BloguesMouvements sociaux

La Reine des sans-talents

Vous pensiez peut-être que c’était terminé. Vous vous imaginiez peut-être que lorsque vous en avez marre des mensonges et de la stupidité des chroniqueurs patentés et sans talent, c’est parce qu’on est en train d’atteindre une espèce de seuil critique en deçà duquel il devient ridicule de descendre…

C’est bien mal connaître Lysiane Gagnon.

Ce matin, elle en remet une couche sur le dos des grévistes en s’en prenant au Rapport de la ligue des droits et liberté.

Que dit ce rapport?

Il parle de blessures graves et permanentes : fractures de la mâchoire, traumatismes crâniens, œil percé, oreille perforée, membres cassés. Il parle d’irritants chimiques, de lacrymogène, de poivre de Cayenne, de matraques, de charges violentes, de balles de plastique et de grenades assourdissantes. Il parle d’insultes, de violence, de torture et d’attouchements sexuels. Il parle de propos sexistes, racistes et homophobes.

Il parle de 3500 arrestations politiques et discriminatoires – à peine 10% des arrêtés seront au final accusés. Il parle de l’utilisation du code de sécurité routière pour interdire les manifestations et de loi « spéciale » dénoncée par le barreau. Il parle de ces gens harcelés et arrêtés parce qu’ils portaient à leur veste un symbole de dissidence politique. Il parle des injonctions et de l’escouade antiémeute dans les murs des institutions scolaires.

Ce rapport parle de répression, de violence et de déni des droits fondamentaux.

Mais la Reine préfère faire sa p’tite comique : « Heureusement qu’il y a des pays qui se donnent pour mission de sauver les Canadiens de la dictature! ». Elle trouve ça drôle, elle, alors elle s’amuse comme une vraie folle. Elle fait taire ce qui lui déplaît et grossit ce qui lui plait. Cette activité est à la hauteur de ses capacités. Assise sur son trône de penseuse salariée, la Reine, un peu comme le mononcle seul devant le miroir rentre sa bedaine en s’imaginant qu’il est beau, s’amuse avec les faits.

Discutant avec sa belle personne, elle soutient que le Canada n’est pas « l’Iran, la Corée du Nord ou la Chine ». Au lieu de peser la violence qui a effectivement lieu ici, elle préfère parler de Tian’anmen et de Téhéran. Elle rit des « camarades » qui parlent d’« atrocités », du « récit accablant » qui donne la « chair de poule ». Tous ces mots, bien entendu, proviennent de sa tête et non du rapport en question. Elle s’accapare quelques anecdotes pour en faire la norme et rétrécit la norme pour en faire quelques anecdotes

« La police a saisi, oui, saisi la tête du panda de peluche qui constituait le déguisement de Julien Villeneuve, ce prof de philo du cégep de Maisonneuve mieux connu sous le nom d’Anarchopanda. Voilà une cruelle et humiliante intervention qu’on n’aurait jamais vue place Tien An Men. Les Chinois respectent les pandas ».

Rien sur la brutalité, rien sur la violence, rien sur les arrestations de masse. Cette négation symbolique de la violence est aussi pire que la violence subie et réelle. Les amis bourgeois et patroneux de la Reine n’auraient pas subi le quart du dixième de ce qu’ont subit les grévistes qu’elle en gémirait pendant les deux éternités à venir. C’est d’ailleurs elle qui parlait des « pratiques totalitaires », de la « violence subversive » et des étudiants « terrorisés » par les militants de la CLASSE [3 mai 2012]. Et c’est encore elle qui parlait de la « solitude de l’ado qui aurait osé faire entendre une voix dissidente » et de l’« intimidation des dissidents » [28 avril 2012]. (Note importante : la dissidence, dans l’univers renversé de Gagnon, est identique à la position gouvernementale).

Cette négation de la violence institutionnelle est typiquement bourgeoise, lâche, démagogue, sans dignité et sans honneur. Elle est veule, peureuse et pleutre.

Lysiane Gagnon, on le dit le plus poliment possible, est la Reine des sans-talents.

*

Notes

[1] Lysiane Gagnon, « Atrocités montréalaises », La Presse, 4 mai : http://www.lapresse.ca/debats/chroniques/lysiane-gagnon/201305/03/01-4647406-atrocites-montrealaises.php

Pour lire le rapport en question : http://www.asse-solidarite.qc.ca/actualite/lancement-du-rapport-temoignages-de-la-greve-etudiante-repression-et-discrimination/