Ne manquez rien avec l’infolettre.
E-Tron Records : Flection Big Sky, FET. NAT.
Musique

E-Tron Records : Flection Big Sky, FET. NAT.

Né d’un calembour malheureux, E-Tron Records se révèle la plateforme idéale pour offrir à l’art rock régional une vitrine unique. Rencontre avec trois de ses acteurs principaux, Olivier Fairfield, Pierluc Clément et Jean-François Nault, membres de la formation FET. NAT.

Ce jour-là, j’étais en retard. Le type de décalage post-Nouvel An qui frappe la majorité d’entre nous à la suite de soirées trop bien arrosées et d’une merveilleuse succession de matinées qui se révélaient, la plupart du temps, grasses et copieuses. Quinze minutes de retard. À mon arrivée au resto spécialisé en huîtres et fruits de mer Whalesbone de la rue Bank, les gars de FET. NAT. brillaient par leur absence. Soupir de soulagement.

Quelques minutes après m’être assis à une table au fond de l’établissement, je vois Olivier Fairfield se pointer le bout du nez. Multi-instrumentiste talentueux et respecté tant à Gatineau qu’à Ottawa, il a pris part, au fil des 10 dernières années, à une foule de projets artistiques couronnés de succès (musique de la pièce de théâtre Écume du Théâtre du Trillium, participation à l’album Crooked Smiles d’André M. Bluteau, réalisation du nouvel album du Mehdi Cayenne Club), ce qui lui confère une place bien à lui au sein de la communauté artistique outaouaise. Poignée de main. On se commande tous les deux un café. Discussion à propos de nos manques de sommeil respectifs. Sur l’entrefaite, Pierluc Clément et Jean-François Nault (respectivement guitariste et chanteur de FET. NAT.) font leur discrète entrée dans l’établissement. Salutations d’usage. Et on aborde rapidement le sujet d’E-Tron Records, ce label indépendant créé en ligne l’an dernier par une poignée de musiciens du Vieux-Hull.

"Au fait, je crois que le label a commencé tout d’abord par le nom. On trouvait ça drôle", dit Fairfield en spécifiant d’emblée qu’on doit prononcer E-Tron, à l’anglaise. Évidemment. "C’est Philippe Charbonneau [contrebassiste et membre de J’envoie] qui a été l’instigateur de la plateforme bandcamp et du blogue que l’on connaît maintenant. En même temps, moi, j’avais une foule de projets, tous différents les uns des autres, mais qui nécessitaient un contexte pour que je parvienne à les achever. FET. NAT. en était un, d’ailleurs."

"On désirait regrouper nos projets [FET. NAT., J’envoie, La mort à la mode, White Moustache Talk] dans un cadre bien précis, avec un aspect visuel singulier qui allait, par le fait même, devenir un point de vente pour ceux qui veulent se procurer non seulement notre musique, mais aussi l’art qui vient avec. D’où le fait qu’on ait décidé de faire paraître des cassettes. Parce qu’on aime le produit et parce qu’on aime l’objet comme tel", dixit Fairfield, au sujet du format quasi archaïque privilégié par E-Tron. "La cassette reste une curiosité et attire le regard."

Issu de la scène musicale de la ville de Québec (il évolue, notamment, au sein des Junkyard Dogs), mais résidant de Gatineau depuis maintenant tout près de cinq ans, Jean-François Nault, dont la patience semble avoir été drôlement échaudée dans le passé, émet un autre son de cloche. "E-Tron est un front. Ce que j’entends par là, c’est que c’est un label qui offre un moyen de diffusion comparable aux petits bands qui sont sous contrat avec une étiquette comme Bonsound ou Indica. La seule différence, c’est que les gens qui t’entourent, ce sont tes acolytes, pis c’est fait avec sincérité. Tsé, y’en a des artistes pop émergents qui du jour au lendemain se mettent à faire une tournée dans les Saint-Hubert du Québec tout en sachant très bien que ça ne fonctionnera pas, mais si le cash est là, ils le feront quand même. Moi, je sais qu’avec E-Tron, je vais pas finir comme ça. C’est ma prime d’assurance qui vient respecter mes choix artistiques. Pis c’est à peu près temps qu’un truc comme ça se passe en Outaouais."

ooo

FET. NAT.: rock libre

FET. NAT. s’inscrit comme l’un des projets phares de E-Tron, et pour cause. Son art rock venimeux grafigne aux bons endroits, surprend par ses lignes mélodiques et met en relief le meilleur de ses membres. "Y’a trois ou quatre ans, Olivier et moi, on est allés enregistrer un projet guitare-batterie assez low-fi à la Vieille Caserne de Hull, explique Pierluc Clément. C’est ce tape qui a donné naissance à E-Tron. À l’époque, on avait tenté d’y inclure de la voix et je crois que c’est ce qui a tué le projet la première fois, jusqu’à ce que J.-F. entende ce qu’on avait fait."

Le chanteur Jean-François Nault acquiesce. "J’ai toujours chanté avec la basse, mais là, je me fie au drum et ça m’a donné une grosse dose de confiance. Ça sonne pour vrai. J’ai jamais eu l’intention de faire du top 40, pis avec FET. NAT., je suis servi. Y’a une façon de faire sonner le rock, qu’il soit fait comme tu voudras. Nous, on n’est pas affiliés à un diffuseur, donc on a la liberté de faire ce qu’on veut."