Ne manquez rien avec l’infolettre quotidienne.
Blanc Résine
Livres

Blanc Résine

Il y a quelque chose chez Audrée Wilhelmy que je ne retrouve nulle part ailleurs. C’est dans le style, bien sûr. Dans la manière, assurément. Dans l’inventivité, sans doute. Mais ça dépasse tout cela. Avec Wilhelmy, c’est dans le pacte de lecture que ça se passe, comme si la singularité de l’univers qu’elle nous proposait ne venait pas tant de la littérature, mais de la sorcellerie. Elle nous captive, Wilhelmy, et ce, depuis Oss (Leméac, 2011), qui tenait en quelques dizaines de pages, mais nous hantait sur le long terme, comme si pointaient là les rhizomes d’un envoûtement. La prose onirique à souhait de l’autrice ne nous fait jamais oublier sa grande force littéraire. Elle nous hypnotise, parvenant à faire croire en la tangibilité d’un tel monde, celui de la Cité, de Féléor, de Mie et maintenant de Daã. Avec Blanc Résine, la jeune écrivaine livre peut-être son roman le plus dense, laissant poindre l’idée qu’elle s’abreuve à une source intarissable où les fictions poursuivent les rêves.

Dans un Nord boréal fantasmé, un couvent élève la petite Daã, orpheline et sauvage. Ce sont une douzaine de femmes qui la porteront au monde terrestre, fait de boue et de lichen. Pas très loin se trouve la Kohle Co., une compagnie minière qui vend du rêve pour ensuite arracher des vies, un endroit funeste dont peu s’extirpent. C’est pourtant le cas de Laure Hekiel, né albinos sur la mine (immaculé dans l’enfer du charbon), qui assistera le docteur Do avant de partir pour la Cité afin d’être formé comme officier de médecine. La Kohle Co. paie tout, mais il devra y rester 10 ans avant d’être libéré des tintements infernaux qui habitent les galeries sombres de la mine.

Bien sûr, Daã et Laure se rencontreront. Bien sûr, ils se quitteront, car au final, Blanc Résine est le récit de cet amour improbable, mais surtout une ode à la toute puissante liberté: celle du corps, du territoire, de la langue et de la femme. Au détour de quelques passages, on se surprend à penser à Anne Hébert, à Germinal, au Survenant, et c’est exactement pour cela qu’on se dit qu’Audrée Wilhelmy est une sorcière: elle se joue des horizons d’attente, s’amuse dans le champ lexical et propose une œuvre guerrière et magnifique qui nous embrase malgré le froid.

Blanc résine
Blanc résine
Audrée Wilhelmy
Leméac, 352 pages, 2019
ISBN : 9782760948174

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie