BloguesVol de temps

Si le PQ était resté péquiste!

pq3

En 1976, j’avais 16 ans.  

Sur le chemin de l’école, je croisais souvent mon cousin avec qui je marchais deux coins de rues avant de poursuivre chacun vers son lycée. Lorsqu’on se manquait, le premier qui passe laissait à l’autre un petit message.  Le trou d’un poteau électrique nous servait de boite à courriels. On se postait des bêtises, des jokes, des pensées et parfois des informations dignes d’intérêt..  C’était notre Facebook avant le temps!

C’est ainsi qu’un matin de mi-novembre 1976, j’ai posté à mon cousin une information en un mot, « Québec ».  Sa réponse a été encore plus courte,   » ?  » .

De notre Maroc natal, quelques mois auparavant, Montréal s’était révélée à nous par ses Jeux olympiques, mais l’arrivée du PQ au pouvoir a révélé pour nous la présence francophone en Amérique et le projet d’un autre peuple pour un pays.  

Le 16 novembre 1976, la victoire d’un parti politique indépendantiste au Québec a fait la première manchette du bulletin de nouvelles de notre Radio Nationale.  

20 ans auparavant, soit le 2 mars 1956, la Maroc a été déclaré officiellement indépendant par le Roi Mohammed V. Le 7 Avril de la même année l’Espagne redonnait au Maroc sa souveraineté sur le nord. Mon père comme des milliers d’autres résistants marocains avaient payé de leur chair pour que le Maroc redevienne un pays.

À 16 ans, j’étais habité par cette histoire là. Donc la victoire d’un parti indépendantiste au Québec ne pouvait être pour moi qu’une très bonne nouvelle.  Un évènement historique qui a été déterminant pour moi lorsque, cinq ans plus tard, je devais choisir dans quel ailleurs poursuivre ma route..

J’ai débarqué au Québec en décembre 1981 alors qu’une petite phrase de René Levesque résonnait encore dans la tête de millions des québécois.  Pour lui, la défaite de 1980 n’était qu’une étape obligée avant une « prochaine fois ».  Je me disais naïvement qu’à cette « prochaine fois », j’allais peut-être vivre le rendez-vous d’un peuple avec son histoire.. Le Québec allait peut-être m’offrir ce dont j’aurais aimé être témoin vivant en 1956.

Le 7 avril 2014, le même parti qui a allumé une nouvelle petite lumière sur ma carte du monde, ce même parti que je voyais comme l’équivalent de notre Hizb Al Istiklal (le Parti de l’indépendance) vient de subir une énorme défaite.   

Cela ne me surprend pas. Cela ne me réjouit pas. Cela était prévisible depuis que le PQ est orphelin de son idéal et de sa raison d’être. Depuis que la souveraineté ne lui sert que de marque de commerce. Depuis qu’il choisit très mal ses stratèges et ses stratégies. Depuis qu’il joue dangereusement avec l’identitaire en mettant les vulnérabilités des uns contre celles des autres.  Depuis qu’il se montre sourd à toutes les voix souverainistes qui le rappelaient à lui-même.   

Au lieu de se nourrir de toutes ces luttes de libération dont les traces sont portées par des milliers de nouveaux québécois, le PQ a fait un autre choix dont il doit assumer aujourd’hui les conséquences s’il veut rallumer de nouveau le rêve d’un pays avec tous et pour tous.   En 1995, avec Jacques Parizeau, le PQ a rassemblé un peu plus les québécois autour de sa cause.  Au lieu de suivre le chemin tracé par ce grand homme, le PQ s’est arrêté sur sa petite phrase malheureuse et en a fait presque une devise  d’où le slogan « porter nos culottes » de Drainville.   Même Parizeau a beaucoup évolué sur la question du vote ethnique.  Apparemment, pas son parti. 

Je suis à Rabat. Au quartier de mon enfance. Depuis quelques jours, je passe quotidiennement devant le poteau électrique. Chaque fois, en regardant ce petit trou ou j’avais glissé un jour le nom du Québec, je me souviens.. 

Je me souviens du moment où, quelques semaines avant le début des dernières élections, deux ministres du PQ m’avaient lancé l’invitation pour faire partie de leur équipe.  

J’aurais accepté avec plaisir et honneur si le PQ était resté péquiste.

 

PS: Pensée affectueuse pour Diane De Courcy.