Dans votre bibliothèque au printemps
Livres

Dans votre bibliothèque au printemps

Plusieurs maisons d’éditions québécoises enchainent lancements et parutions de nouveautés littéraires depuis le début du mois de mars. 

Même si vos piles de livres à lire des saisons précédentes n’ont fait que s’alourdir, Voir vous a concocté une petite sélection à partir de ces nouvelles sorties et de plusieurs à paraître, tous genres confondus.

Prendre corps
Catherine Voyer-Léger

C’est à La Peuplade qu’est publié le nouveau livre de l’auteure Catherine Voyer-Léger, Prendre corps, paru le 20 mars dernier. Il y est question du corps féminin face à son époque, dans une écriture fragmentée et sensible. «Prendre corps invite à devenir l’autre pour être soi, à pleurer et à rire selon chaque humeur, à penser le langage pour mieux panser la chair.»

Nanimissuat – île tonnerre
Natasha Kanapé Fontaine

Dans ce quatrième recueil de poésie à paraitre le 3 avril, l’artiste et militante innue Natasha Kanapé Fontaine y donne la parole aux femmes à travers les générations dans une tentative de réaproppriation de leurs corps et leurs récits. Sur l’île, l’image phare du livre, la femme solitaire raconte et refait l’histoire.

Récolter la tempête
benoît côté

Ce roman, en librairie depuis le 28 mars, intrigue déjà. Il s’agit d’un premier roman pour ce musicien et compositeur. Récolter la tempête, aux éditions Triptyque, dresse un portrait de Saint-Hyacinthe dans la seconde moitié des années 1990, à travers le regard de Sam, un adolescent de l’époque. On a quelque chose à mi-chemin entre le roman historique et le roman d’apprentissage. On peut d’ailleurs écouter le premier chapitre lu par le comédien Emmanuel Schwartz pour un avant-goût.

Libérer la colère
Geneviève morand et nathalie ann-roy

«Nous sommes en colère! Ce fut une révélation. Une épiphanie. Ce sentiment est tellement honni pour les femmes. Nous vivions dans le déni. Nous ravalions le grondement. Déjà le dire. Se l’avouer. L’écrire. Le hurler. Nous sommes en colère. C’est le début de la libération.» C’est ce qu’on peut lire à propos de Libérer la colère paru le 27 mars dernier aux éditions Remue-Ménage. Le livre rassemble la paroles d’auteures vivants des réalités différentes, mais toutes animées par le désir de briser le silence et le calme apparent.

YVES, FIDÈLE À LUI-MÊME
alexandre simard, luc bossé

Les aventures d’Yves continuent dans cette suite dessinée qui succède à Yves, le roi de la cruise, le tout premier livre édité par Pow Pow. Dans cette nouvelle histoire, on aborde la vie d’un couple pris dans les rouages d’un quotidien et des nombreuses tentations que connaissent les amours casaniers. Les incertitudes d’Yves seront en librairie le 10 avril.

Marx et la poupée
Maryam Madjidi

Récipiendaire du Goncourt du nouveau roman, originalement publié aux éditions Nouvel Attila en 2017, le roman autobiographique Marx et la poupée renait aux éditions Héliotrope.  C’est l’histoire de Maryam qui refait le chemin de sa naissance dans le décor de la révolution iranienne. L’auteure suit les fils de son récit qui l’amènera très jeune, en exil. Elle aborde les thèmes de l’identité et le déchirement entre deux cultures.

Les fins heureuses
Simon Brousseau

L’auteur revient avec ce recueil de nouvelles cyniques et drôles construites autour de cette idée: «Malgré nos efforts, nous ne contrôlons pas le déroulement de nos existences puisque nous sommes toujours, de diverses façons, l’objet de forces qui nous dépassent». Le 10 avril prochain, nous saurons si les histoires finissent toujours bien ou pas.

Mardi comme mardi
Michèle Nicole Provencher

Michèle Nicole Provencher signe un premier roman doux-amer, paru le 14 mars dernier, aux éditions La Mèche. Elle y raconte une histoire de la petite Michèle qui se retrouve dans une nouvelle famille à la mort de sa mère. L’âge adulte permet à la narratrice d’affronter les souvenirs de cette enfance dure, mais qui n’a pas su teinter sa force de vivre. Un roman résilient et lumineux à la fois.

Ce qui se passe dehors
Catherine Dorion

Femme politique et auteure, Catherine Dorion ne chôme pas. Elle vient de publier un nouveau roman jeunesse chez Hurtubise qui traite des thèmes qu’elle affectionne. Dans Ce qui se passe dehors, le militantisme côtoie les premiers émois de la jeunesse. Pour bâtir ces deux personnages principaux, l’auteure s’est beaucoup inspirée de l’action politique qui prend naissance de plus en plus tôt chez les jeunes québécois.

l’étrange odeur du safran
Miléna babin

Plusieurs histoires s’entremêlent dans ce roman à paraitre aux éditions XYZ, deuxième roman pour l’auteure. On y suit l’histoire de Nil à la fin des années 1980 dans une fuite vers le Bas-St-Laurent et sa rencontre avec Jacob, un restaurateur séropositif trafiquant de safran. Mais Miléna Babin semble nous réserver des surprises, car qu’ont en commun l’Inde et le Québec? À découvrir le 4 avril.

PACIFIC BELL
Julie hétu

«Depuis longtemps, j’ai cette idée d’écrire un roman comme s’il s’agissait d’un tableau, par aplats de couleurs, en épaisseur plus qu’en longueur», écrit Julie Hétu dans Aparté, la revue des éditions Alto. C’est l’impression que nous fait ce livre qui sort le 10 avril et dont l’histoire se dévoile au milieu du désert des Mojaves. Les pages qui nous attendent semblent riches et aventureuses tandis que les personnages font entendre leurs voix. Comme Sofia Loera, animatrice de radio, qui travaille pour une organisation criminelle par amour pour sa famille.

Les offres sur Boutique.Voir.ca

Obtenez de 25% à 40% de plus dans ces établissements!