BloguesVol de temps

De Ramadan en Ramadan!

fontaine2De Ramadan en Ramadan, je retrouve de moins en moins cette tolérance qui devrait en principe caractériser ce mois sacré.

Je vois plutôt de plus en plus de gens se prendre pour Dieu et s’introduire dans ce qui ne les regardent pas!

Leur foi en Dieu est à ce point faible qu’ils devraient ne plus croire en son existence.  Alors, ils imposent un autre Dieu.  Un Dieu à leur image.

Un Dieu Vengeur, un Dieu Punisseur, Culpabilisant, Haineux. Rien à voir avec celui qu’on leur a enseigné pourtant. Le Dieu d’Amour, Dieu de Pardon, Dieu le Miséricordieux.

Ça ne sert à rien de leur rappeler ces paroles sacrées du Coran:  « il y a pas de contrainte dans la religion » ou « Nul pécheur ne portera les péchés d’autrui ». Ils n’y croient plus.  C’est de peur   qu’ils nourrissent leur foi.  La peur que leur « Islam » disparaisse.

J’ose croire que cet « Islam » de peur, dans lequel je ne me reconnais pas, participe à son propre déclin.

En attendant, la peur, leur peur, se manifeste sous forme de haine. Une haine militante.

Dans plusieurs ville du Maroc, des citoyens ont dénoncé d’autres citoyens parce que ces derniers ont fumé une cigarette ou ils ont bu de l’eau alors qu’il faisait très chaud.

Dernièrement, à Marrakech un militant des droits humains aurait été harcelé et menacé par ses voisins qui l’accusent de déjeuner, en plein jour, chez-lui!

Même dans des pays non musulmans comme en France, on signale des violences commises par des jeuneurs, notamment à Nice où la justice a condamné un homme à 8 mois de prison pour avoir giflé une serveuse musulmane qui servait de l’alcool.

La police morale s’est investie d’une mission.  Être plus musulman que le musulman. Et pour l’accomplir, elle a pour soutien un article du code pénal qui valide son action, le 222.

Au nom de ce code et avec sa bénédiction, il ne passe pas un jour, durant ce Ramadan, sans qu’un citoyen agisse au nom de la majorité pour exercer sa tyrannie sur une minorité. Une minorité de moins en moins minoritaire!

Bientôt le législateur marocain aura à trancher sur certains articles de loi qui menacent la paix sociale au Maroc.

De Ramadan en Ramadan, je retrouve de moins en moins, au Maroc, ce respect de la liberté de conscience de l’autre, dont j’ai été, jadis, témoin.

——-

Lire aussi:

« Je suis marocaine, je ne pratique pas Ramadan et ça me va bien! »

fontaine1fontaine3parlement1