Ne manquez rien avec l’infolettre quotidienne.
BloguesMouvements sociaux

Le terrorisme utile

Lorsqu’un homme enragé a assassiné 14 femmes, il y a de cela 25 ans maintenant, plusieurs têtes pensantes (enfin, voyez ce qu’on veut dire)  ont tenté de nous convaincre qu’il ne s’agissait pas d’un attentat « antiféministe ». Le tueur avait pourtant écrit une lettre dans laquelle il affirmait vouloir « Envoyer ad patres les féministes qui m’ont toujours gâché la vie », une lettre qui fut d’ailleurs censurée par les forces de l’ordre. Pire encore : au lendemain de cet événement tragique, plusieurs chroniqueurs ont mis la faute sur… le féminisme.

Dès le lendemain, sur les lignes ouvertes, plusieurs hommes affirment « comprendre » le tueur…même s’ils condamnent son geste. Jean-Claude Leclerc du Devoir soutient que les changements causés par le mouvement féministe « ont créé des victimes de sexe masculin » [Le Devoir, 11 décembre 1989] ; F. M. Christensen dénonce la supposée tendance des féministes « extrémistes » à haïr les hommes [Globe and Mail, 19 mai 1990]; et Marcel Adam ajoute que « [d]es spécialistes ont fait remarquer que depuis quelques années le féminisme a engendré beaucoup d’actes de violence à l’endroit des femmes, notamment aux États-Unis. Comment en serait-il autrement ? » [La Presse, 9 décembre 1989]

Morbide, mais vrai : un homme tue 14 femmes au nom de la haine et ce sont celles qui les défendent qui sont mises au banc des accusées. En matière de renversement bourreau-victime, on pourrait difficilement faire pire. Aujourd’hui encore, à chaque commémoration de la tuerie, les chroniqueurs de la Belle province s’empressent de nous rappeler qu’il s’agit d’un « geste isolé », « non politique », fomenté par un « tireur fou », etc.

Manifestement, aucun homme d’État ne trouve matière à instrumentaliser ce drame à ses propres fins…

Quelques années plus tard, quand Richard Henri Bain tente de mettre fin à la vie de l’ancienne première ministre, Pauline Marois, et assassine Denis Blanchette, un technicien de scène, on nous parle du geste d’« un amoureux du Canada à l’âme troublée » et d’un « admirateur de Céline Dion » [La Presse, 5 septembre 2012] et la Coalition avenir Québec, à l’instar de plusieurs médias, soutient qu’il s’agit d’un « incident déplorable » [Radio Canada, 5 septembre 2012]. Quelques jours plus tard, la station CJAD, à Montréal, prête la parole au « principal suspect » afin qu’ils entretiennent l’auditoire sur sa « vision de Montréal » [La Presse, 19 septembre 2012]. Le Parti conservateur du Québec ira même jusqu’à dire que « Mme Marois doit prendre le blâme pour cet incident » [La Presse, 5 septembre 2012].

À peu près personne dans l’espace public ― mis à part le perçant et sagace Claude Poirier ― ne parle de « terrorisme », et encore moins de terrorisme « fédéraliste » ou « canadian ».

Tel n’est évidemment pas l’« analyse » suintant de nos écrans et tachant nos doigts en ce qui concerne les attentats de Saint-Jean sur Richelieu et du parlement. Les gestes n’avaient pratiquement même pas encore eu lieu que les ministres conservateurs parlaient déjà d’un attentat « islamiste ». Fait troublant : la GRC, visiblement, avait confirmé ce « fait » au parti conservateur avant de le confirmer au public. Et c’est sans oublier notre très honorable premier ministre Couillard, qui parlait déjà d’un attentat fomenté par le « groupe État islamique » à peine quelques heures après l’événement [JdeM, 21 octobre 2014].

Tous parlent ― y compris les journalistes « objectifs » ― d’un « attentat islamiste » et de « terrorisme ». Le charismatique Gilles Duceppe voudrait même « traduire en justice toute personne qui appuie l’État islamique » [JdeM, 21 octobre 2014]. La charmante Denise Bombardier affirme que « Saint-Jean-sur-Richelieu est devenu hier le vestibule du califat québécois » [JdeM, 21 octobre 2014]. Et le très populaire Daniel Girard soutient quant à lui que le « terroriste est près de chez vous » [JdeM, 20 octobre 2014].

Les assassinats de Lépine étaient irrécupérables. Celui commis par Bain était dérangeant pour la Confédération canadienne, il fallait le tamiser. Cependant, le cas des attentats commis depuis deux jours est différent, voire fort utile…

Comme des chiens de Pavlov répondant à l’appel des cloches de la propagande, les chroniqueurs patentés et les politiciens belliqueux marquent les quatre coins de l’espace public en pissant leur habituelle bave sécuritaire sur le dos lisse de notre incapacité à comprendre cette violence extrême. Ils profitent de la mort et de la peur de la mort pour faire avancer leur agenda sécuritaire, militariste et colonialiste. Incapables de considérer que cette violence représente la réponse asymétrique à leur arrogance, à leurs politiques mercantiles et leur impérialisme, ils préparent constamment le terrain à sa reconduction.

Les politiciens belliqueux veulent la guerre, ils veulent le terrorisme. Ces attentats pourtant commis par des gens bien de chez nous leur permettront d’ailleurs de bombarder un pays se situant à des milliers de kilomètres d’ici.

La guerre engendre le terrorisme qui engendre… la guerre. Il nous faut résister aux cris de ressentiment et de peur qui ne demandent qu’à reproduire éternellement ce cercle sans fin. C’est là notre seul espoir de vivre enfin en paix.

*

Au sujet de la tuerie de la polytechnique : Mélissa Blais, «J ’haïs les féministes! »Le 6 décembre 1989 et ses suites. Montréal, Les Éditions du remue-ménage, 2009, 220 p.