Ne manquez rien avec l’infolettre.
Sociofinancement en musique : Pour des poignées de dollars
Sociofinancement

Sociofinancement en musique : Pour des poignées de dollars

Constats et avancées du sociofinancement en musique selon Guillaume Déziel, gérant de Misteur Valaire, ainsi que Marc-André Laporte, auteur et conférencier.

Des années après la parution web de In Rainbows de Radiohead, où le groupe culte invitait ses fans à télécharger l’œuvre contre une contribution volontaire, bon nombre de musiciens font fi des rouages d’antan de l’industrie du disque et optent pour de nouvelles stratégies afin de tirer leur épingle du jeu. Parfois avec succès, souvent à leur perte. Après le «payez ce que vous voulez», c’est au tour du sociofinancement – du financement de projets comptant sur les pairs plutôt que sur l’étiquette ou les différents paliers gouvernementaux – d’avoir la cote auprès de la gent musicale. 

C’est la faute à Richard Desjardins…

«Le sociofinancement prend du galon et ça ne dérougit pas», note d’emblée Guillaume Déziel avant de se rappeler les premières expériences de Misteur Valaire. «On a déjà fait ce que je surnomme à la blague l’opération « Richard Desjardins 2.0″», lance en rigolant le conférencier s’intéressant aux mouvances du genre en faisant référence à Les derniers humains, le fameux album du chanteur qui a été produit grâce à la contribution de centaines de fans et de proches. «En novembre ou décembre 2009, on avait lancé une prévente de l’album Golden Bombay. On a vendu 629 forfaits à 35$ sur une période de six, sept mois et nous sommes allés chercher ce financement-là, soit plus de 20 000$. C’est là qu’on a compris qu’il n’y avait rien de mal à piler sur son orgueil!»

Marc-André Laporte, auteur derrière le site donnetamusique.com et la série de bouquins 1000 choses à faire pour réussir sa stratégie musicale, souligne du même coup le changement de paradigme qui s’opère entre le créateur et le public lorsqu’il est question de sociofinancement. «Si je te donne un truc, je ne suis pas redevable. Si jamais tu l’écoutes ou tu le lis et que tu n’aimes pas ça, ça se termine là. Je ne te dois rien», fait-il valoir en abordant l’offre de contenu selon une contribution volontaire, voire gratuite. «Imagine maintenant si t’investis en moi et que, ce que je fais, c’est de la chnoute! Le défi est plus gros avec le sociofinancement, autant du côté du créateur que du bailleur de fonds. Ça implique une relation beaucoup plus « sérieuse » entre le fan et l’artiste.»

Quand Björk mord la poussière  

Si le sociofinancement sied bien localement à Misteur Valaire ou encore à des artistes internationaux à la Amanda Palmer (chanteuse des Dresden Dolls qui a cumulé plus d’un million de dollars grâce au site kickstarter.com pour financer son album solo Theatre Is Evil), bon nombre de démarches du genre connaissent des ratés. Billboard rapportait plus tôt cette année que 45% des projets soumis à la fameuse plateforme n’aboutissent pas et des stars de la trempe de Public Enemy ont dû revoir leur demande à la baisse. On se rappellera que la troupe rap avait fait appel au public pour réclamer 250 000$ afin d’enregistrer un nouveau CD… et a finalement dû s’en remettre à un plan B chiffré à 75 000$. Björk, de son côté, a dû débourser davantage pour la production d’une version Android de son application Biophilia, parue des mois auparavant sur la boutique iTunes. Le peu d’intérêt des maniaques de musique a voué sa campagne à l’échec.

«Ça peut être un bon reality check avec tes fans!», résume Laporte en abordant les bides dans le domaine. «Dans ces cas-là, soit ton plan est mal monté, soit tu n’as pas autant d’admirateurs que tu croyais ou tu as été trop gourmand.» Déziel abonde dans le même sens. «Lorsqu’il est question de sociofinancement, les gens veulent avoir l’impression qu’ils contribuent à une cause. C’est ce qui fait que ça fonctionne ou pas.» Et à en juger l’accueil particulièrement froid réservé à The Vinyl Project, une plateforme de sociofinancement lancée par l’étiquette majeure Universal et sur laquelle les mélomanes seront invités à financer en partie la réimpression de vinyles rares, tout porte à croire que le gérant a raison. «Quand on a l’impression que ça tient davantage d’un coup de marketing ou d’un racket, je crois que les gens vont voir ailleurs.»

Dégénérations (pas la chanson de Mes Aieux)

Bien que, selon les deux spécialistes, l’industrie musicale locale ne soit pas en phase avec ces mouvances web, les créateurs et le public, eux, s’en tirent à bon compte. Après avoir rappelé le succès de la campagne de l’acteur et cinéaste David La Haye ainsi que l’appui moral et pécuniaire des Québécois pour Claude Robinson, Guillaume Déziel déplore le manque de synergie entre les pairs, l’industrie et le gouvernement lorsqu’il est question du financement de la culture. «On sent que ça se passe, mais également que l’industrie de la musique ne va pas dans cette direction, tout comme les subventions. Il n’y a toujours pas de clause, par exemple, disant que le gouvernement va offrir 20 000$ si l’artiste va chercher une somme semblable de son côté. D’un point de vue industriel, je ne suis pas sûr que l’ADISQ, par exemple, verrait ça d’un bon œil, car c’est encourager la multiplication des artistes autoproduits alors que ces organisations veulent davantage concentrer les artistes auprès de producteurs établis.» 

Marc-André Laporte y voit également un choc des générations. «Il y a deux vagues: les jeunes créateurs autonomes qui poussent leur stock de cette façon et qui font leur argent de nouvelles manières… et les autres; l’ancienne garde. Et ça va encore continuer ainsi pendant un bon moment, car le Québec accuse un certain retard là où les gros montants en musique sont investis par rapport à l’Europe et les États-Unis.»

Fan-club 2.0 

Bien que sa bande soit loin de bouder le sociofinancement, le gérant de Misteur Valaire confie tout de même qu’il se concentre désormais sur Ghoster, une nouvelle plateforme de sa création permettant aux mélomanes de «s’abonner» à leurs artistes favoris et de financer les activités des groupes en mode continu en versant un montant mensuel en échange de chansons, capsules vidéo et autres exclusivités. «Je suis super satisfait», s’exclame Déziel. En dépit du nombre d’abonnés actuels (dans les centaines, selon Guillaume) encore en deçà de l’objectif initial de 3000 membres, l’opération va bon train. «Avec 3000 personnes qui te donnent 9$ par mois, ça fait 27 000$. Avec ça, on peut payer, par exemple, la location du bureau, du studio, le salaire du staff, etc. Nous sommes en version bêta. On teste l’affaire, on apprivoise la bête.»

Marc-André Laporte, de son côté, demeure sceptique, surtout lorsqu’il est question de musiciens se limitant qu’au terroir, mais l’auteur est quand même intéressé. «Le Québec demeure un petit village. Pour moi, l’abonnement doit avoir un certain sentiment d’exclusivité. Est-ce viable au Québec? Peut-on vraiment créer un tel sentiment, créer une telle relation entre un artiste québécois et son public? Sommes-nous déjà trop près dans notre petit marché pour créer un tel sentiment, pour que ça ait un impact assez significatif pour monnayer cette relation? Ça vaut une bonne réflexion!»