Ne manquez rien avec l’infolettre.
Musique

Bam Margera : De passage au Woodstock Bar

Légendaire trublion du petit écran, Bam Margera appartient à cette catégorie de créatures médiatiques débiles qui fascinent autant qu’elles désolent (un sociologue perspicace arguerait sans doute que Bam fascine précisément parce qu’il désole). En s’entêtant à semer la terreur au domicile de ses parents, soulevant l’ire de sa pauvre mère, de son sympathique de père et de son abruti d’oncle, Margera infiltra, au détour des années 2000, la pop culture en compagnie de ses potes de la série Jackass, et la squatte depuis en multipliant les émissions dérivées.

Le rock et la provocation marchant main dans la main depuis que le monde est monde, Bam aura toujours cultivé de fidèles amitiés avec des groupes de guitares fortes; les fans de la téléréalité (visiblement scénarisée) Viva La Bam se souviendront avec émotion d’un épisode d’anthologie durant lequel les maîtres norvégiens du deathpunk Turbonegro envahirent le salon de Margera pour un concert incendiaire.

En compagnie de quelques membres de la formation-culte CKY, l’agitateur lançait récemment une tournée de concerts/happenings où se côtoient rouli-roulants et amplis assourdissants. Le premier single de la formation élégamment baptisée Fuckface Unstoppable, au sein de laquelle Bam-au-sourire-narquois s’improvise chanteur, est d’ailleurs une sur-mimétique reprise de l’hymne à la mort de Turbonegro, All My Friends Are Dead. On laisse son cerveau au vestiaire du Woodstock Bar dès 21h, le 11 mars prochain, pour le plaisir de repousser les frontières de la connerie. The Lost Skulls balanceront leur dirty nasty rock’n’roll, Pabst Blue Ribbon à la main, en lever de rideau. 

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie