Ne manquez rien avec l’infolettre quotidienne.
BloguesVol de temps

C’est toujours un début, continuons le débat!

Pourquoi la parole publique d’un seul homme, aussi philosophe soit-il, serait-elle plus importante, plus déterminante que celles des élus de l’opposition qui représentent des millions de personnes ?

Pourquoi le premier ministre du Québec serait-il soudain prêt à suivre la voie d’un seul homme, aussi lauréat du prix Tempelton soit-il, au mépris d’un consensus démocratique qui commence à se pointer à l’horizon..?

Pourquoi en invitant le philosophe dit national pour expliquer sa volte face, nos grands médias n’ont pas invité un autre philosophe pour débattre avec lui ? 

Je ne suis pas philosophe, mais j’ai plus de questions sur le vivre ensemble que Charles Taylor n’a de réponses!

Par exemple, sur les interdictions, quelle société peut-elle s’en passer pour assurer un vivre ensemble ? La paix sociale peut-elle se passer de lois coercitives ?

Puisque Charles Taylor prétend, par sa nouvelle position, vouloir protéger les musulmans du Québec de la stigmatisation et de l’amalgame, lui arrive t-il de penser que c’est en les infantilisant et en les considérant comme un groupe homogène sans diversité et sans singularités qu’ils font déjà l’objet d’amalgame et de stigmatisation ?

Comment lui rappeler que les adeptes d’une religion ne portent pas tous des signes religieux ? À l’entendre, on croirait que les femmes musulmanes d’ici et d’ailleurs sont toutes voilées.

Dernière question: Est-ce le rôle d’un philosophe de faire d’un moment de vulnérabilité collective une occasion pour asseoir une politique à très courte vue ? Est-ce sa vocation de participer à une extraordinaire instrumentalisation politique ?

En tant que citoyen, je me passe volontiers de la réflexion d’un philosophe aussi aliéné politiquement.

La laïcité, telle que les anciens l’ont conçu, est un outil de liberté et un principe fondamental de démocratie. Mais pour se réaliser correctement, la laïcité au Québec n’est pas obligée de passer par les peurs, les replis et les crispations identitaires. Encore moins par le multiculturalisme de Monsieur Taylor qui attise le communautarisme. La laïcité est prise en otage par ces deux visions.

Opposées en apparence, ironiquement, les deux approches ont une seule obsession, l’immigrant musulman. Quand l’une le rejette l’autre l’infantilise. Aucune des deux n’a la décence de lui restituer sa dignité de citoyen.

C’est toujours un début, continuons le débat!


Lire aussi:

Le projet de loi 94 expliqué à mon fils