Le mariage de Patrick!
BloguesVol de temps

Le mariage de Patrick!

Le 18 décembre 2003, deux évènements qui n’ont rien en commun allaient se croiser: Le sauvetage d’une émission communautaire et le mariage de Patrick.  L’un et l’autre ont été célébrés en même temps et dans le même espace. Carcéral.

À quelques jours des fêtes de Noël, je me préparais mentalement à la possibilité d’une fin du programme Souverains anonymes.  Après 14 ans, on m’a annoncé que mon aventure radiophonique à la prison de Bordeaux devait s’arrêter là. Manque de fonds oblige, je devais me rendre à l’évidence.

Mais avant de tourner la page,  j’ai frappé à toutes les portes pour une tentative de sauvetage. En dernier recours,  j’ai osé frapper à celle de Madame Louise Harel.  Je ne pouvais choisir meilleure porte.  Elle a été l’ambassadrice des Souverains auprès de plusieurs députés dont Jean-Pierre Charbonneau (Alors porte-parole de l’opposition en matière de sécurité publique) qui a su plaider la cause d’une façon magistrale.  Sa plaidoirie a été même diffusée à Télé Québec dans le cadre des travaux parlementaires. Les députés devaient se prononcer, ce jour-là, sur le budget de la Sûreté du Québec: 59 millions.

À la demande de Jean-Pierre Charbonneau et sous les recommandations de ses propres collègues, Monsieur Jacques Chagnon, alors ministre de la Sécurité Publique  a finalement répondu OUI.  Fait rare à l’Assemblée Nationale, des applaudissements ont fusé des deux côtés de la chambre.  Durant deux ans, 13 ministres libéraux ont financé le programme Souverains anonymes à partir de leurs propres budgets discrétionnaires. Merci Louise Harel. Merci Jean-Pierre Charbonneau. Merci Jacques Chagnon.

On entendra dans le montage ci-haut, l’extrait entier de l’intervention de Jean-Pierre Charbonneau et la réponse de Jacques Chagnon.  Le hasard voulait que la survie d’un programme communautaire  coïncide avec une demande de mariage d’un détenu.

Par la magie de la radio Patrick a adressé ses voeux à sa bien aimée « Bijou est à côté de moi, Elle n’est pas seulement belle, elle n’est pas seulement brave, elle n’est pas seulement noire, elle n’est pas seulement de mon pays, elle est surtout la femme de mon cœur. Elle sait déjà que pour elle chaque jour je donnerai ma vie, ma chair et mon sang ».

Pour souligner les deux évènements, j’ai fais appel à la brillante comédienne et chanteuse Geneviève Bilodeau, à l’auteur-compositeur-interprète Sélim Bichara, une des plus belles voix au Québec, ainsi qu’au grand poète et Souverain Nicodème Camarda. Kattam et Samuel étaient alors étudiants en médecine, mais c’est en tant que percussionnistes qu’ils ont participé à la fête.

Je vous raconte pas tout.  Écoutez!

capture-decran-2018-03-02-a-18-41-24