Ne manquez rien avec l’infolettre quotidienne.
BloguesVol de temps

Ramadan 2015. Jour 4. Le Gnaoui!

1

Mohamed est un Gnaoui. Par définition, il est un artiste ambulant. Il se promène d’une ville à l’autre du royaume. À chaque ville, il se choisit une place pour en faire un petit Jamaa El Fna (Célèbre place publique de Marrakech).

À Rabat c’est surtout à Bab Chellah qu’il pratique son métier de musicien de rue depuis plus de 20 ans. Avec son tambour et ses deux battons, il accompagne les pas et leur donne une envie de danser. Devant lui, j’improvise toujours au moins deux pas, avant de poursuivre..

C’est le quatrième jour de Ramadan. À 4h de l’après-midi les pas sont plutôt au ralenti et Mohamed essaye d’adapter son rythme. Ce n’est pas évident de faire de son tambour un violon.. Il fait un effort. Ce qui en sort, est une musique plutôt expérimentale.. Une voix alors l’engueule « Tu nous emmerdes avec ton bruit, vas t’en ailleurs ». Il se retourne pour voir qui a osé ? C’est un nouveau. Marchand de parfums.

Mohamed réplique « Mon bruit, comme tu l’appelles fait renaître les morts, mon bruit guérit les tuberculeux, les lépreux et les cons comme toi.. Je suis ici bien avant les murs et bien avant toi.. ». Avec son accent marrakchi, Mohamed s’est transformé en comédien, digne des grandes pièces de Taib Seddiki, « N’TA Makaynech, berrrrr », (Toi, tu n’existes pas, berrrrrrr).

Il manquait à cette performance un peu de musique, c’est alors que j’ai osé intervenir dans la mise-en-scène « Maintenant, poursuis avec le tambour ». C’est ainsi que la colère de Mohamed lui a fait retrouver son rythme. Le tambour a arrêté de jouer au violon et le sourire a repris sa place dans le coeur des hommes, en attendant la prochaine chicane.

2 3 4 5 6

 

———-

——

PS: Pour mieux apprécier les images, il suffit de cliquer sur la photo pour la voir en plus grande taille.