Ne manquez rien avec l’infolettre quotidienne.
Hélène Frédérick : La nuit sauve
Livres

Hélène Frédérick : La nuit sauve

Québécoise vivant à Paris, Hélène Frédérick peaufine une œuvre notable depuis près de 10 ans – La poupée de Kokoschka en 2010, le magnifique Forêt contraire en 2014, notamment finaliste au Prix des libraires du Québec, et Plans sauvages en 2016. L’autrice revient cette année avec La nuit sauve, porté par une écriture maîtrisée. Le roman s’immisce lors d’une soirée de festivités au cœur de la campagne québécoise. Placé en 1988, le livre raconte les tourments d’une jeunesse à qui rien n’est promis. La soirée estivale apparaît ici comme ce battement salutaire hors du joug scolaire, où tous peuvent rêver à mieux, espérer grand et craindre l’avenir. Se jouant des codes du roman coming of age, La nuit sauve se présente au lecteur comme un microcosme des vertiges passés.

Fred, Mathieu et Julie s’alternent la narration de cette nuit aux multiples possibles. Au milieu d’un champ, le feu s’embrase comme la jeunesse. Fred s’occupe de la vitalité du brasier alors qu’un fil électrique alimenté par une grange non loin permet à Mathieu d’être aux platines. Julie s’esclaffe, bière à la main, aux côtés de sa meilleure amie Sophie, le genre d’amitié que seules celles qui l’habitent peuvent comprendre. Les motocyclettes longent le sol, l’alcool circule, la nuit sera éternelle. C’est ce genre de soirée où tout semble jouable, l’amour à portée de main, le baiser au détour du champ de maïs. Mais c’est aussi celle des violences sourdes, des volontés bafouées.

Le roman de Frédérick sublime la naïveté adolescente, il erre délicatement dans toute cette cruauté impubère, celle qui semble pouvoir loger en toutes choses lorsque le confort de l’enfance s’éloigne et que les promesses de l’âge adulte apparaissent vaines. Le style envoûte tellement il sonne juste – le lecteur se voit obligé de fréquenter à nouveau les méandres du secondaire. L’autrice se mêle à ses narrations par de courts paragraphes en italique, des interstices salutaires, des regards obliques: «Amnésies saisonnières: sur l’herbe, le sang pouvait couler, la neige en effacerait les traces.» Roman subtil qui ne laisse rien au hasard, La nuit sauve est une expérience à vivre d’un trait, un retour aux sources où personne ne se porte garant des sauvetages imposés, où tous souhaitent que le soleil prenne son temps sur la ligne d’horizon.

La nuit sauve
Hélène Frédérick
Verticales, 184 pages, 2019
ISBN : 9782072822872

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie