Musique

Willie Lamothe : Trois anecdotes sur Willie Lamothe

La plus resplendissante partie de sa carrière, Bobby Hachey l’a vécue aux côtés du célèbre Willie Lamothe qu’il accompagnait à la guitare et dont il fut le bras droit à la télévision pendant les six années de diffusion du Ranch à  Willie.

La plus resplendissante partie de sa carrière, Bobby Hachey l’a vécue aux côtés du célèbre Willie Lamothe qu’il accompagnait à la guitare et dont il fut le bras droit à la télévision pendant les six années de diffusion du Ranch à Willie. Ici, il raconte trois aventures pour le moins amusantes qui témoignent de l’esprit qui unissait ces deux hommes et du caractère explosif de Lamothe.

"Dans la valise du Thunderbird de Willie, il y avait toujours deux caisses de cognac. Sur la route, on avait chacun une bouteille. Les lois n’étaient pas comme aujourd’hui. On partait pour la Gaspésie, chacun notre bouteille; pas à boire ça sans arrêter, mais on avait la bouteille de Vichy entre nous deux, une p’tite gorgée de cognac de temps en temps et on se contait des histoires. On riait tellement que l’effet partait. Là, on prenait une autre gorgée. Des fois, les polices nous collaient. On était chanceux que Willie soit connu. Ils nous disaient: "Bobby, Willie, où est-ce que vous allez?" "On s’en va travailler, on est en retard, on fait ça vite un peu", qu’on répondait. "Allez pas trop vite…" Et là Willie disait tout le temps: "Donne-moi le ticket, donne-moi le ticket!" Ils ne nous en donnaient jamais, nous disaient de faire attention avec le cognac et ils nous laissaient partir. Et là on riait encore, des vrais fous sur la route. On aurait pu se tuer. Des fois, je me dis que le bon Dieu était avec nous autres, mais à un moment donné, il est débarqué. Il a eu peur, on était trop fous."

"Des fois, quand Willie me donnait ma paye après le spectacle, il m’en donnait trop. Je me souviens, une fois, il m’avait donné 80 piastres de trop. Alors je vais le voir le lendemain avant l’enregistrement du Ranch à Willie et j’essaie de lui parler de mon salaire et avant que j’aie eu le temps de dire quelque chose, il me dit devant tout le monde: "Ah, tu veux toujours avoir plus que moi…!" Il est revenu me voir plus tard pour savoir ce que je voulais exactement et je lui ai garroché l’argent: "Tiens, tu m’en avais donné en trop!" Là il changeait son capot de bord. Plus tard il essayait de se racheter en payant la bouffe au restaurant; moi je refusais. Mais ça ne durait jamais très longtemps et on se remettait à rire."

Bobby Hachey à propos de…
Johnny Cash: "Je suis allé chez lui à Nashville. C’était un gentleman. Je l’ai vu à la télé l’autre soir, je pense qu’il serait mieux mort… Il n’est plus le même, il a l’air d’un vieux de 100 ans et il a mon âge. Il avait son style, simple, trois accords. Ses paroles de chansons étaient tellement bonnes, il était tellement fort… Ça venait du coeur. Il était très imposant, grand, toujours habillé en noir et il faisait des concerts pour les prisonniers, mais il était très sympathique."

Chet Atkins: "Je l’ai rencontré, on a joué Yaketi Yak ensemble à la guitare! Il n’avait pas la tête enflée, un gars ben simple, comme toi et moi. Les personnes simples vont loin. Si tu te prends pour un autre, tu ne dureras pas longtemps. Lui, c’était un vrai. Il est mort l’an dernier."

Paul Brunelle: "Paul Brunelle, il avait un petit défaut: il sautait des temps dans ses chansons, mais il était connu comme ça. J’ai endisqué avec lui, il m’avait engagé pour faire un album. On rentrait en studio et j’essayais de lui expliquer: "Paul, tu sautes à telle place…" Et il me demandait de lui montrer. Je lui montrais et dès que la lumière s’allumait et qu’on enregistrait, il recommençait. Il était fait comme ça… Et c’était un des plus gros vendeurs, plus que Willie et Soldat Lebrun. Les gens l’aimaient, il était propre, il avait de la classe."

Ti-Blanc Richard: "Quand Ti-Blanc est parti, ça m’a fait réfléchir. Un 40 onces par jour, pour lui, c’était comme un p’tit verre d’eau. Sur scène, il était très généreux, il savait ce que le public attendait de lui et il lui donnait."

Bobby Hachey et la drogue
En 1971, sur l’album intitulé Bobby Hachey et les six bons, le guitariste fait paraître une chanson intitulée Haschisch Boogie. Ici, il raconte son unique expérience avec la drogue.

"C’était l’idée du Père Gédéon d’appeler ça Haschisch Boogie. Pour moi, il en fumait dans sa pipe de temps en temps. J’ai pris une touche là-dessus, une fois, dans les années 70 avec Michel, le fils de Willie Lamothe. On était chez eux dans le temps des Fêtes, il avait une pipe avec un tube, drôlement arrangée, comme en Égypte. Il m’a fait prendre une touche, j’ai gardé ça en dedans et je me suis étouffé. C’était fini, j’ai jamais retouché à ça. Mais avec les groupes dans le temps – les Classels, les Gants Blancs, César et ses Romains -, on se croisait dans les tournées. J’ai fait le party avec ces gars-là, c’est tout du bon monde, mais je riais juste de les voir faire. Ils voulaient m’en faire prendre, mais je repoussais toujours ça à plus tard. Au Motel Hélène à Québec, ils faisaient jouer de la musique psychédélique et ils regardaient le reflet du néon de l’enseigne sur le mur de la chambre. Moi, je me roulais par terre. Ils me disaient: "Si tu veux fumer, reste, mais si tu veux rire de nous, va-t-en." Ils en mettaient même dans la sauce à spaghetti. Willie a essayé ça plus que moi."

Les offres culturelles sur Boutique.Voir.ca

Obtenir plus d’argent pour voir des spectacles? OUI C’EST POSSIBLE!

Caligula + 25 à 40 %
Théâtre
Jusqu’au 8 avril 2017

Caligula