Ne manquez rien avec l’infolettre.
BloguesMouvements sociaux

Interdiction de citer : ceci n’est pas du colonialisme

Chaque sauvage devra, avant l’émission des lettres patentes mentionnées dans la treizième section du présent acte, déclarer au surintendant-général des Affaires des sauvages, les nom et prénom sous lesquels il désire être émancipé et connu par la suite…

Acte sanctionné par le Parlement du Royaume-Uni, le 22 juin 1869.

*

« Réserve » : Parcelle de terrain dont Sa Majesté est propriétaire et qu’elle a mise de côté à l’usage et au profit d’une bande…

– Extrait de la loi sur les indiens, 1876

*

Tout sauvage ou autre personne qui participe ou assiste à la célébration de la fête sauvage désignée sous le nom de « potlache », ou à la danse sauvage désignée sous le nom de « Tananawas » est coupable du délit et passible d’incarcération pendant un terme de 6 mois ou plus…

– Statuts du Canada, 1884.

*

Notre objectif est de poursuivre le travail jusqu’à ce qu’il n’y ait plus un seul Indien au Canada qui n’ait pas été absorbé dans le corps politique…

– Ducan Campbell Scott, surintendant au ministère des affaires indiennes, 1920.

*

Les récents amendements donnent le contrôle aux Affaires indiennes et retirent aux parents indiens la responsabilité du soin et de l’éducation de leurs enfants, et les meilleurs intérêts des enfants indiens sont promus et pleinement protégés.

Rapport annuel du ministère des Affaires indiennes, 1921.

*

…le sauvage était sensuel. Il se livrait facilement à la débauche. Son goût pour les boissons alcooliques fut encore un des principaux obstacles à l’action des missionnaires. Enfin, il était sans force morale, sans caractère

– Manuel scolaire québécois, 1945.

*

Avec super écono, plus besoin d’habiter à Kahnawake pour pas payer cher de chauffage!

– Slogan publicitaire, Super-écono, 1994.

*

Les autochtones vivent dans une sorte de paradis marxiste.

– Brian Filtzpatrick, député conservateur, 2006.

*

Deux Québécois sur trois pensent que les autochtones ont un niveau de vie aussi bon, voire meilleur, que le Canadien moyen.

– Sondage, Le Devoir, janvier 2007.

*

On a réussi à trouver une chose sur Google, sur le récit de Glouskap, Glouskap a tué son frère Malsum, l’Esprit du Mal, le fameux Winpé et d’autres sorciers encore. Enfin, il a tant humilié la sorcière Poujinkouesse qu’elle s’est changée en maringouin, et cela uniquement pour se venger, car elle est devenue, grâce à cette métamorphose, la mère d’une engeance persécutrice des hommes que protège son puissant ennemi. Je veux juste être sûr que c’est le bon récit, ma fille (de 5 ans) va m’arriver avec ça l’automne prochain.

Mario Dumont, chef de l’ADQ, 2007.

*

 

[…] des centaines de cas de femmes autochtones disparues ou victimes de meurtre au cours des deux dernières décennies n’ont pas fait l’objet d’enquêtes approfondies, pas plus qu’une attention prioritaire n’y a été accordée, les coupables restant impunis. 

– Rapport de l’ONU sur l’élimination de la discrimination envers les femmes, 2008.

*

La police et l’État ne veulent pas intervenir dans les réserves de peur de passer pour une bande de racistes. Alors on ferme les yeux. Qu’on se le dise: les lois ne sont pas les mêmes pour tout le monde, au Canada.

– Richard Martineau, sur son blogue, 2008.

*

Ce n’est pas en reconnaissant aux autochtones des droits supérieurs à ceux des Blancs que nous allons avancer dans la bonne direction. Au contraire, c’est de la politique haineuse qui amène des tensions sociales et qui se termine comme en Israël.

– André Forbes, candidat libéral, 2009.

*

[…] jamais Ottawa n’oserait y lancer un programme de contrôle des naissances. Je vois déjà les accusations de génocide devant la Commission des droits de l’homme de Genève. Faire des enfants, c’est l’activité licite la plus payante et, de loin, la plus divertissante sur les réserves éloignées.

– Normand Lester, blogue, 30 novembre 2011.

*

La grève de la faim est définie comme la cessation volontaire de prendre des aliments afin de contraindre une personne morale, une entité politique, à accéder à ses volontés. Autrement dit, c’est une forme extrême de chantage.

– Jacques Samson, Journal de Montréal, 5 janvier 2013.

*

[…] pendant que la chef Spence et d’autres souhaitent des discussions de nation à nation, on est en droit de se demander si une part suffisante de la culture autochtone a survécu pour permettre de seulement rêver à ce statut ou si la culture n’est pas irrémédiablement altérée pour cela. Les offrandes, les tambours rituels et le reste ne font pas une nation.

[…]

Il est tentant d’y voir un geste d’intimidation, sinon de terrorisme. Après tout, elle tient l’État en otage avec des demandes vagues…

– Christie Blatchford, National Post, 2012.

***

Plusieurs des citations sont tirées de Mythes et réalités sur les peuples autochtones publié par la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse, de même que des journaux à grand tirages (intarissable source de niaiseries et de stupidités).