Ne manquez rien avec l’infolettre.
Musique

Catherine Ringer : Rita Ringer

Catherine Ringer passe à l’étape post-Rita Mitsouko avec un premier album solo fort réussi.

Notre dernière rencontre avec Catherine Ringer remonte à l’été 2008, peu de temps avant son concert aux Francos. Son conjoint et complice de toujours Fred Chichin était décédé quelques mois plus tôt et c’est une femme fragile et blessée que nous avions eue au téléphone. En larmes, elle nous avait conté sa tristesse et sa solitude. Aujourd’hui, c’est une Catherine Ringer plus solide et sereine que nous avons rencontrée. La chanteuse, qui vient tout juste de faire paraître Ring n’Roll, un premier album solo depuis le dernier des Rita Mitsouko, Variéty (2007), est confiante et déterminée.

Ring n’Roll est assez surprenant. Varié, audacieux, léger et poignant, notamment la chanson Mahler en hommage à son cher disparu, ce compact surpasse plusieurs disques des Rita. En fait, il n’y a pas grand différence entre cet album et les autres du duo pop. "Fred est très présent sur ce nouveau disque, admet Catherine Ringer. Mais il faut savoir qu’avec Les Rita, je m’impliquais beaucoup dans les musiques et les arrangements. Donc, on retrouve évidemment un peu de l’ambiance Rita même si Fred n’est plus là. Je pense que bien des gens vont réaliser que mon rôle au sein des Rita était plus important!"

Malgré la peine qu’elle vivait, malgré le désir de tout laisser tomber, Catherine Ringer est restée à l’avant-scène, multipliant les concerts de cette tournée Variéty. Puis, avec l’aide de fidèles complices dont le réalisateur Mark Plati et le batteur Mark Kerr, la dame a exorcisé ses démons en se mettant à l’écriture de nouvelles chansons. "Mark Plati m’a beaucoup encouragée à refaire de la musique, il m’a sortie de ma torpeur. J’ai donc laissé aller ma fantaisie et j’ai écrit, écrit, écrit."

Il y a beaucoup de styles différents sur ce Ring n’Roll. Chaque titre a sa couleur, porté par la voix toujours étonnante de la chanteuse. Une pop moderne et bigarrée, fantaisiste et ludique, mais aussi torturée et émouvante. "Je voulais écrire un hommage à Fred, mais je ne savais pas comment le faire sans lui. Alors j’ai retravaillé cette musique que nous avions composée autour de la Symphonie no 5 de Mahler, et à ma grande surprise, cela a fonctionné. Le texte m’a demandé une journée complète d’écriture et je suis arrivée à l’enregistrer sans m’écrouler. C’est la seule pièce en hommage à Fred sur ce disque, même si certaines autres chansons, Vive l’amour, Si un jour et Prends-moi, peuvent laisser croire le contraire. J’ai aussi retravaillé Rendez-vous, une chanson inédite que nous avions faite avec le musicien japonais Coba en 1998. Puis on est allé mixer tout ça à Los Angeles avec RZA. J’avais envie d’ajouter un côté dansant à mes chansons et aussi des ambiances plus éthérées. Ça peut paraître étonnant de travailler avec RZA, mais avec Les Rita, on a toujours aimé les confrontations avec des musiciens évoluant dans d’autres sphères."

Pour le concert qu’elle présentera à Montréal dans le cadre des FrancoFolies en juin, Catherine Ringer sera accompagnée sur scène par son fils Raoul, qui remplace son père à la guitare. Si Ring n’Roll sera à l’honneur, la chanteuse souligne tout de même qu’elle ne peut pas faire de concerts sans reprendre quelques titres des Rita!

Catherine Ringer
Ring n’Roll
(WEA)
En vente le 24 mai

À écouter si vous aimez /
Les Rita Mitsouko, Étienne Daho, Elli & Jacno