Ne manquez rien avec l’infolettre.
BloguesMouvements sociaux

Cette entente est une farce

Cette entente est une insulte.

Cette entente est une reddition!

En l’analysant, les plus optimistes – ou les plus fatigués – y verront un « moratoire » sur la question de la hausse des frais de scolarité. Pourtant, il n’en est rien. La hausse prévue de 1778$ sur sept ans est bel et bien maintenue et sa « suspension temporaire » est financée par une diminution des frais afférents payés par les étudiantes et les étudiants [1].

Le gouvernement maintient donc la hausse contre laquelle les grévistes luttent depuis plusieurs semaines. Il crée toutefois un « Comité provisoire » qui sera chargé de recommander certaines coupures dans les « dépenses inutiles ». Ce « Comité », bien entendu, ne serait pas dominé par les voix étudiantes (elles ne seraient que quatre sur 19). Autrement dit, la hausse sera amortie par des coupures dans les institutions d’enseignement; coupures qui seront imposées par un comité où domineront les recteurs (farouchement pour la hausse), les représentants des cégeps, les hommes de main de la ministre et le milieu des affaires.

De plus, rien dans cette entente ne garantit que la hausse ne sera pas appliquée totalement dans les années subséquentes. Si l’augmentation des frais de 125$ pourra être comblée sans trop de peine par quelques coupures plus ou moins importantes la première année, on se demande bien comment les universités trouveront les 1778$ d’augmentation projetée pour les sept années suivantes.

Encore une fois fidèle à son arrogance, le gouvernement a effectué les négociations sans la CLASSE (toujours considérée comme « violente »), lui préférant l’ASSÉ (qui en est le cœur sans en porter le nom). Non sans paternalisme, il a même ajouté, comme si ce n’était pas assez, que les étudiantes et les étudiants ne devaient « pas organiser de manifestations liées à cette entente » (heureusement, ils ne respecteront manifestement pas cette clause grotesque…).

En d’autres mots, cette entente, puisqu’elle ne revient aucunement sur la hausse annoncée, ne répond pas à la revendication principale des grévistes. Elle n’est rien d’autre qu’une nouvelle tentative de faire capituler la protestation. Pour ceux et celles qui sont naïvement tentés de crier victoire et de mordre à l’hameçon, rappelons que le gouvernement lui-même affirme qu’il « maintient intégralement les hausses » et qu’il « est faux de prétendre que l’augmentation des frais de scolarité sera obligatoirement compensée par la baisse des frais [2] ».

WTF?

Après plus de 80 jours de grève, plus de 175 manifestations à travers la province…

Après ces centaines d’assemblées, ces centaines de réunions, ces centaines d’actions de désobéissance civile, ces centaines de blocages et d’actions directes…

Après plus de deux mois de répression policière et de lutte contre les gardiens de sécurité privés… Après plus de 1000 arrestations, plus de 10 000 coups de matraques et plus de 100 000 larmes et toussotements causés par les gaz toxiques et le poivre de Cayenne…

Après autant de mépris des politiciens, des chroniqueurs, des juges et des étudiants pour la hausse…

Bref, après tant d’efforts et de sacrifices, nous devrions plier l’échine et entrer sagement bredouilles (ou presque) à la maison?

C’est une blague, non?

Vous saviez que les étudiantes et les étudiants ont subi de nombreuses fractures du crâne et quelques commotions cérébrales? Vous saviez qu’un manifestant a perdu un œil à cause de la répression policière? Vous avez vu la photo de ce jeune qui a eu l’oreille arrachée par un projectile de la police? Vous saviez qu’un manifestant est, en ce moment même, entre la vie et la mort parce qu’il a brutalement été battu par un policier?

Au retour de la pause…

Dans les jours qui viennent, les politiciens et leurs amis chroniqueurs affirmeront sans doute qu’il faut absolument « mettre fin à la crise ». Encore une fois, nombre d’entre eux utiliseront le prétexte de l’escalade de la « violence » pour souligner l’urgence d’un retour en classe. Et ils ajouteront que les sondages démontrent que « l’appui aux étudiants diminue », que le mouvement a perdu la bataille de l’opinion publique.

En d’autres mots, ils diront que ceux qui depuis des semaines reçoivent des coups de matraque et sont traînés dans la boue par les médias sont responsables de leurs blessures et des « mauvais résultats » des sondages.

Cette logique, si vous l’avez bien saisie, est d’une cruauté à faire pâlir le Marquis de Sade en personne …

Mais les étudiantes et les étudiants, depuis le début de cette grève, résistent avec courage à cet enfermement schizophrénique typique de notre société. Les politiciens et les chroniqueurs devraient d’ailleurs se rappeler une chose : les étudiantes et les étudiants sont encore 175 000 en grève. En 1996, le gouvernement a négocié alors que les grévistes étaient à peine la moitié de ce nombre; en 2005, il a fait de même alors qu’ils n’avaient aucunement crée le rapport de force actuel.

Et ils étaient beaucoup moins en colère qu’ils ne le sont aujourd’hui.

 

Notes

[1] Pour lire le texte de l’entente en entier : http://pdf.cyberpresse.ca/lapresse/2012-05-05_protocole-entente.pdf

[2] Le PLQ dit à ses députés: «Québec maintient intégralement les hausses» http://www.lapresse.ca/actualites/dossiers/conflit-etudiant/201205/06/01-4522472-le-plq-dit-a-ses-deputes-quebec-maintient-integralement-les-hausses.php