Ne manquez rien avec l’infolettre.
BloguesCinémaniaque

Jutra 2014: Le triomphe de Louis Cyr

louisjutra614

En sacrant Meilleur film Louis Cyr – L’homme le plus fort du monde de Daniel Roby, le 16e gala des Jutra n’a pas été sans rappeler celui des prix César. Ainsi, il y a quelques semaines, Les garçons et Guillaume, à table! de Guillaume Gallienne, l’un des films les plus populaires de 2013 avec plus de deux millions de spectateurs en France, y remportait cinq prix, dont celui du Meilleur film, coiffant au poteau le récipiendaire de la Palme d’Or, La vie d’Adèle, chapitres 1 & 2 d’Abdellatif Kechiche, qui a dû se contenter du prix de la meilleure actrice pour Léa Seydoux.

Ce triomphe du cinéma populaire sur le cinéma d’auteur s’est répété ce dimanche alors que Le démantèlement de Sébastien Pilote, superbe film trônant au sommet du palmarès de plusieurs critiques et pressenti pour rafler les grands honneurs, est reparti avec le Jutra de la Meilleure direction de la photo pour le magnifique travail de Michel La Veaux.

De même, plusieurs avaient prédit la victoire de l’impérial Gabriel Arcand dans la catégorie du meilleur acteur, mais c’est Antoine Bertrand, parfait dans le rôle de l’homme fort de Saint-Jean-de-Matha, qui a remporté ce Jutra. L’acteur a par ailleurs tant ému avec son discours, où il a notamment remercié sa compagne Catherine-Anne Toupin de le faire sentir « bon, beau et fort » et rendu hommage à sa défunte mère, que l’animateur Laurent Paquin a dû appeler en renfort sa partenaire Penélope McQuade afin de présenter la catégorie suivante.

Pour sa part, Guillaume Cyr, interprète d’Horace Barré, ami de Louis Cyr, et lauréat du Jutra du Meilleur acteur de soutien, a encouragé le public à découvrir notre cinéma en salle : « Ça s’appelle le cinéma québécois, pas le DVD québécois. Le jour où il restera juste des Transformers au cinéma, ça va être plate en sacrement! »

Grand film populaire au sens noble du terme, Louis Cyr, en a surpris plus d’un – le distributeur Christian Larouche semblait complètement abasourdi en recevant l’honneur suprême – en remportant neuf statuettes, incluant le Jutra billet d’or Cineplex. On est bien loin de l’année où Bon Cop, Bad Cop d’Érik Canuel, récipiendaire du Billet d’or en 2007, n’avait eu droit qu’au prix du Meilleur montage alors qu’il figurait dans presque toutes les catégories…

« Film good movie » par excellence et deuxième film le plus populaire de l’année, Gabrielle de Louise Archambault a aussi brillé durant la soirée en remportant cinq prix, dont ceux du Film s’étant le plus illustré à l’extérieur du Québec et de la Meilleure actrice de soutien pour Mélissa Désormeaux-Poulin : « Louise Archambault, t’es ma découverte de l’année, je t’aime. Gabrielle (Marion-Rivard), ce prix-là, je le partage avec toi. Il y a un élan d’amour qui te suit. Tu m’as changée » a dit la talentueuse actrice.

Tandis que Richard Comeau récoltait son quatrième Jutra, fort mérité, en carrière pour le Meilleur montage, la réalisatrice a reçu le prix du Meilleur scénario des mains de Claude Robinson, l’artiste le plus chaleureusement accueilli de la soirée, en plus de devenir la deuxième femme a recevoir le prix de la Meilleure réalisation, succédant à Lyne Charlebois pour Borderline.

Deux autres films ont réussi à se retrouver au palmarès, soit Roche Papier Ciseaux de Yan Lanouette Turgeon, prix de la Meilleure musique originale pour Ramachandra Borcar, et Vic + Flo ont vu un ours de Denis Côté, prix de la Meilleure actrice pour Pierrette Robitaille. Si l’actrice a provoqué la surprise en se retrouvant dans l’univers du réalisateur ayant mérité l’Ours d’argent à Berlin, celle-ci s’imposait naturellement dans cette catégorie : « Je pense que je ne connais pas d’acteur qui ne rêve pas de rencontrer son Denis Côté. Vive la passion, vive l’audace de Denis Côté », a-t-elle dit, avant de rappeler qu’elle faisait aussi de la comédie.

Après la présentation de Patrick Huard et la projection d’un court portrait en images de Jean-Philippe Duval, le cinéaste américain Ted Kotcheff (L’apprentissage de Duddy Kravitz) est venu saluer Micheline Lanctôt, lauréate du Jutra-Hommage 2014 : « Micheline Lanctôt traduit l’essence même du Québec. Elle en est l’image et l’âme », a-t-il dans un français délicieux. « J’espère que ce ne sera pas mon dernier Jutra », a commenté la femme forte du cinéma québécois avant d’ajouter à l’endroit des politiciens : « N’oubliez pas que les artistes et la jeunesse sont les forces vives de notre société. »

Enfin, les succès de Louis Cyr et de Gabrielle lors de cette soirée soulignent le fait que nos créateurs font du cinéma grand public de qualité. Toutefois, il ne faudrait pas négliger les œuvres plus audacieuses – rappelons que Le météore de François Delisle, l’une des propositions les plus radicales et originales de 2013 a été ignoré des Jutra. Aurait-on tenté hier soir de nous faire oublier la crise que traverse le cinéma québécois en saluant deux œuvres lumineuses mettant en scène l’un de nos rares héros et une jeune fille au sourire conquérant?

La bonne santé du cinéma ne se mesure pas qu’à sa popularité, mais à sa diversité. En couronnant deux œuvres aux qualités indéniables mais ayant déjà conquis le cœur des Québécois au détriment d’oeuvres plus sombres n’ayant pas rencontré leur public, on ne pourrait dire que les membres des différents jurys ont fait preuve de grande originalité, pas plus qu’ils auront ainsi contribué à éveiller la curiosité des spectateurs.

 

Jutra-Hommage 2014 

Micheline Lanctôt

 

Meilleur film

Catimini de Nathalie Saint-Pierre

Le démantèlement de Sébastien Pilote

Diego Star de Frédérick Pelletier

Gabrielle de Louise Archambault

Louis Cyr – L’homme le plus fort du monde de Daniel Roby

 

Meilleure réalisation

Louise Archambault – Gabrielle

Denis Côté – Vic + Flo ont vu un ours

Robert Lepage et Pedro Pires – Triptyque

Sébastien Pilote – Le démantèlement

Daniel Roby – Louis Cyr – L’homme le plus fort du monde

 

Meilleure actrice

Chloé Bourgeois – Diego Star

Lise Castonguay – Triptyque

Rose-Maïté Erkoreka – Louis Cyr – L’homme le plus fort du monde

Marie-Évelyne Lessard – Les manèges humains

Pierrette Robitaille – Vic + Flo ont vu un ours

 

Meilleur acteur

Gabriel Arcand – Le démantèlement

Antoine Bertrand – Louis Cyr – L’homme le plus fort du monde

Alexandre Landry – Gabrielle

Marcel Sabourin – L’autre maison

Issaka Sawadogo – Diego Star

 

Meilleure actrice de soutien

Marie Brassard – Vic + Flo ont vu un ours

Sophie Desmarais – Le démantèlement

Mélissa Désormeaux-Poulin – Gabrielle

Muriel Dutil – Ressac

Frédérique Paré – Catimini

 

Meilleur acteur de soutien

Guillaume Cyr – Louis Cyr – L’homme le plus fort du monde

Normand Daoust – Les manèges humains

Benoît Gouin – Gabrielle

Vincent-Guillaume Otis – Gabrielle

Gilles Renaud – Le démantèlement

 

Meilleur scénario

Louise Archambault – Gabrielle

Denis Côté – Vic + Flo ont vu un ours

Martin Laroche – Les manèges humains

Frédérick Pelletier – Diego Star

Nathalie Saint-Pierre – Catimini

 

Meilleure direction de la photographie

Steve Asselin – L’autre maison

Nicolas Bolduc – Louis Cyr – L’homme le plus fort du monde

Michel La Veaux – Le démantèlement

Nathalie Moliavko-Visotzky – Catimini

André Turpin – Whitewash

 

Meilleure direction artistique

Jean Babin, Christian Légaré et David Pelletier – Triptyque

Isabelle Guay, Jean-Pierre Paquet et Réal Proulx – Upside Down

Marie-Hélène Lavoie – Chasse au Godard d’Abbittibbi

Michel Proulx et Marc Ricard – Louis Cyr – L’homme le plus fort du monde

Marjorie Rhéaume – Diego Star

 

Meilleur son

Sylvain Bellemare, Pierre Bertrand et Bernard Gariépy Strobl – Gabrielle

Stéphane Bergeron, Martin Pinsonnault et Simon Poudrette – Louis Cyr – L’homme le plus fort du monde

Jérôme Boiteau – La légende de Sarila

Michel B. Bordeleau, Frédéric de Ravignan et Gavin Fernandes – Jappeloup l’étoffe d’un champion

Yann Cleary et Martin Rouillard – Chasse au Godard d’Abbittibbi

 

Meilleur montage

Richard Comeau – Gabrielle

Dominique Fortin – Erased

Louis-Martin Paradis – L’autre maison

Nathalie Saint-Pierre – Catimini

Arthur Tarnowski – Whitewash

 

Meilleure musique originale

Olivier Auriol – La légende de Sarila

Ramachandra Borcar – Roche, papier, ciseaux

Benoît Charest – Upside Down

Michel Cusson – Rouge sang

Thomas Hellman – Les manèges humains

 

Meilleurs costumes

Carmen Alie – Louis Cyr – L’homme le plus fort du monde

Caroline Bodson – Chasse au Godard d’Abbittibbi

Judy Jonker – Triptyque

Nicoletta Massone – Upside Down

Lea Carlson – The Colony

Madeleine Tremblay – Rouge Sang

 

Meilleur maquillage

Kathryn Casault – Les 4 soldats

Kathryn Casault – Whitewash

Maïna Militza – Chasse au Godard d’Abbittibbi

Colleen Quinton – Erased

Natalie Trépanier – Louis Cyr – L’homme le plus ford du monde

 

Meilleure coiffure

Réjean Goderre – Il était une fois les Boys

Manon Joly – Lac Mystère

Martin Lapointe – Louis Cyr – L’homme le plus fort du monde

Maïna Militza – Chasse au Godard d’Abbittibbi

Denis Parent – Les 4 soldats

 

Meilleur long métrage documentaire

Le chant des ondes de Caroline Martel

Dans un océan d’images d’Hélène Doyle

En attendant le printemps de Marie-Geneviève Chabot

Le prix des mots de Julien Fréchette

Québékoisie de Mélanie Carrier et Olivier Higgins

 

Meilleur court ou moyen métrage de fiction

Gaspé Copper d’Alexis Fortier Gauthier

Mémorable moi de Jean-François Asselin

Nous avions de Stéphane Mourkazel

L’ouragan fuck you tabarnak! d’Ara Ball

Quelqu’un d’extraordinaire de Monia Chokri

 

Meilleur court ou moyen métrage d’animation

Le courant faible de la rivière de Joël Vaudreuil

La fin de Pinky de Claire Blanchet

Errance d’Eleonore Goldberg

Gloria Victoria de Theodore Ushev

Le jour nous écoute de Félix Dufour-Laperrière

 

Film s’étant le plus illustré à l’extérieur du Québec

Le démantèlement de Sébastien Pilote

Gabrielle de Louise Archambault

Inch’Allah d’Anaïs Barbeau-Lavalette

Tom à la ferme de Xavier Dolan

Vic + Flo ont vu un ours de Denis Côté

 

Jutra Billet d’or Cineplex

Louis Cyr – L’homme le plus fort du monde de Daniel Roby