La musique des noirs!
BloguesVol de temps

La musique des noirs!

 

« Le vivre ensemble se pratique au corps à corps…il ne se revendique pas à cor et à cri ». Rachida Azdouz.  (De son livre Le vivre ensemble n’est pas un rince-bouche).

Est-ce que le racisme systémique existe au Québec et ailleurs ? OUI.                                               Est-ce que la manifestation contre Slav de Robert Lepage est une bonne façon de lutter contre le racisme systémique ? Non.

Les militants de cette noble cause se sont trompés d’adresse. Je vous propose une autre.  Suivez-moi.

Je quitte ma cellule                                                                                                                                                Je traverse les couloirs                                                                                                                                         Je salue mes amis                                                                                                                                                  Je leur dis à plus tard

Je ne quitte pas Bordeaux                                                                                                                                   Du moins pas encore                                                                                                                                             Je m’évade dans les mots                                                                                                                                     Et la musique des noirs.

J’ai écris ces paroles, il y a plus de 20 ans! Je voulais simplement donner un exemple à mes gars de Bordeaux pour qu’ils me proposent des textes.  Ensuite, nous devions choisir celui qui allait mieux les représenter pour introduire les rencontres avec leurs invités.

Mes Souverains ont choisi finalement précisément ce texte pour les représenter. Ils se sont appropriés mes paroles et ils les ont chanté en rap, en reggae, en blues, en rock, en rai et en R&B, souvent en ajoutant leurs propres refrains!  Depuis plus de 20 ans, ce texte a inspiré des centaines d’autres textes, tous signés par les Souverains. Cette abondance de création a même fait l’objet d’un album.

Un jour, Nedjim Bouizoul, du groupe Labes, s’est approprié ces paroles en faisant de la musique des noirs,  une musique gitane (voir ci-haut).  Il n’avait pas à demander la validation des noirs, ni celle des gitans, encore moins la mienne.  Un artiste n’a pas à demander la validation de personne pour exprimer librement une condition humaine du moment que des humains, peu importe leur couleur ou leurs conditions, peuvent s’y identifier et s’y reconnaître.

Pour sa pièce Littoral, Wajdi Mouawad devait-il demander la validation de la communauté libanaise avant d’engager des comédiens québécois d’origine canadienne française pour incarner les personnages de libanais ? Ces derniers devaient-ils refuser de monter sur scène parce qu’ils ne sont pas libanais d’origine ? Ou parce qu’ils n’ont pas été les témoins directs de la guerre civile au Liban ?

Devais-je refuser de jouer le rôle d’un juif, qu’on m’a proposé, parce que je suis musulman ?  Devais-je refuser de jouer le rôle d’un syrien parce que je ne suis pas un syrien, je n’ai jamais été en Syrie et je n’ai jamais été témoin direct de la guerre en Syrie ?

S’il fallait que seuls les ex détenus du mouroir de Tazmamart expriment leur calvaire et leur déchéance dans des oeuvres littéraires, je n’aurais jamais pu admirer l’oeuvre de Tahar Benjelloun « Cette aveuglante absence de lumière » , le texte le plus touchant et le plus troublant de tout ce que j’ai lu sur Tazmamart.  Benjelloun n’a jamais été prisonnier à Tazmamart. Cela ne l’a pas empêché de rendre si bien l’universel sentiment de souffrance et de détresse en se basant sur le témoignage d’un ex de Tazmamart.

Sur le spectacle de Grégory Charles Noir et blanc, qui évoquait lui aussi musicalement l’histoire de l’esclavage, seul Dany Laferrière avait osé écrire dans une chronique dans la Presse « Je ne savais pas que Grégory Charles était noir » parce qu’être noir, comme le disait Aimé Césaire, ce n’est pas seulement une question de couleur, mais de conditions.

Jamais un de mes Souverains ne m’a dit « Tu n’es pas un détenu, tu ne l’as jamais été, tu n’as pas le droit d’écrire notre réalité ».  Jamais un détenu noir ne m’a dit « Tu n’es pas noir. Tu n’y connais rien aux noirs, encore moins à leur musique, tu n’as pas le droit d’écrire sur les noirs ».  Avec le temps, on ne se demandait même plus qui a écrit ce texte.  ? Des noirs, des blancs le chantaient parce que « Noirs et blancs dans le même système, derrière des murs café-crèmes ». Il ne m’appartenait plus.

Une seule fois, un détenu blanc a exprimé son malaise avec ce vers « Et la musique des noirs ». C’est un détenu noir qui a répondu «  Tu aurais aimé entendre quoi à la place ? ET LA MUSIQUE DES BLANCS ? Qui est à l’origine du rap, du reggae, du blues, du rock, du R&B ? ». Et le détenu blanc a ajouté « Si un noir le dit, je n’ai plus rien à dire ».  Et le détenu noir a mis fin à la petite polémique « Je ne le dis pas parce que je suis noir. Je le dis parce que c’est vrai » et il s’est mis à rapper le reste de la chanson:

Ma vie est un roman                                                                                                                                             Ma vie est une chanson                                                                                                                                      Qui en est l’auteur ?                                                                                                                                                   C’est toute la question

Des questions que je me pose                                                                                                                             En vers et en prose.                                                                                                                                                Je vous salue humains                                                                                                                                          Et je vous plaide notre cause! 

Dans le contexte de la polémique qui a secoué le Québec dernièrement, je plaide moi aussi la cause des militants contre le racisme systémique en leur posant une seule question:

Avez-vous déjà manifesté contre la surreprésentation des noirs et des authoctones en prison ?  


Suite 4 juillet 2018 AM

Les militants contre le racisme systémique au Québec font de la politique et développent des stratégies de luttes. Cette fois, ils se sont trompés de stratégie. On peut tout critiquer, mais on n’appelle pas au boycott d’une oeuvre artistique dont le metteur-en-scène est connu pour son humanisme. On ne traite pas les gens curieux d’entendre cette oeuvre de racistes. Et le plus important, on ne peut empêcher personne d’être empathique envers une cause sous prétexte qu’elle appartient d’abord à d’autres. Laissons l’humanité entière respecter la mémoire de toutes les victimes de l’esclavage.

Et si l’esclavage a frappé particulièrement les populations d’ascendance africaine avec les conséquences qu’on connaît, faut-il rappeler que l’histoire de l’esclavage n’est pas réduite à celle des noirs ? Quel peuple, quelle nation, quelle ethnie a le monopole de la souffrance ? Pourquoi un artiste devrait-il valider sa liberté de création par les représentants d’une communauté ou d’une autre ? À quel degré de représentation l’artiste devrait-il se fier pour mieux valider son oeuvre et pour ne pas être accusé d’appropriation culturelle ? Ce genre de communautarisme n’aurait-il pas pour effet de nourrir, justement, le racisme systémique ?

En parlant de communautarisme, devais-je fermer les yeux comme journaliste et comme artiste sur la déportation massive des jeunes haïtiens (À la fin des années 90) sous prétexte que je ne suis pas haïtien ? Je n’ai jamais noté une grande mobilisation contre la déportation des jeunes haïtiens du Canada vers Haïti. En quoi les militants contre le racisme systémique les ont t-il défendu réellement ?

Cela étant dit, les autorités politiques et des élus ont la responsabilité d’adopter plus de mesures incitatives à l’intégration des minorités dans tous les domaines. Celles et ceux qui ont la responsabilité de gérer et d’administrer le vivre-ensemble, ont le devoir de donner à la diversité un sens beaucoup plus large que celui qui sert les agendas politiques. Mais l’entrée du TNM, un lieu de création libre, n’était pas vraiment la bonne adresse pour faire passer un tel message!


Suite: 4 juillet 2018 PM

Je devais voir Slav de Robert Lepage et Betty Bonnifassi ce soir.
Le Festival du Jazz de Montréal vient de l’annuler!

Je devais assister dernièrement à un colloque sur les libertés individuelles au Maroc. Deux jours avant son ouverture, les autorités marocaines l’ont interdit.

« Années de malheur où la peur était reine
on trempait son courage dans un baquet de haine
Des épines couronnaient le désir dénoncé
l’amour avait des gants pour ne pas se blesser

Tous les matins portaient masques de carême
le plaisir se cachait dans un danger suprême
Ces années me reviennent avec leurs bruits de chaînes
avec leurs mornes traînes et leurs laizes de peine

Qu’à cela ne vache qu’à cela ne chienne
ce fleuve de douleurs apporta la révolte ».

Gilbert Langevin.


Suite: 5 juillet 2018 AM

Plus important que la supposée appropriation culturelle qu’une minorité agissante reproche au spectacle Slav, c’est la censure qui devrait faire maintenant l’objet d’un grand débat au Québec.
Cela concerne désormais tous les créateurs et tout acte de création. On a rappelé, à juste titre, un précédent de résistance à la censure de la Pièce « Les fées ont soif ». C’était en 1978-1979.

Aujourd’hui, en 2018, en supprimant Slav de sa programmation, la direction du Festival de Jazz de Montréal insulte la mémoire de cette résistance.

Elle insulte tous ceux et celles qui se sont battus pour les libertés de dire.

La critique est légitime, souhaitable, nécessaire.
La censure… NON!

Priver les gens de faire leurs propres opinions, c’est une insulte à l’intelligence.

Robert Lepage a la responsabilité de ne pas trahir cette mémoire de résistance. Il trouvera les mots et le style pour réparer l’erreur gravissime du FIJM.

Bon courage Robert!


Suite: 5 juillet 2018 PM 

Ce qui est naïf c’est de croire que la décision du FIJM corrige (ne serait-ce que symboliquement) les rapports de force de notre société. Ce qui est inquiétant c’est de ne pas prendre conscience de la gravité d’une telle décision. Ce qui est dangereux c’est de banaliser la censure. Ce qui est court c’est de faire appel à la facilité pour éviter un débat complexe, mais nécessaire. Ce qui relève d’un manque d’imagination c’est de ne pas répondre à la liberté de création par la liberté de création. Ce qui est réducteur c’est d’arrêter le regard sur le doigt qui montre la lune. Et finalement, ce qui est bancal, c’est de réduire la légitime lutte des noirs essentiellement dans un statut de victimes. La lutte pour l’égalité a déjà fait appel à de meilleurs moyens!


«Depuis la nuit des temps, la pratique théâtrale repose sur un principe bien simple : jouer à être quelqu’un d’autre. Jouer à l’autre. Se glisser dans la peau de l’autre afin d’essayer de le comprendre et, par le fait même, peut-être aussi se comprendre soi-même. Ce rituel millénaire exige, le temps d’une représentation, que l’on emprunte à l’autre son allure, sa voix, son accent et même à l’occasion son genre. ».  Robert Lepage.

Ici, un détenu joue le rôle d’homme libre et une femme libre joue le rôle d’une détenue. Inverser les rôles pour mieux jouer son rôle!