BloguesVol de temps

Front commun, Ni pour, Ni contre, la charte!

« Ni pleurer, ni rire, mais comprendre »  Spinoza.

Dans une lettre publiée dans la Presse le 18 septembre dernier, le professeur d’histoire Yakov Rabkin, conclut son texte en qualifiant la charte des valeurs en rien d’autre qu’une « arme de distraction massive » et il nous invite à nous en méfier.

À en juger par les dernières controverses provoquées par certains commentaires sur la charte, certaines lettres, certaines positions, certaines réactions et les réactions aux réactions..

À en juger par la simplicité et la rapidité avec laquelle l’opinion publique est tombée dans le piège de la division en se constituant résolument pro-charte ou résolument anti-charte, comme s’il s’agissait d’un match de hockey entre les Nordiques et les Canadians.

À en juger par la manière avec laquelle les médias dominants ont profité de cette division pour en faire un spectacle éclatant de clivage, de polarisation et de manichéisme.

À observer comment les textes de fond sur la charte sont éclipsés par les déclarations incendiaires qui ont pris un espace disproportionné dans les médias dominants.

À en juger par la position clairement politique de la Présidente du Conseil du Statut de la Femme qui a profité de la nomination de quatre femmes pro-charte par le gouvernement, pour prendre ses distances.

À en juger par la position de la Commission Québécoise des Droits de la Personne qui n’a donné aucune chance à la charte de traverser le mur juridique jugeant impossible que des valeurs soient intégrées dans une charte de droit.

À en juger par le manque d’encadrement politique du débat, le manque de pédagogie sur les notions de laïcité.  La plupart des jeunes que j’interroge me répondent que laïcité veut dire absence de religion! D’autres l’associe à l’athéisme.  Certains sont convaincus que la charte mettrait fin au port des signes religieux partout.

À en juger par la façon avec laquelle le PQ a voulu sauver sa peau en faisant d’un débat de société, une machine à gagner des votes pour éliminer la CAQ de la scène politique.

À en juger de tout ça, il est difficile de ne pas être d’accord avec le constat du professeur.

Cependant, quand on lit bien le texte de Yakov Rabkin, on pourrait noter aussi que le professeur d’histoire ne participe pas moins à cette entreprise de distraction massive en sous-estimant l’importance de légiférer sur un enjeux qui engage les générations futures. Si ce n’était pas si important, pourquoi  assistons-nous alors à tant de tumultes, de passions et de réactions?

Ce n’est pas parce que le PQ a mal géré le débat qu’un débat n’a pas sa raison d’être.

L’arme de distraction massive se nourrit aussi des analyses idéologiques et partisanes.  Il est évident que le conflit entre fédéralistes et souverainistes, entre muticulturalistes et nationalistes, trouve dans ce débat une bonne occasion de poursuivre la vieille chicane.

Si le politique est en grande partie responsable d’une telle dérive par sa façon de présenter le débat et surtout par sa façon de s’en laver les mains, la responsabilité n’en demeure pas moins partagée.  Nous avons comme citoyens notre part de responsabilité dans notre façon de réagir, de se laisser distraire par les manipulations des uns et des autres.   Certaines réactions de peur  (de part et d’autres) me désolent parce qu’elles sont fondées davantage sur le ressenti que sur les faits.

Est-il encore temps de se rattraper pour combler le vide politique et amener un peu de rationalité et de recul dans le débat  ?

Idéalement, avant la proposition d’un projet de charte,  ce débat aurait dû être introduit par une question simple: Qu’est-ce que c’est la laïcité?

Ne faudrait-il pas d’abord réhabiliter ce principe fondamental de la démocratie qui a été instrumentalisé par les athées, les féministes, les souverainistes et même les religieux ? Ces derniers l’ont adoptée à condition qu’elle soit ouverte. Ouverte à quoi? À la religion évidemment, ce qui est un non-sens. Une aberration intellectuelle.

Sur la base de cette confusion, le PQ a initié le débat pour briller aussitôt par son absence. Quand la politique s’active à remplir le vide par le vide, cela donne les Janette. Les Janette ont essayé de remplir ce vide en instrumentalisant une notion aussi noble que l’égalité hommes-femmes pour justifier le repli sur soi.

Mais, qu’est-ce que la laïcité?

Faut-il rappeler que la laïcité c’est d’abord la liberté des consciences. Toutes les consciences. Pour que cette liberté soit possible, une condition s’impose: La séparation entre le religieux et le politique. Contrairement à ce qui domine dans le débat actuel, la laïcité n’a pas été inventée contre une religion en particulier. On me répondrait:  »oui, mais c’est l’islam qui domine le paysage, c’est normal de s’attaquer à lui. »  Je réponds simplement que par définition un principe c’est un principe.

J’ai cru que ce débat était une occasion en or pour nous citoyens de réfléchir sur ce qui pourrait nous rassembler au delà de nos choix politiques et religieux. Je crois encore que le débat pourrait avancer si nous croyons que l’intérêt général peut l’emporter sur le particulier. J’ai cru aussi que ce débat est une excellente occasion pour certains citoyens de jeter un regard critique sur l’interprétation qu’ils font de leur propre religion..?

Mais, qu’est-ce que la laïcité?

Je suis un gand fan d’Averroès (Abu’l-Walïd Muhammad ibn Ahmad ibn Rushd 1126-1198), Médecin, juriste et grand philosophe de l’Andalousie. Il est le premier grand philosophe arabo-musulman a séparer le temporel du spirituel. Ce qui était à l’origine un concept philosophique est devenu un concept politique: La laïcité. Après des siècles de guerres de religion entre catholiques et protestants, il était devenu vital de concevoir des espaces où le religieux ne pouvait plus corrompre le politique. Averroès, ce grand intellectuel andalou, a grandement contribué à l’émergence des philosophies des lumières.

J’ai retrouvé cet esprit des Lumières dans la déclaration des intellectuels pour la laïcité.  Je le retrouve aussi dans la pétition Rassemblement pour la laïcité.   Voilà pourquoi je les ai signées.

Le gouvernement aurait pu s’appuyer sur ces textes pour mieux concevoir et raffiner sa charte. Une charte de la laïcité!

———————

Je crains que les prochaines élections (si elles ont lieu cet hiver ou ce printemps) ne fassent qu’aggraver le clivage. À moins qu’un front commun ne soit constitué par les citoyens non partisans. L’objectif de ce Front serait d’inviter tous les candidats à ne pas faire de la charte des valeurs québécoises un enjeu électoral.

Ça serait d’une grande irresponsabilité politique (de la part de tous les partis) d’engager les Québécois dans des élections dominées par un débat très mal engagé.  Comment accepter que les ravages et les dérapages d’un tel débat puissent guider les citoyens dans leur choix d’un vivre ensemble?

Au cas où les élections soient déclenchées dans quelques semaines, je propose la constitution d’un Front commun:

Le Front Commun, Ni pour, Ni contre la charte!

—————–

Depuis la déclaration des Janette:

Les Pour sont plus que jamais pour.
Les Contre, sont plus que jamais contre.
Et moi (j’espère ne pas être le seul), plus que jamais, je ne suis ni pour ni contre.

Je ne suis pas pour une charte à trois pattes..
Je ne suis pas contre le principe d’une charte de laïcité issue d’une large consultation publique non partisane.

Le politique brille par son absence, laissant place aux dérapages:

Cela donne des psy qui affirment que les croyants sont plus équilibrés mentalement que les athées et des Jeanette qui instrumentalisent la notion égalité homme-femme au profit d’un repli identitaire.

Déclencher des élections avec une telle confusion comme bruit de fond, serait irresponsable et même immoral.

Peut-être que pour la première fois de ma vie de citoyen, j’irai annuler mon vote.

——————-

————–

—-