Œuvres de chair : One-night littéraire
Livres

Œuvres de chair : One-night littéraire

Un speed-dating, des rendez-vous clandestins dans les chambres de l’hôtel PUR, un dernier verre au bar. Avec Œuvres de chair, le Festival Québec en toutes lettres se joue des rites du rut pour offrir une rencontre intime entre l’écrivain et son potentiel lecteur.

L’idée générale? Créer un rendez-vous sulfureux pour les amoureux de la littérature. Ça, c’est la coordonnatrice du festival qui le dit elle-même, Christiane Vadnais, lorsqu’on l’interroge sur la nature du happening de clôture imaginé il y a quatre ans. Un concept unique et audacieux visant les jeunes, essentiellement. Ceux que certains chroniqueurs bien-pensants – référence ici à un édito de Yannick Barrette mis en ligne sur le Huffington Post le 1er octobre 2013 – décrivent comme des analphabètes inintéressés par la lecture et obsédés par Occupation double. Un discours trop souvent entendu, répété, et que Mme Vadnais s’explique mal. «Faut arrêter de penser que la littérature se fait avec une plume et un encrier!»

 

 

Blind date

 

L’aventure commence au très loungy restaurant Table, où tête-à-tête entre inconnus seront de mise, où l’alcool coulera (aussi) à flot. Une expérience intimidante pour plusieurs, auteurs comme gens du public. À quoi peut-on s’attendre? À presque tout, il faut être conscient: du récital d’un poème par son auteur qui vous regarde dans le blanc des yeux au romancier qui vous déchirera la page 37 d’un de ses livres pour vous l’offrir en dédicace. À l’étape 1 d’Œuvres de chair, tous les coups sont permis pour vous convaincre de passer à la chambre.

 

Pas besoin d’être un garçon ou une fille facile pour accepter de monter à l’étage, de pousser la porte des petits espaces habités le temps d’une nuit par les auteurs. Si les tenues décentes sont de mise et la nudité proscrite, le processus de séduction se poursuit toujours par les mots. Impossible, d’ailleurs, de savoir qui se cache derrière la porte. Serait-ce la poète acadienne Georgette LeBlanc, l’auteur à succès François Blais ou le bédéiste Francis Desharnais? Nul ne le sait avant d’avoir ouvert la porte. «L’auteur qui est allé le plus loin, c’est Nathalie Lessard qui offrait une poésie chantée en demandant à ses invités de se coucher sur le lit», se souvient Christiane Vadnais. «On leur donne pas mal carte blanche et on les laisse libres dans la forme.» Une marge de manœuvre qu’apprécient les artistes qui se lâchent lousse et qui donnent lieu à des projections vidéo ou des dégustations de fruits exotiques, comme il s’en est déjà vu par les éditions passées.

 

Du nombre cette année: Nadia Gosselin, Joël Champetier, Perrine Leblanc, Roger Léveillé, pour ne nommer que ceux-là. Un total de 21 auteurs qui se retrouvent tous en fin de parcours, vers 23h, pour terminer la soirée au bar en compagnie du public.

 

Œuvres de chair

Samedi 19 octobre de 19h à 3h

Pour réserver sa place : 418 641-6788, poste 125 ou info@quebecentouteslettres.com