Ne manquez rien avec l’infolettre.
BloguesMouvements sociaux

Faire taire les cadavres

* Texte écrit en collaboration avec Éric Martin, professeur de philosophie

La grève étudiante nous démontre de manière exemplaire que ce que nous aimons, désirons et espérons n’a que peu de poids sur les décisions qui régissent nos vies. Elle nous démontre que l’exercice de notre liberté n’intervient nulle part dans le calcul mécanisé qui mène le monde. Cette grève nous montre encore que pour le Capital et ses serviteurs, l’éducation et la culture ne sont pas des chemins vers la découverte de l’humanité que nous avons en partage, mais des moyens d’accélérer l’accumulation de l’argent.

La jeunesse, qui n’a guère d’autre lieu d’expression, envahit les rues pour se faire entendre. Elle refuse qu’on démolisse l’éducation publique, elle refuse que son avenir soit déjà tracé d’avance. Elle libère une créativité qui nous montre la beauté qu’aurait le quotidien si nos énergies n’étaient pas toutes entières canalisées dans un travail abrutissant. Il y a longtemps que nos rues n’avaient pas été bruyantes, il y a longtemps qu’elles n’avaient pas pris autant de couleur. Cette grève, sans l’ombre d’un doute, secoue la tranquillité apathique de notre belle province.

Mais nombre d’étudiantes et d’étudiants découvrent maintenant que le monde de la marchandise n’en est pas un qui écoute. Il ne parle ni ne discute : il ordonne. Ses mots et ses phrases sont ceux de la propagande. Les gouvernants exécutent ses diktats, et envoient la police et ses matraques mater les récalcitrants qui osent élever leurs voix contre l’inquestionnable marche de la machine.  La valeur, les voitures, l’information doit circuler en continu, les gens doivent tenir leur poste et se taire. La croissance infinie a besoin que l’on installe partout l’esprit de l’égoïsme, de la concurrence, de l’opportunisme, de la méfiance. Silence, on accumule !

Il est normal que la grève choque notre société. Elle est la réplique aux mensonges qui enserrent nos vies et nos pensées. Une réplique à ceux qui réduisent la liberté à sa dimension égoïste, une réplique à la démocratie formelle qui fait de nous les spectateurs du pouvoir exercé en notre nom, une réplique à ceux qui veulent qu’on transforme notre temps, nos vies, la culture, l’art et la beauté en marchandise sans qualité. Autrement dit, elle est une réplique aux mensonges qu’on se raconte en faisant semblant d’y croire.

Les étudiantes et les étudiants refusent de se taire, refusent de « faire le mort ». Ils refusent de devenir les zombies d’un système mort, d’une logique de mort, d’obéir à ceux qui « parlent avec un cadavre dans la bouche » (Marx). Comme dans le célèbre conte d’Andersen ou l’enfant est le seul à oser dire que l’empereur est nu, les étudiantes et les étudiants ont cessé de jouer la comédie. Ils ont décidé d’arrêter de ne pas exister. Ils et elles ont décidé d’apparaître collectivement. Non pas à travers une catégorie de sondage ou un « X » anonyme effectué dans un isoloir, mais réellement, en devenant assemblées, manifestations et désobéissance.

Cette grève crève l’écran, elle brise le mur du son, elle arrête le continuum du spectaculaire. Les étudiantes et les étudiants nous permettent de recommencer à parler de ce qu’est pour nous l’humain, la nature, l’égalité, la justice, un monde vivant…   Cette brèche que les étudiantes et les étudiants ont ouverte ne doit surtout pas se refermer.

***

Les étudiantes et les étudiants sont quelques 170 000 en grève. Le rapport de force leur est encore largement favorable. Le gouvernement ne pourra pas tenir encore longtemps. S’il a pour lui le monopole de la violence, les juges et quelques chroniqueurs aux aboies, il ne possède pas la détermination qu’a démontré le mouvement de protestation depuis le début de cette grève.

Mais il faut tenir ! Il faut reconduire les votes de grève en assemblées, défendre les lignes de piquetage, combattre les injonctions et continuer de perturber l’économie. Pour gagner une grève, il suffit de tenir une minute de plus que la partie adverse. Encore quelques jours et le gouvernement devra plier.

Mais nul n’est besoin de leur rappeler : les grévistes l’ont déjà compris. Ils savent désormais, et mieux que quiconque en cette tranquille belle province, comment se battre.