Ne manquez rien avec l’infolettre quotidienne.
BloguesMouvements sociaux

Théorie du complot!

Lorsqu’on désire discréditer quelqu’un, il suffit de l’accuser d’être un tenant de la théorie du complot pour l’emboiter. Il y a de ces mots qui  nous disqualifient pratiquement même avant qu’on ait ouvert la bouche.

Sans grande surprise, cette accusation va toujours dans le même sens. Elle vise les contestataires de l’ordre et du statu quo. Une partie de la droite a beau soutenir qu’environnementalistes et scientifiques ont manigancé la théorie du réchauffement de la planète; les ministres et journalistes ont beau soutenir que les grévistes étudiants sont « manipulés » par les centrales syndicales; et les policiers ont beau systématiquement affirmer que les manifestations sont « infiltrées » par des « casseurs professionnels »: pratiquement personne ne soutient que ces rêveries sans magie relèvent effectivement d’une théorie du complot.

On a même dit qu’Amir Khadir avait un « agenda islamiste caché »[1], qu’on devait « démasquer l’ultragauche » présente chez Québec solidaire[2], que Kyoto était un « complot socialiste »[3] et que la Fédération des femmes du Québec était « infiltrée » par des « lobbys islamistes »[4] sans que personne ne parle de théorie du complot.

Cette accusation vise en fait les tenants des complots fomentés par l’État. Ceux qui disent que le gouvernement nous cache l’existence des OVNIS, que la première marche sur la lune était un montage et que le 11 septembre était une « inside job », etc. Le procédé est fort efficace. Il suffit d’amalgamer la critique de l’État, des médias ou du capitalisme à quelques théories farfelues soutenues par quelques illuminés et le tour est joué. Cette accusation identifie la critique — tout comme celle de « violence », d’« intimidation », d’ « islamiste «  ou d’« anarchiste » —, et lui colle à la peau. Non seulement, ces « mauvais mots », comme dirait Herbert Marcuse, construisent l’identité de celui auxquels ils sont attribués : ils le constituent[5].

Quelques terreurs avantageuses

Il n’y a pourtant pas de complots ― ou si peu. Il n’existe pas de combine uniforme mobilisant des individus particuliers. George W. Bush, Ben Laden, Paul Desmarais, M. Burns et Elvis ne tiennent pas de réunion secrète dans un sombre sous-sol de pierre. Les intérêts des services secrets, de la police, de l’armée, des gouvernements, des médias et des entreprises ne sont pas le résultat d’une seule chaine de rationalité pouvant mener à une pyramide parfaite. Les intérêts divergent, s’opposent, se confrontent même.

Ce qui existe en vérité est… bien pire. La défense des institutions n’est pas le résultat de la stricte rationalité des acteurs, elle agit en amont de leur conscience personnelle. Ce dont il s’agit, c’est d’une logique enserrant les esprits et les regards sur le monde. Cette logique mène les institutions et leurs sbires à tout mettre en œuvre afin de se préserver et de se reproduire. Pour y arriver, tous les moyens sont considérés comme légitimes, y compris la manipulation, le contrôle, la propagande et le mensonge.

Voici quelques exemples…

Dans les années 1960-1970, la GRC, la SQ et la police de Montréal commettent tellement d’actions illégales afin d’amplifier la menace du « terrorisme séparatiste » qu’il est difficile de s’y retrouver : menaces de mort, vols de banques et de dynamites, faux communiqués invitant à la lutte armée, espionnage illégal… Bref : tout est mis en œuvre afin de justifier la répression des mouvements sociaux et, bientôt, la Loi des mesures de guerre[6]

De 1989 à 1994, Gilles Breault ― alias « Youssef Mouammar » alias « Abou Djihad » ― est agent informateur pour les services secrets canadiens[7]. Pendant ces cinq années, Breault défend l’islamisme radical tout en recevant jusqu’à 7000 $ par mois pour son travail. Plusieurs journaux publient ses lettres aux forts accents d’intolérance. À un point tel que plusieurs le reconnaissent comme un authentique porte-parole de la communauté musulmane québécoise. Titre qu’il mérite d’ailleurs un peu, car il se retrouve rapidement à la tête de nombreuses organisations : la Fondation internationale musulmane du Canada, l’Institut international de recherche islamique, la Communauté de la nation musulmane du Grand Montréal… Le rôle de Breault dans la stigmatisation de la communauté musulmane est primordial. Vous vous souvenez de la « menace terroriste » contre le métro de Montréal qui a fait la manchette des grands journaux au lendemain du 11 septembre 2001 ? On parlait alors d’« armes biochimiques ». Gilles Breault en était l’auteur…[8]

Le 15 mars 2007, lors de la Manifestation annuelle contre la brutalité policière, trois hommes déguisés en « Black bloc » montrent leur badge de policiers à des employés de cinéma afin de pouvoir y poursuivre des manifestants qui tentaient de s’y réfugier[9]. La même année, des policiers armés de pierres et, encore une fois, déguisés en Black bloc seront pris la main dans le sac lors du Sommet pour le Partenariat sur la sécurité et la prospérité réunissant le premier ministre canadien et ses homologues des États-Unis et du Mexique à Montebello[10].

Silence radio

Malgré ces faits éloquents et probants, pratiquement personne dans l’espace médiatique ne remet en question la bonne foi du gouvernement, de la police ou des services secrets. Les « attentats-terroristes-dangereux-islamistes! » causés par une « radicalisation-extrémiste-coranique-au-nom-d’Allah! » de la semaine dernière en constituent une triste preuve. Les journalistes et chroniqueurs, dans ce cas comme dans ceux relevés ci-haut, se font le relais servile de la propagande gouvernementale.

Le résultat est tout aussi prévisible qu’efficace : malgré les faits rapportés par la mère de l’assassin d’Ottawa, la GRC continue de dire qu’il s’agit d’un « attentat politique »; malgré l’isolement physique et mental des protagonistes, on continue de parler de « réseautage international »; malgré les mensonges de la GRC concernant la destination voyage d’un des assassins, on continue de reproduire sans trop se questionner la version « objective » et policière des faits.

Comme aucun journaliste n’envisage que l’État et ses services secrets puissent travailler pour autre chose que le bien commun, le gouvernement n’a plus qu’à répéter ad nauseam que le « terrorisme est parmi nous » pour justifier les hausses de budgets du SCRS, l’intervention militaire en Syrie et la limitation de nos libertés fondamentales ― certains parlent même de « fermer les mosquées », de « bloquer l’immigration musulmane » et d’en finir avec la présomption d’innocence.

La bouche ouverte et les yeux mouillés, telles des oies gavées de chaudes déjections recyclées, les journalistes avalent ainsi avec gloutonnerie les paroles de l’État avant de la vomir objectivement et du matin au soir sur toutes les tribunes médiatiques du pays.

Et par un étrange renversement logique typique de notre sombre époque, ce sont ceux et celles qui refusent de les croire sur parole qu’on accuse d’être « naïfs ».

*

Notes

[1]  Éric Duhaime, Sur son blogue, 21 janvier 2011.

[2] Mathieu Bock-Côté, « L’ultragauche démasquée », La Presse.ca, 28 décembre 2010.

[3] « Harper a déjà qualifié Kyoto de « complot socialiste », Le Devoir, 31 janvier 2007.

[4] Djemila Benhabib, « Des affirmations erronées », La Presse, 27 janvier 2014.

[5] Herbert Marcuse, Vers la libération, Les Éditions de Minuit, Paris, p. 97. L’utilisation de “bons” et de “mauvais” mots à des fins de propagande est également relevée dès 1937 par l’Institute for Propaganda Analysis de New York : “How to Detect Propaganda”, Robert Jackall (dir.), Propaganda, New York, New York University Press, 1995, p. 218-219.

[6] Au sujet de la répression envers le mouvement indépendantiste, lire les rapports Keable et McDonald.

[7] Au sujet des manipulations du SCRS, lire les articles d’Alexandre Popovic, « Le SCRS et les médias », parties 1 à 5, disponibles en ligne.

[8] Effectivement, Breault aurait envoyé de nombreuses menaces de mort, sous forme de communiqués, aux ambassades canadiennes.

[9] Pour en savoir plus, lire notre article : « La délicate violence du policier sans uniforme », À qui la rue ?, sous la direction de Francis Dupuis-Déri, Montréal, Écosociété, 2013.

[10] Communiqué pour diffusion immédiate, « La Sûreté du Québec précise certains faits concernant le Sommet de Montebello », 23 août 2007, Direction des communications.