaient en partie pour se farcir un voyage dans le sud ?

Pour ceux qui ne s’en rappelleraient plus, la « journaliste » avait contacté une ou deux agences de voyage en plein dans la période de la semaine de relâche, période prisée depuis des lunes par les étudiants voulant s’exiler sur le sable chaud avant le dernier sprint scolaire. Les représentants de ces agences de voyage ont répondu aux questions de la « journaliste » et celle-ci en a tiré ses propres conclusions qui furent assez évidemment suggérées dans son article : les étudiants grévistes ne se battaient pas vraiment pour un gel des frais de scolarité, ils étaient dans le Sud, probablement en train de se taper la beuverie du siècle.

La preuve était béton : comme à chaque année, plusieurs étudiants avaient réservé leur tout-inclus pour la Floride, les représentants des agences de voyage contactées lui avaient confirmé.

Bien sûr, certains étudiants avides de violence et d’intimidation ont adressé quelques mots durs à Sarah-Maude Lefebvre, probablement pour lui signifier pas très poliment que la subtilité de son sous-entendu était plus ou moins réussie, ce qui avait donné lieu à une réaction assez bizarre de la « journaliste » en question. Dans les commentaires d’un message laissé par un de ses amis sur sa page Facebook, Sarah-Maude, visiblement désemparée, laissa sous-entendre que le torchon sur lequel elle venait d’apposer son nom, ne reflétait pas vraiment son opinion…

Elle récidive

Ce matin, encore dans le Journal de Montréal, notre « journaliste » d’enquête récidive avec un article encore plus louche, article que vous pouvez lire ici.

« L’ASSÉ redoutée par des parents », titre celui-ci. Jusqu’ici pas de problème, mais dès que l’on enchaîne avec la lecture de l’article, on se rend assez rapidement compte que le titre comporte une erreur majeure: il devrait en fait être « L’ASSÉ redoutée par le père d’un étudiant en secondaire 4 ».

Le père en question y va d’ailleurs de savantes déclarations telles que :

« La gratuité scolaire, ça n’existe pas. »

On apprend aussi dans le même « article » que la filleule du monsieur en question qui étudie au cégep Montmorency, a terminé sa session d’automne en janvier dernier. « Elle ne l’a pas trouvée drôle », rajoute-il.

Petit détail ici: l’ASSÉ ne représente pas le CEGEP Montmorency, qui comme tous les autres CEGEPs et universités du Québec, ASSÉ ou pas, a laissé le soin à ses étudiants de décider de sa participation ou non à la GGI de l’année dernière.

Bien sûr, pour être certain que tous ces parents le parent inquiet puisse envoyer son fils dans un CEGEP respectable l’an prochain dans deux ans, Sarah-Maude nous fournit en marge de l’article, une liste exhaustive des CEGEPs affiliés à l’ASSÉ.

Mieux vaut prévenir que guérir, qu’elle a dû se dire.

Quelques questions

Si j’avais Sarah-Maude devant moi, je lui poserais quelques questions.

Premièrement, comment t’est venue l’idée de cet article ? Est-ce que les le parent en question vous a contacté au journal pour vous raconter son histoire de parent inquiet et vous avez décidé qu’il était de votre devoir de journalistes d’informer vos lecteurs de son inquiétude, ou est-ce que vous vous êtes dits: « tiens, tiens, ce serait cool de trouver des un parent inquiet de l’affiliation de certains CEGEPs à l’ASSÉ » ?

Deuxièmement, est-ce que c’est toi-même qui a eu la merveilleuse idée de cet article ou quelqu’un, genre le rédacteur en chef, t’a fortement suggéré d’écrire à propos des du parent mort d’inquiétude, comme il est permis de penser que ce fût le cas dans ton précédent article digne d’un Pulitzer ?

Troisièmement, à quelques semaines de l’obtention de ton diplôme, te doutais-tu que tu n’allais pas rapporter la nouvelle, mais bien la fabriquer pour servir l’idéologie de ton employeur ?

Quatrièmement, crois-tu possible qu’à cause de ton article bidon, on passe d’un seul parent inquiet à plusieurs parents inquiets, et ce pour aucune raison ?

Cinquièmement, dans cette optique, es-tu capable d’identifier ta vraie fonction au sein de l’entreprise journalistique qui t’engage ?

Voilà, ma chère Sarah-Maude, quelques questions que tu devrais te poser avant de publier ton prochain article, ton intégrité et le niveau d’intelligence ambiant ne s’en porteront que mieux.