Ne manquez rien avec l’infolettre quotidienne.
BloguesMouvements sociaux

Le masque, la lune et la machine à chips

― You just kicked the shit out of an innocent man.

― Innocent? Innocent of what?

(extrait du film Unforgiven)

Des policiers qui refusent de s’identifier? « Pas intéressant ». Des arrestations de masse malgré un jugement récent les condamnant? « Pas intéressant ». Des dents cassées? « Pas intéressant ». Des purges arbitraires sans preuve? « Pas intéressant ». Des policiers antiémeutes qui cassent des lignes de piquetage? « Pas intéressant ».

Vous n’auriez pas une photo de grévistes masqués qui ont l’air méchant à la place?

Ça c’est intéressant.

Un doigt qui pue

Pourquoi les grévistes portent-ils le masque? Ne cherchez pas la réponse dans les pages de nos journaux, vous ne la trouverez pas. Comme le dit le proverbe : « Quand le sage montre la lune, l’idiot regarde le doigt ». Les expulsions arbitraires, les injonctions, la surveillance par caméra, les grévistes pourchassés par des gardiens de sécurité et la police qui défonce les piquets de grève, c’est normal. Ce qui n’est pas normal, c’est de résister à cette violence. Autrement dit : « Travaille! Consomme ! Pis farme ta yeule! ».

Plus la répression de l’État est grande, plus la société dénonce ceux qui lui résistent.

Un bel avenir nous attend …

Les mots vers la prison

La société québécoise veut décidément en finir avec le mouvement étudiant. Les mots qu’elle emploie à son égard ne sont pas ceux du débat. Elle l’enferme et ne lui laisse aucune possibilité de sortie, l’emprisonne dans une réalité imposée qui le constitue tout en le dénonçant. C’est ainsi que les grévistes deviennent à la fois « fascistes-et-anarchistes », « égoïstes-et-communistes », « manipulateurs-et-désorganisés », « utopistes-et-nihilistes », « intellos-et-idiots »… Sur les ondes des poubelles de Québec, on les traite d’imbéciles à grands coups de « si j’aurais une matraque, moé, je leur apprendrais le respect pis tsé wouf wouf le gros… ». Sur Twitter, une journaliste du très rigoureux Devoir compare les étudiants masqués aux commandos de l’État islamique. Sur les ondes de LCN et de Radio-Canada, on donne au public de touchants témoignages d’étudiants victimes de la grève et des « radicaux »  sans jamais présenter la thèse inverse.

Il n’aura suffi de presque rien : une anecdote par-ci et une autre par-là; un courriel par-ci et un autre par-là; quelques mensonges par-ci et quelques raccourcis par-là; un graffiti par-ci et une machine à chips cassée par-là, et hop! Le spin propagandiste du Parti libéral du Québec est progressivement devenu un fait tenu pour vrai.

C’est pour cette raison qu’il faut désormais en finir, à grands coups de matraques, de violences institutionnelles et de poursuites judiciaires, avec la « violence et l’intimidation ». La violence ne peut pas venir de l’État. La violence ne peut pas venir du marché ou de la loi. Bienvenue dans le monde moderne : la violence, c’est ceux qui la subissent qui la provoquent.

Fin de l’Histoire.

Sondage

Dénoncer la grève étudiante relève désormais de l’objectivité journalistique. Pendant que le ministre de l’Éducation discute des « crottés de l’UQAM » sur les ondes des vidanges de Québec, Céline Galipeau nous parle de « l’intransigeance du mouvement » en ouverture du téléjournal.

Un sondage viendra par la suite confirmer que les Québécois écoutent trop la télé. Des experts vont l’analyser.

Les sauvages

Les grévistes d’aujourd’hui sont totalement objectivés, déshumanisés. Ce sont des parias, des « étranges » au même titre que les islamistes d’ailleurs ou les sauvages d’autrefois.

On peut les frapper, les gazer et les arrêter par centaines. Ce sont des « terroristes en herbe » comme le dit Jean-Jacques Samson [JdeM, 9 avril].

Comme les sauvages, ils parlent une langue qu’on ne comprend pas ― l’iroquoien semble tout aussi difficile à comprendre que le fonctionnement d’une Assemblée générale.  Comme les sauvages d’autrefois, on les considère violents, irrationnels, sans loi ni respect, paresseux… Ils sont l’Autre ― avec un grand « A » pour souligner leur irréductible altérité.

Problème du futur

Les historiens du futur vont découvrir un phénomène étrange.

Quelque part au début du 21ème siècle, dans le merveilleux monde des médias, l’extrême gauche est devenue « fasciste ».

Selon qui?

Selon ceux qui sont contre le droit de grève, contre la démocratie directe, contre les manifestations, contre l’immigration, pour la guerre, pour la sécurité et pour la répression policière.

Faudra leur expliquer.

D comme Denise

Sur son blogue, Denise Bombardier, la charmante chroniqueuse de Radio X, se demande ce « qu’enseignent donc à leurs étudiants les professeurs et chargés de cours progrève [sic] qui affrontent les policiers, demandent la démission du recteur et font peu de cas des injonctions du tribunal? » [« Les profs progrève[sic]de l’UQAM », 10 avril].

On leur enseigne, chère madame, à se méfier des béni-oui-oui de votre acabit. Vous connaissez Noam Chomsky ? Beaucoup l’enseigne au bac. C’est plus facile que Gramsci et plus accessible que Bourdieu. Chomsky analyse les cinq filtres régulant la propagande médiatique. Parmi ceux-ci : la taille et la richesse des propriétaires; la publicité comme source principale des revenus; les « tirs de barrage » comme moyen de rétorsion pour discipliner les médias et l’anticommunisme comme mécanisme de contrôle…

Il n’y a qu’un seul des filtres qui ne s’applique pas à notre charmante Denise… Chomsky parle de la dépendance des journalistes à l’égard des sources officielles et institutionnelles (police, État, entreprises…), sources souvent tendancieuses, mais considérées « vraies » à cause de la notoriété des institutions dont elles proviennent.

Cela ne concerne évidemment pas Denise Bombardier. Cette dernière utilise une seule et unique source : elle-même. Toute sa « pensée » est soufflée de cette incroyable prétention typiquement bourgeoise. Elle n’argumente pas, elle dicte. Jamais elle ne cite de source. Jamais elle ne démontre quoi que ce soit en s’appuyant sur des faits. De manière circulaire, tout son « contenu » se fonde sur ce vide rempli d’elle-même. Sans cette prétentieuse sagesse autoproclamée, la charmante Denise Bombardier serait comme une espèce de vieille balloune dégonflée de lendemain de party plate.

Exclusif : une machine à chips témoigne

― Nous avons la chance de recevoir la fameuse machine à chips décapitée par des étudiants de l’UQAM la semaine dernière.

― Bonjour.

― Bienvenue dans nos studios. Alors, on imagine que ce n’est pas facile pour vous par les temps qui courent.

― Non, ça va.

― Comment vous vous sentez aujourd’hui, après ces tristes événements?

― C’est triste effectivement, cette histoire. J’ai vu des étudiants se faire casser la gueule solide juste parce qu’ils refusaient de se laisser trainer dans la boue par un gouvernement corrompu. L’UQAM les réprime, la police aussi et tout le monde s’en crisse. C’est triste à mort!

― Mais quand même, vous n’approuvez pas la violence et l’intimidation? Vous en êtes la première victime.

― Écoutez, prenez un jeune comme Simon. Il est menacé d’expulsion pour « avoir bloqué un corridor » il y a deux ans ― deux ans! Je le connais, c’est un grand amateur de Doritos. Simon est un passionné de philosophie, un gars brillant, on menace de l’expulser juste pour ça? On va briser son avenir pour ça? Pourquoi au juste? Pour avoir fait un geste que des centaines d’autres ont commis, et pour défendre l’éducation en plus? C’est pas sérieux. C’est une purge, rien de moins.

― Oui, oui, on comprend tout cela, mais que faites-vous de la violence et de l’intimidation dont vous avez été vous-même victime?

― Je n’ai été victime de rien.

― Mais oui, écoutez, vous avez été littéralement décapitée par des étudiants masqués.

― OK, oui, ils m’ont frappée et pas mal décrissée. Mais c’est pas grave.

― Pas grave! Mais cette scène a choqué le Québec en entier.

― Mais monsieur, je ne suis qu’une machine à chips.

― Ce n’est pas une raison pour vous faire du mal !

― Le Québec est malade, monsieur. Occupez-vous des humains, ça semble être amplement pour vous, surtout par les temps qui courent. On m’a déjà réparée. Je vais même mieux qu’avant, ce qui n’est pas le cas de vos jeunes blessés par les forces de l’ordre. C’est d’eux dont vous devriez prendre soin. Et de votre nature, qui est « saccagée », comme vous dites, à grande échelle. Mais bon, c’est pas nécessairement à une machine à chips de vous dire comment vous comporter. Là, vous allez m’excuser, mais j’ai une date avec une caméra de surveillance… Elle a une croupe d’enfer et je crois qu’elle a envie de me brasser les trente sous alors je dois vous quitter.

― Merci de votre présence à notre émission, chère machine, on enchaine avec le témoignage d’une serrure de porte sauvagement étouffée par la gomme d’un gréviste. Chère serrure, d’abord merci d’être avec nous dans ces moments difficiles…