Ne manquez rien avec l’infolettre quotidienne.
BloguesMouvements sociaux

Fondation 1625 : Vol au-dessus d’un nid de pissous

Les mots sont des armes puissantes entre les mains de ceux qui les maîtrisent. Ils sont révélateurs de rapports de pouvoir. Ils situent et cadrent la pensée dont ils sont à la fois le produit et la production.

La vérité ne se trouve donc pas « en soi » dans les mots, mais autour et derrière eux, dans l’analyse qu’on en fait. Le mot « liberté » est utilisé tant par l’extrême droite que par les libéraux, il fut tout aussi utile à Pinochet qu’il l’est présentement à la droite libertarienne. Le mot « démocratie » était tout aussi utile à la propagande russe qu’aux militaires déversant du napalm sur le Vietnam. Sans oublier l’« amour » de la marchandise, un concept fort prisé par les publicistes. Ou encore l’« amour » de la patrie qui convaincra bientôt des milliers de jeunes à risquer leur vie dans un pays dont ils ne connaissaient pas encore l’existence…

Les mots, ainsi, sont tout aussi utiles à la domination qu’à ceux qui tentent de lui résister. Les premiers en font de la pâte à propagande, les deuxièmes critiquent les fausses vérités qu’elle transporte.

Les mots perdent parfois tellement de leur sens qu’ils dégénèrent en balbutiements, en jappements difformes et en clochettes pavloviennes. C’est notamment le cas lorsque les notables et leurs amis objectifs tentent de passer pour des victimes, comme c’est le cas avec la Fondation1625, cette intarissable source de cette corruption langagière.

Cocktail-bénéfice

La fondation organisait dernièrement une soirée de financement afin de poursuivre son combat contre les associations étudiantes en général et Gabriel Nadeau-Dubois en particulier. Ce fut une belle occasion pour les amis de l’autorité de l’État et du marché de faire entendre, encore une fois, leurs lamentations d’assiégés.

Jean-François Morasse, un administrateur de la fondation qui ne voit aucun problème à utiliser les fonds d’une « cause » pour défendre ses poursuites personnelles, nous éclaire en ce qui concerne les liens révélés entre la fondation et Radio X : « « Laurent [Prouxl] m’a dit d’appeler à un numéro où ils allaient m’aider », affirme Morasse. Était-ce le numéro du poste de police ? De SOS suicide ? De la Fondation Jasmin Roy ? Pas du tout ! « C’était un recherchiste pour Radio X. Ils m’ont aidé, m’ont fait faire une entrevue. » [Le Devoir, 9 février]. Depuis, les liens avec les radios poubelles de Québec se confirment hebdomadairement. Pour preuve : le dernier cocktail a littéralement été organisé par Duhaime et Normandeau.

La Fondation partage également des liens avec le Parti conservateur du Canada. Plusieurs représentants de la Fondation en sont d’ailleurs membres, dit Morasse, et lui-même compte se présenter aux prochaines élections, ça, c’est clair. Mais rassurez-vous : le « Parti et la Fondation n’ont pas de liens financiers. » [Le Devoir, 5 février].

Il existe des liens politiques, des liens idéologiques, des liens personnels, des liens physiques, des liens organiques, des liens d’amitié et du réseautage, mais pas de liens financiers… Morasse a au moins compris cela : pour sauver la face, ce qui n’est pas toujours facile, il faut choisir le mot « juste »… Un de ces mots qui efface les autres.

Mais la Fondation n’a pas seulement des liens avec le Parti conservateur du Canada, elle est également proche du Parti libéral du Québec. L’ancienne ministre Normandeau, elle qui aimait que Lino Zambito organise ses soirées-bénéfices, soutient la « cause » de Morasse par le biais de son émission de radio de grande écoute : « Nous, on est une émission engagée, on est des animateurs engagés », dit-elle.

Un engagement pour une cause ?

La cause des riches ? La cause des scabs ? La cause des privilèges ? La cause du Parti libéral ? La cause de la paupérisation ?

Les mots, encore une fois, perdent le nord…

Au demeurant, ils ne sont pas seuls. Le charismatique Éric Duhaime ― lui-même branché aux différentes sphères de pouvoir par tous les orifices de son corps ― renverse le réel à un point tel que le sang lui monte régulièrement à la tête

 « Regardez les deux gangs qui s’affrontent : d’un bord, vous avez des gens qui sont payés en partie par les cotisations syndicales qui se promènent dans des médias publics payés avec vos taxes pour faire la promotion d’un seul côté. Pis de l’autre, y a vous autres qui travaillez, qui payez de vos taxes, puis vous prenez en plus de votre argent de vos poches pour une cause dans laquelle vous croyez. » [Le Devoir, 5 février 2015.]

Éloquent, non ?

Pas du tout, en effet.

Dans le monde merveilleux de Duhaime, les étudiants grévistes représentent les « privilégiés » et le gouvernement libéral représente les « victimes ». Mais il y a fort longtemps que cette matière grise est reconnue pour être tachetée de brun. Même qu’il a désormais de la compétition en cette discipline… Sophie Durocher, dans un article au titre d’une sensiblerie à faire pleurer la petite fille aux allumettes (« Le crime de Duhaime et Normandeau ») se porte également à la défense de la Fondation.

Selon elle, l’ancienne vice-première ministre et Duhaime ont le droit de défendre les « causes » qu’ils veulent. C’est une question de « liberté d’expression ».  Non pas la liberté de critiquer une décision des juges, un droit effectivement menacé par cette poursuite, mais la liberté qu’ont Duhaime et Normandeau de soutenir activement cette cabale d’arrière-garde.

En d’autres mots : elle est pour la liberté d’exprimer son soutien à la liberté de combattre la liberté.

Vous la suivez ? Nous aussi…

Elle en ajoute également en comparant la cause de Morasse à celle de… l’environnement. Lutter contre le droit de grève, selon Durocher, c’est la même chose que de lutter contre la déforestation ou contre le réchauffement de la planète

« Tous les jours, des animateurs encouragent leur public à donner des sous, que ce soit pour les enfants malades, la libération d’un blogueur ou la protection de la baleine. C’est leur DROIT. Qu’ils penchent à droite ou à gauche ».

Et elle ajoute encore,  sans même se trouver drôle : « J’en ai marre des deux poids, deux mesures ».

Nous aussi, chère Sophie, nous z’aussi… C’est pour cette raison que nous détestons les corrupteurs de mots qui ne font pas la différence entre ceux qui servent le pouvoir et ceux qui l’affrontent. On cherche du reste encore la mesure assez précise et pointue qui nous permettrait d’apprécier le poids de la qualité de la chroniqueuse…

L’anticause de l’antiliberté

En 2012, la population étudiante en grève est devenue une actrice de l’histoire du Québec. Les grévistes ont délaissé le statut de citoyens anonymes et passifs pour reprendre la parole qu’on leur avait volée. Les hommes d’État et leurs sbires ne leur pardonneront jamais. « On fait ça pour le droit des étudiants au Québec d’avoir accès à leurs cours quand ils paient », disent Duhaime et ses copains. Rien n’est plus faux. Les amis de la Fondation n’ont pas de cause légitime. Pas plus que leurs amis de Radio X ou du FM93. Leur mission est parfaitement en phase avec celle des notables et des politiciens. Leur objectif, c’est de lutter contre une cause, contre le droit d’association, contre les grévistes qui se battent réellement, eux, pour élargir l’espace de liberté que permet l’éducation. De la même manière que les briseurs de grève ne défendent pas le « travail », mais les droits des patrons, la fondation ne défend l’accès aux salles de classe qu’en temps de grève. Normalement, elle milite en faveur d’une plus grande restriction à leur accès…

Se disant persécutés par les Assemblées générales des méchants grévistes, les étudiants conservateurs refusent le débat, un débat pourtant qualitativement supérieur et plus démocratique que celui ayant cours dans l’espace public et dans nos parlements. Mais les assemblées, c’est pour les « petits » ― comme dirait Machiavel ―, c’est pour ceux qui ont besoin de s’unir pour être entendu. Pour les « gros », il y a les partis politiques, la cour et les médias de masse. Pour preuve : leur fameux cocktail, pourtant largement diffusé, n’a rassemblé que 100 personnes… Compte tenu de la publicité à laquelle ils ont eu droit, et ce dès les premiers balbutiements de leur cabale, c’est un échec éclatant. Mais un échec qu’ils transformeront, en tordant encore une fois le langage et le réel, en apparence de victoire.

Défendre le pouvoir et écraser la contestation sociale, tels sont les véritables objectifs de la Fondation1625. Pour arriver à ses fins, elle mange les mots, les digère et nous les sert sur un joli plateau doré gracieusement tenu par les hommes de main de l’État et du marché.

Et ils rebaptisent ces déjections des titres de liberté et de démocratie.

*

[1] « La caractère fétiche d’Éric Duhaime et son secret » : https://voir.ca/marc-andre-cyr/2012/08/14/le-caractere-fetiche-d%E2%80%99eric-duhaime-et-son-secret/