BloguesMarie D. Martel

Des questions pour les candidat.e.s aux élections municipales à propos des bibliothèques publiques #MaBiBLio

C’était hier la dernière journée de la Semaine des bibliothèques publiques. Je profite de cette occasion pour prolonger cette célébration avec les élections municipales, qui touchent aussi à leur fin,  en proposant une série de questions pour les candidat.e.s de Montréal – et d’ailleurs considérant que la plupart des questions peuvent être reprises dans n’importe laquelle municipalité.

Culture Montréal a déjà élaboré un ensemble de questions sur la culture à l’intention des candidat.e.s. J’ai recensé les réponses concernant les bibliothèques; cet exercice fournit un aperçu de la vision que les aspirant.e.s décideu.r.se.s entretiennent au sujet de cet équipement public qui représente souvent le premier poste budgétaire en culture, celui qui connaît la fréquentation la plus importante, et celui qui constitue à la fois un atout et un marqueur symbolique majeurs sur leurs territoires. Ces informations tirées du questionnaire de Culture Montréal m’ont servi de référentiels pour formuler certaines des questions qui suivent et qui sont adressées aux candidat.e.s.

Question 1 : Le budget des bibliothèques

Pour l’ensemble des aspirant.e.s maires.se.s :

Est-ce que l’aspirant.e maire.sse a mesuré et peut qualifier l’impact des coupures pratiquées dans le budget de son arrondissement/municipalité sur les services de ses bibliothèques depuis les dernières élections?

Pour Denis Coderre et Valérie Plante, les questions suivantes s’ajoutent :

Est-ce que l’aspirant.e maire.sse a mesuré et peut qualifier l’impact des coupures pratiquées dans les budgets des arrondissements/municipalités sur les services de bibliothèques à travers Montréal depuis les dernières élections?

Est-ce que l’aspirant.e maire.sse a mesuré et peut qualifier l’impact des coupures pratiquées à la Direction des bibliothèques de Montréal sur les services offerts aux bibliothèques desservies depuis les dernières élections?

Question 2 : La bibliothèque du 21e siècle

Cette question mérite d’être posée pour que l’on puisse accéder à la perception, à la compréhension, aux priorités des futur.e.s élu.e.s au sujet des bibliothèques d’aujourd’hui :

Selon-vous, qu’est-ce qu’une bibliothèque du 21e siècle ?

Dans une étude récente menée aux États-Unis, les décideu.r.se.s identifiaient trois rôles que les bibliothèques devaient principalement jouer auprès des citoyens. Les bibliothèques devaient 1) contribuer à la littératie numérique; 2) offrir un forum d’échanges pour les citoyen.ne.s; et 3) soutenir le milieu de l’éducation en collaborant et en agissant en complémentarité avec les écoles (Local Libraries Advancing Community Goals, 2016) Ces réponses suggèrent que les bibliothèques ont un rôle social et éducatif qui dépassent largement le service de prêt de livres auquel les élu.e.s québécois.e.s résument habituellement leur compréhension anachronique de la bibliothèque et à partir duquel ils ou elles évaluent  celle-ci – en décalage avec la réalité.

Les réponses des candidat.e.s au sondage de Culture Montréal indiquent des attentes qui correspondent assez peu à cette appréciation (qui ressort de l’enquête américaine mentionnée ci-haut) que j’estime relativement éclairée quant aux missions des bibliothèques d’aujourd’hui. Dans le meilleur des cas, certains des candidat.e.s montréalais évoquent la bibliothèque comme “lieu de vie” ou font, encore plus rarement un lien, plus ou moins convaincant, avec le “numérique”. Bref, vos candidat.e.s connaissent-ils ou elles bien leur dossier “bibliothèque” et ce que fait une bibliothèque au 21e siècle ?

Cette question se prolongera dans une troisième consacrée aux moyens à mettre en oeuvre pour créer une bibliothèque du 21e siècle.

Question 3 : Le personnel des bibliothèques

D’entrée de jeu, il faut donner un crédit certain à la vision du maire Coderre au sujet des bibliothèques. Dans un mot de bienvenue adressé aux participant.e.s du Congrès des professionnel.le.s de l’information récemment, il affirmait avoir « décidé » que les bibliothèques seraient des « ambassadrices auprès des nouveaux arrivants », des « act[rices] du changement », qu’elles devaient « participer pleinement à la Ville intelligente ». Même si les coupures menées sous son règne ont étouffé le développement des bibliothèques publiques à Montréal, à un moment crucial de leur histoire, ce discours du maire suggère qu’il est tout de même conscient que ces dernières pourraient jouer un rôle important en matière d’inclusion sociale et numérique.

Par ailleurs, les défis et les priorités d’actions identifiés par les candidat.e.s (dans le questionnaire de Culture Montréal) portent principalement sur l’augmentation des heures d’ouverture, la rénovation, l’agrandissement ou la construction des bibliothèques.

Or, pour agir en matière d’inclusion sociale et numérique, pour augmenter les heures d’ouverture, pour agrandir une bibliothèque qui vient avec des nouveaux services, cela suppose de se doter de personnel qualifié qui permettront d’atteindre ces objectifs.

Si on compare la situation des bibliothèques de Montréal à celle des autres grands réseaux au Canada, le nombre de bibliothécaires, notamment, par habitant est largement et historiquement sous les normes – des normes dont la direction générale ne veut guère entendre parler au demeurant. On peut dès lors demander :

Comptez-vous augmenter le personnel des bibliothèques pour leur permettre de remplir les défis qui sont ceux de l’inclusion sociale et numérique, de l’augmentation des heures d’ouverture et des nouveaux espaces?

Les espaces contribuent au rôle social des bibliothèques, mais du personnel qualifié en nombre suffisant est nécessaire pour les animer et soutenir l’inclusion sociale et numérique. De plus, mettre à niveau les superficies de bibliothèques, sans mettre à niveau la dotation est une décision irresponsable. Et c’est ainsi que l’on fonctionne à Montréal depuis les dernière élections.

Question 4 : L’inéquité québécoise

Je reviens sur cet article paru dans le Devoir cette semaine qui soulignait à quel point le destin des bibliothèques publiques étaient à la merci de la “vision” des maires : « D’une ville à l’autre, on retrouve des bibliothèques de qualité inégale, parce que tout dépend de l’équipe en place [à l’hôtel de ville], tout dépend de la vision » (Chantal Brodeur, présidente de l’Association des bibliothèques publiques du Québec).

En d’autres termes, on entretient une forme d’inéquité au Québec entre les citoyen.ne.s quant aux services de bibliothèques qui sont confiées à l’arbitraire des élu.e.s qui décident du budget et du projet de celle-ci. Chantal Brodeur ajoute : « Qu’est-ce que ça veut dire l’excellence en bibliothèque ? On n’a pas de normes au Québec pour l’encadrer, aucune loi qui oblige les villes à offrir un service précis, tant de places assises, un minimum de livres… » Et l’article de poursuivre :

La porte-parole de cette association constituée de 160 membres partout au Québec reconnaît qu’en l’absence d’un « énoncé gouvernemental qui officialise la mission des bibliothèques publiques », il faut se référer aux textes de… l’UNESCO. « Ce n’est pas normal, clame Chantal Brodeur. Il faudrait quelque chose plus près des gens. » La dépendance des bibliothèques à l’administration municipale explique qu’il est difficile de trouver, même chez les établissements mal soutenus, des directions prêtes à témoigner de leur situation. Elles sont prises entre l’arbre et l’écorce, dans un jeu de diplomatie municipale. »

En d’autres termes, même si la situation des bibliothèques est affligeante, que le personnel est au bout du rouleau, personne n’osera parler parce que les employé.e.s et les cadres sont muselé.e.s, contraints au silence que ce soit à la Ville de Montréal ou dans les autres municipalités, sous peine de sanctions qui peuvent aller jusqu’à leur congédiement.

Dans le but de reprendre cet appel pour une loi sur les bibliothèques, ou un cadre normatif, la question suivante s’impose  :

Entendez-vous (vous les élu.e.s) demander au gouvernement du Québec de prendre ses responsabilités en matière de bibliothèques, de doter celles-ci d’une loi – comme il en existe dans les pays où ces institutions sont les meilleures – et d’un service dédié, compétent et relié aux citoyen.ne.s, qui les supportent dans les nouveaux rôles éducatifs et culturels qui leur sont dévolus, en définissant des normes ou des orientations minimales nécessaires ?

Ce ne sont peut-être pas les réponses des candidat.e.s à ces questions, si nous en obtenons, qui changeront votre intention de vote, mais n’est-ce pas le moment d’engager une conversation avec ceux et celles qui, très bientôt, prendront le pouvoir, le moment d’amorcer un dialogue qui soit susceptible de contribuer à améliorer, sinon les bibliothèques, du moins la qualité et la cohérence de leurs discours à leur sujet? Cette dernière question est pour vous.

Annexe : Un mot de bienvenue du maire Denis Coderre

À ce propos, je reproduis l’intégralité du mot de bienvenue du maire Denis Coderre adressé aux participant.e.s du Congrès des professionnel.le.s de l’information qui s’est tenu du 11 au 13 octobre 2017 qui s’intitulait incidemment « Survivre à la gestion. » Il faut le reconnaître ce discours est porteur d’une vision forte et actuelle des bibliothèques publiques. Est-ce que la réalisation de cette vision est véritablement (et pas seulement en paroles) au programme de son prochain mandat si il est élu?

Bienvenue à tous les participants,

Le principal défi des gestionnaires – peu importe le domaine d’activité – est sans aucun doute la gestion du changement. Depuis quelques années, force est de constater que les bibliothèques sont aux premières lignes des changements que vivent nos sociétés. Et si elles veulent demeurer pertinentes et remplir leur mandat, nos bibliothèques se doivent de répondre aux nouveaux besoins en cherchant continuellement à innover. Qu’on pense seulement aux nombreuses opportunités que représentent les nouvelles technologies de l’information, ou encore aux défis engendrés par une clientèle de plus en plus diverse.

À la Ville de Montréal, nous avons décidé que nos bibliothèques municipales ne seraient pas que de simples spectateurs, mais bien des acteurs du changement. Elles participent à part entière à la ville intelligente, en intégrant des Fab Labs, c’est-à-dire des ateliers de fabrication numérique au sein desquels des outils, comme des imprimantes 3D, sont mis à la disposition des citoyens pour leur permettre de développer des projets individuels et collectifs.

Elles agissent également comme des ambassadrices auprès des nouveaux arrivants en mettant à leur disposition des milliers de documents en plusieurs langues et sur plusieurs supports. Elles proposent aussi une foule d’informations pratiques sur la vie à Montréal, des outils pour faciliter la recherche d’emploi, des renseignements sur les ressources présentes dans les quartiers, et bien davantage. C’est d’ailleurs pourquoi elles étaient représentées au Salon de l’immigration et de l’intégration du Québec 2017.

Enfin, nos bibliothèques innovent et investissent de nouveaux domaines, comme le prêt d’instruments de musique. Depuis près d’un an, une dizaine de bibliothèques participent à ce nouveau programme.

Bref, s’il faut gérer, gérons intelligemment avec un regard sur un monde où le changement est permanent.

Bon congrès

| Ces images ont été empruntées à la campagne de l’ABPQ dans le cadre de la Semaine des bibliothèques publiques 2017 |