Ne manquez rien avec l’infolettre quotidienne.
BloguesSentir le yâb

Certains des disques les plus originaux à avoir été produits (partie 3)

partie3

PARTIE 3: GOSSER UN DISQUE

Pour cette troisième partie, on passe à l’atelier où on essaie plein de choses. On grave, on taille, on moule, au point où le disque vinyle perd techniquement son nom…

Presser un disque de façon conventionnelle demande une expertise poussée et des machines extrêmement coûteuses. Par contre, il existe une technologie (le gravage sur tour, ou lathe cutting) beaucoup plus abordable et facile d’utilisation qui permet de graver un disque sur à peu près n’importe quoi. Vraiment n’importe quoi.

L’une des meilleure démonstration a eu lieu dans les années ’50, en ex-URSS. À l’époque, la musique rock’n’roll, comme bien d’autres produits américains, était bannie. Les hipsters russes, des stilyagis, voulaient shaker de la patte en écoutant Elvis, mais la censure barrait le rock’n’roll des boutiques et des ondes. Bref, les stilyagis étaient pas mal dans la schnoutski. Pour remédier à la situation, ils ont commencé à graver des disques de rock’n’roll clandestinement sur des radiographies trouvées dans les poubelles d’hôpitaux. La bone music était née!

xray-1

Exemples de bone music, Photos: Jozsef Hajdu et Ksenia Vytuleva

Depuis, plusieurs artistes ont gravé – sans toutefois avoir à craindre des salves de kalashnikovs – des disques sur des radiographies. Parmi eux, Gibby Hanes, chanteur des Butthole Surfers.

gibbyGibby Haynes, Paul’s Not Home (Third Man, 2013)

Donc, on peut presser des disques, on peut en graver, mais on peut aussi en mouler. En 2011, le groupe écossais FOUND lançait le tout premier disque fait entièrement de chocolat et fonctionnel. Évidemment, le disque ne peut être écouté que quelques fois et il peut ruiner ton aiguille de table tournante le temps d’aller chercher la crème fouettée.

foundFOUND, Factorycraft (Chemikal Underground, 2011) Photo: Foundcollective.com

L’année suivante, le groupe suédois Shout Out Louds, appuyé par l’agence de pub TBWA, surfait sur l’idée et lançait le 45t Blue Ice, un disque entièrement fait de glace. Lors du lancement, une dizaine d’ensembles ont été remis aux journalistes. Dans ce kit se trouvait un moule et de l’eau distillée permettant de créer son disque dans le confort de son congélateur.

maxresdefaultShout Out Louds, Blue Ice (2012)

Maintenant, passons à la forge, où Jack White et Third Man Records ont trouvé une autre façon d’avoir du gros fun. En effet, en 2013, l’étiquette a lancé une version deluxe (et foutument blingbling) de la trame sonore du film Great Gatsby sur deux disques métalisés (de couleur or et platine). Si plusieurs des disques présentés dans ce dossier sont des expérimentations ou tirés à quelques exemplaires seulement, ce disque-ci a été le premier du genre à être largement commercialisé. Prix de détail au lancement: 250$. Moins cher qu’une Civic montée!

 2014GreatGatsby-GoldPlatinumVinyl_211114Artistes variés, Music From Baz Luhrmann’s Film The Great Gatsby (Third Man, 2013)

En fait, si vous voulez voir les disques les plus blingbling de l’histoire de l’humanité, levez la tête et plissez les yeux parce qu’ils sont en orbite! Eh oui, en 1977, on a pressé quelques disques (de contenu éducatif) sur du cuivre plaqué or et on les a placé à bord de la sonde Voyager, en guise de cadeau à d’éventuels extra-terrestres from da ghetto.

1024px-The_Sounds_of_Earth_-_GPN-2000-001976

Disque d’or à bord de Voyager (1977) Photo: NASA

Tant qu’à parler métallurgie, une petite compagnie expérimentale de New York, Corporate Records, a réussi il  y a quelques années à graver un prototype de disque en cuivre avec un port USB intégré permettant de télécharger l’album (agrémentant au passage la face b d’une gravure). Cependant, le disque ne dépassera pas le status de prototype. De l’aveu de l’artisan, Adam Pettis, le processus a été extrêmement ardu…et le port USB ne rentrait pas dans une pochette standard de long jeu!

 scrapiron-ShovelShovel, Scrap Iron (Corporate, 2010)

Au fil de ses expérimentations, le même gars a réussi à graver des sillons sur un cd. Donc, ça a créé un disque qui peut jouer à la fois dans un lecteur cd et sur une table tournante.

 fuckfuckFuck Fuck, Imperishable (Corporate, 2010)

Ça commence à être un trip de nerds pas mal, hein? Eh bien dans la quatrième partie de ce dossier, on y va à fond. En ligne demain, juste à temps pour le Record Store Day!

Aussi à lire:
Partie 1
Partie 2

Photo en en-tête: http://2ndgenerationmetalcraft.ca/