Ne manquez rien avec l’infolettre.
Musique

Le K6A lance son disque : Sélection naturelle

Le collectif hip-hop K6A lance finalement un album au contenu – et à la distribution – original.

Après les 36 chambres du Wu-Tang Clan, voici les 22 ratons du K6A, regroupement à géométrie variable qui réunit autant des artistes graffiteurs que des rappeurs. «Le chiffre exact est nébuleux!» glisse le MC PDox au passage. «On surnomme le K6A les 22 Raccoons parce que ça sonne super bien et parce que ça fait un peu mythique!» ajoute-t-il avant d’éclater de rire. Contrairement au groupe mythique de la côte Est, par contre, le K6A s’est formé naturellement au fil des 11 dernières années. «On n’a pas fait de sélection, de recrutement ou encore de repêchage comme RZA avec le Wu-Tang!»

La légende – qui demeure aussi méconnue pour PDox – veut que la troupe créée par Saer, Osti One et Monk.e ait trouvé son nom… sur une enveloppe. «Apparemment, Saer travaillait dans une shop d’autos ou dans un bureau de poste; dans un endroit où il voyait passer beaucoup de courrier, en tout cas. Pis comme graffeur qui joue avec les lettres et les chiffres, il a été interpellé par un code postal commençant par K6A (“Kossé ça?”).» Des années – et plusieurs nouveaux membres – plus tard, le collectif dévoilera Polalbom en 2011, un préambule à Kosséça, premier album officiel lancé la semaine dernière.

Porter la musique?

Production enregistrée par les rappeurs de la meute lors de soirées, à raison d’une pièce par rassemblement, Kosséça est mis en marché d’une façon rarement vue au Québec. «En fait, il n’y a pas d’exemplaires physiques du disque. C’est strictement numérique», explique PDox avant de mentionner que l’œuvre est en vente sur iTunes, bien sûr, en plus d’être offerte gratuitement à l’achat d’articles promotionnels de la bande (reproductions des illustrations accompagnant les chansons, vêtements sérigraphiés, etc.). «On cherche de nouveaux moyens, car le CD est en train de mourir. Cette façon-là, c’est un peu un test drive pour nous. On n’a rien à perdre!» confie le MC. «On est un collectif qui peut se charger aussi de sa propre facture visuelle, autant en profiter!» 

La force du nombre

Bien que le K6A demeure une énigme pour le grand public, l’identité des personnalités le formant, elle, fait vibrer de nombreux mélomanes depuis quelques années. Outre PDox, qui évolue en solo ainsi qu’en duo en compagnie de Jam, on y retrouve notamment le beatmaker en vogue KenLo Craqnuques, le rappeur et membre d’Alaclair Ensemble Maybe Watson ainsi que FiligraNn, l’hirsute maître de cérémonie des fameux WordUP! Battles. Lorsqu’on lui demande pourquoi les artistes du collectif retiennent tant l’attention, PDox pointe leur notoriété, mais aussi leur engagement. «Le K6A, il y a quatre ou cinq ans, était aussi talentueux, mais plus désorganisé. Je crois qu’on a réalisé qu’on vieillissait et qu’on voulait qu’il se passe de quoi, que ça ne demeure pas un hobby. Étant passionnés, on a poussé jusqu’au bout. Tu ne veux pas te réveiller à 35-40 ans pis te dire: “Hostie, j’aurais pu faire ça!” Ce n’est pas un bon feeling

Kosséça disponible au k6a.tv