Ne manquez rien avec l’infolettre.
Mario Cyr : Revenir d'entre les morts
Livres

Mario Cyr : Revenir d’entre les morts

Le prolifique Mario Cyr fait le portrait de Solange, une avocate cinquantenaire qui a choisi de côtoyer la mort au  quotidien.

Entre une maman ravagée par l’Alzheimer et les cancéreux qu’elle accompagne dans le dernier droit, Solange, bénévole dévouée, connaît bien la petite musique de la mort qui avance. À 52 ans, cette avocate célibataire a même l’impression, parfois, de fréquenter la mort davantage que la vie.

Dans une écriture pleine de tendresse (au sens noble du terme, qui n’a rien de péjoratif), Mario Cyr fait le portrait de cette femme forte en apparence, mais qui soudain craint de se faire aspirer par l’abîme, elle qui réalise peu à peu à quel point elle s’enfonce dans la solitude; à quel point elle a évacué de son existence l’amour avec un grand A, voire la possibilité de cet amour. Prise de conscience douloureuse, en particulier quand un jeune homme de 28 ans, en phase terminale avancée, la regarde comme personne encore ne l’avait fait. "Sa vie, c’est évident, aurait été complètement différente si, à l’âge tendre, un homme l’avait regardée comme il l’a regardée ce matin."

Solange est une femme bien trop rationnelle pour s’abandonner à ce scénario dérisoire, pour jouer une Maude couvant les derniers jours de son Harold. Et pourtant, "une fissure microscopique est apparue à la surface de l’organisation imperturbable de ses jours". Lentement, elle va s’ouvrir un peu plus au monde. Non pas qu’elle le fuyait, ce monde, mais la petite muraille de protection qu’elle avait érigée autour d’elle, souvent sans s’en rendre compte, commence à s’effriter. Les certitudes n’en sont plus. On s’en doute, l’impossible rencontre aura surtout le mérite d’en susciter d’autres, et l’écrivain ouvre habilement certaines pistes, que le lecteur a le loisir de prolonger une fois le livre refermé.

Visite tardive est un livre court. Presque une novella. Le choix se défend, Mario Cyr ayant décidé d’en dire le plus possible avec le moins possible, autrement dit de limiter les mots à l’essentiel, mais on aurait aimé qu’il approfondisse un peu la relation de Solange avec le mourant. Bien sûr, cet embryon de passion ne pouvait être qu’éphémère, mais ses répercussions chez Solange paraissent un peu disproportionnées pour ce qu’on en a vu et lu. Ce qui n’empêche pas Mario Cyr de signer un neuvième roman (en sept ans!) qui mouille plusieurs fois les yeux, et riche de très belles phrases sur la vie, la maladie, et surtout l’amour et ses écueils: "Nos faiblesses sont lourdes, curieusement, elles creusent des ornières si profondes que notre carrosse s’y empêtre dès qu’il reprend la route de l’amour."

Visite tardive
de Mario Cyr
Éd. Les Intouchables
2004, 76 p.