BloguesMouvements sociaux

Pas de temps à perdre

 

La bêtise se multiplie à un tel rythme qu’il est pratiquement impossible pour un être humain normalement constitué de la dénoncer dans son intégralité. Une telle tâche demanderait le travail acharné de plusieurs équipes salariées et à temps plein.

Comme on ne fait pas poids, vaut mieux cibler. Voici donc en vrac une espèce de palmarès de la connerie rencontrée ces derniers jours.

*

 

Leçon de social-démocratie

« Il y a des patrons qui nous regardent aujourd’hui, il faut bien faire les choses »

– Agnès Maltais

 

*

Leçon de droit

« Le droit de grève existe dans la construction, mais cependant, il ne faut pas le laisser s’éterniser »

– Pauline Marois

 

*
Leçon de théologie

« C’est pour ça (l’économie québécoise) que nous sommes réunis ici en ce jour du Seigneur »

– Gérald Deltell, 30 juin 2013

*

SPVM

Après les brigades antianarchistes et antimarginaux, l’interdiction de manifester sans la bénédiction arbitraire des policiers, les accusations de terrorisme, les arrestations de masses, l’arrestation de militants qui font circuler des photos sur Facebook, la chasse aux cyclistes et autre profilage sociopolitique, le SPVM continue de protéger le citoyen abstrait en réprimant la distribution de tracts et d’affiches politiques à Montréal.

Les pauvres qui croyaient avoir le droit de distribuer librement des bouts de papier sur lesquelles ils ont écrit leurs pensées devront se raviser. C’est désormais interdit. Heureusement pour nous, la liberté de presse reste jusqu’à maintenant intacte.

*

La corruption qui Laval

« Une affaire louche impliquant une prostituée a eu raison du maire intérimaire de Laval, Alexandre Duplessis, qui a démissionné vendredi après s’être dit victime d’une tentative d’extorsion abracadabrante ». – Le Devoir, 29 juin 2013.

« La patronne de l’agence d’escortes mêlée à la démission du maire de Laval jure qu’elle aurait préféré ne jamais parler publiquement d’un client. » – La Presse, 29 juin 2013.

Quand la politique sonne comme une chanson de Mononcle Serge, c’est parce qu’on a un crisse de problème.

*

 

Couler son devoir

Dans un texte sur Albert Camus, Jérôme Courcier, un « banquier licencié en philosophie », affirme que Camus aurait été contre le droit d’adoption des homosexuels. Et pourquoi, au juste? Le texte est si alambiqué qu’il est difficile d’en saisir l’argument, mais on comprend que la réforme française serait discriminatoire pour les enfants qui vivront « l’injustice de ne pas être des enfants comme les autres »[1].

La logique du banquier licencié forme une espèce de boucle : 1) L’adoption homosexuelle crée des enfants qui ne sont pas « comme les autres »; 2) il existe de l’injustice envers les enfants qui ne sont pas « comme les autres »; 3) ceux qui sont contre l’adoption homosexuelle sont contre l’injustice.

Au lieu de s’en prendre aux préjugés subis par les individus, on tente de voir à ce que de tels individus ne se reproduisent plus. Et ne nous demandez pas d’expliquer comme le banquier philosophe réussit à amalgamer les manifestations contre le mariage gai et mouvement de grève étudiant…

*

Encore les mêmes

La police a encore beaucoup à faire. Commentant les manifestations et les barricades dressées par les étudiants de son pays, le ministre de l’Intérieur chilien soutient qu’il ne « s’agit pas d’étudiants mais de délinquants extrémistes et violents qui agissent de façon organisée »[[2]].

Les mêmes qui ont mis paralysé le centre-ville de Montréal l’an dernier sont maintenant au Chili! La trajectoire de ces extrémistes est difficile à suivre, mais elle se confirme. Après l’invasion de l’Angleterre, de la France, de la Grèce, de l’Afrique du Nord, de l’Espagne et du Portugal, voici maintenant que les fauteurs de troubles organisés s’emparent du Brésil et du Chili. Partout ils se plaignent des coupures dans les programmes sociaux et de la corruption; partout ils manifestent et foutent le feu aux symboles de l’État et du capitalisme; partout on ne comprend rien à ce qu’ils disent – comme s’il était possible d’en vouloir aux gouvernements et aux banques par les temps qui courent!

En espérant qu’ils pincent enfin ces brigands. Ça commence à devenir inquiétant cette histoire.

*

Radio poubelle

Après avoir été éclaboussé par les postillons méprisants des animateurs, après la mise en demeure et les pierres lancées dans sa fenêtre, voici que le militant anti Radio X Jean-François Jacob perd son emploi chez Desjardins.

« Coopérer pour créer l’avenir », tel est le slogan de Desjardins. C’est inspirant, mais trop imprécis. « Collaborer pour étendre les vidanges » serait plus juste.

*


Loi spéciale

– T’es spéciale toi, t’es pas comme les autres.

– Tu dis ça à toutes les filles, je gage…

– Non, non, toi t’es vraiment spéciale.

– Tsé, je suis pas certaine de te croire. T’as juste envie de baiser.

– T’as pas besoin de me croire. Viens-t’en chez nous.

– Oh! Du calme. J’ai quand même mon mot à dire.

– J’ai dit que t’étais spéciale! Alors tu la fermes, tu prends ton manteau et tu amènes ton cul en vitesse. Fin de l’histoire.

*

La nation se décompose

Dans le dernier article de son blogue, Mathieu Bock-Côté soutient qu’il « Il y a dans l’air un sentiment de décomposition nationale » [29 juin 2013].

Est-ce que le sociologue aurait mangé trop de soupe aux choux? Quoi qu’il en soit, il y a une solution simple à son problème : craquer une allumette.

*

Fêtons le Canada

« Il faut protéger les droits des minorités, et les riches seront toujours moins nombreux que les pauvres »

– John A. Macdonald.

Le Canada n’est fondé sur aucune révolution, sur aucun projet. Les pères fondateurs étaient des monarchistes, des millionnaires conservateurs, impérialistes, racistes et corrompus qui craignaient tout autant la République que le suffrage universel.

Le Canada repose sur le vide. Un vide qui s’est historiquement et violemment imposé contre les « trop-pleins » que représentaient les cultures des peuples et les revendications démocratiques.

Y’a de quoi fêter, non?

**

 

Notes

[1] Jérôme Courcier, Albert Camus aurait-il défilé contre le mariage pour tous? » http://www.ledevoir.com/societe/le-devoir-de-philo/381721/le-devoir-de-philo-albert-camus-aurait-il-defile-contre-le-mariage-pour-tous

[2] http://m.ledevoir.com/international/actualites-internationales/381669/le-mouvement-des-etudiants-se-radicalise