Ne manquez rien avec l’infolettre.
Artistes 2013 – Klô Pelgag : La belle bête
On emballe 2013 - Coups de coeur de l’année

Artistes 2013 – Klô Pelgag : La belle bête

Des années après avoir galéré dans la marge de la marge avec sa pop rococo étoffée, Klô Pelgag a connu une année 2013 diablement captivante grâce à son Alchimie des monstres.

En 2012, Klô Pelgag dévoilait un premier maxi destiné à un large public après avoir lancé un album gravé distribué à trop petite échelle. Un premier «bip» pour monsieur et madame Tout-le-monde, donc, qui exposait déjà le couple anonyme à l’univers iconoclaste de la chanteuse. En compagnie de son frère Mathieu, Klô déposait quelques pièces où l’incroyablement beau côtoie diablement le sombre sans heurt, ni prétention. En septembre dernier, l’artiste et ses musiciens en rajoutaient avec L’alchimie des monstres, un «premier-vrai-album» que la critique a littéralement dévoré.

Philippe Papineau, du Devoir, a dit de la parution qu’elle était «remplie d’images fortes et inquiétantes livrées sur des airs un peu hyperactifs baignés de cordes». Du côté de La Presse, Alain Brunet clamait que L’alchimie des monstres «nous en met plein la frimousse». Chez nous, on a salué l’œuvre d’un «Chapeau bas» et de quatre étoiles bien senties. «Mon frère a toujours cru au projet et les musiciens, eux, sont très contents, mais je pense que c’est moi qui ai été le plus surprise», révèle la chanteuse en revenant sur la réception du LP. «Je savais qu’en sortant cet album-là, il serait critiqué. Je me préparais donc à me faire basher! On sait jamais, t’sais!»

Anatomie d’une «bébitte» 

Bref, des jours après la parution du disque, les critiques sont dithyrambiques alors que les épithètes cernant l’artiste sont nombreuses et particulières pour qualifier L’alchimie des monstres, mais aussi les concerts de Klô Pelgag qui empruntent autant au récital – tantôt baroque, tantôt pop – qu’au théâtre absurde… bien malgré les intentions de la principale intéressée. «Beaucoup de personnes « comprennent » ce que je fais, alors que d’autres accrochent fortement qu’à un aspect. Plein de monde mentionne que je suis « colorée » ou une « bébitte extraterrestre ». « Colorée » me fait beaucoup rire. Il y a quand même une partie de ce que je fais qui est très sombre! Ça parle beaucoup de la mort ou encore du corps, mais je ne me trouve pas vraiment bizarre. J’aime juste m’amuser!» Ainsi, les facéties devant public de l’interprète ne sont ni étudiées, ni considérées. «Je n’évalue pas comment je me « présente », parce que j’ai beaucoup de misère à comprendre l’humain, ses relations et ses non-dits, de toute façon! Alors je ne m’embarque pas dans des réflexions à la « Si je fais telle affaire, j’aurai l’air de ça ou, mieux encore, j’aurai l’air cool! »»

À l’agenda en 2014

Évidemment, le ravage se poursuivra l’année prochaine alors que le spectacle de L’alchimie des monstres traversera la province ainsi que la France, là où l’album sera lancé en février. À ce jour, quatre séjours de concerts chez les cousins sont prévus en 2014. «Ça se passe bien. Ça colle bien, en fait! Je n’ai jamais eu un agenda aussi préparé d’avance!», conclut-elle, tout sourire.

klopelgag.com

Top 2013 de Klô Pelgag 

Arts visuels: Mox Nox de Joan Cornellà

Mox-Nox-2e«Cette année, j’ai passé beaucoup de temps dans des librairies d’art et j’ai aussi découvert Joan Cornellà. C’est un illustrateur qui a fait paraître un livre qui se nomme Mox Nox. C’est de la BD d’apparence anecdotique, mais les punchs sont particulièrement drôles et cruels!»

Cinéma: La vie d’Adèle

«J’ai aimé ça… malgré tout. J’ai trouvé le jeu des actrices plus réaliste que certaines conversations que de vraies personnes peuvent avoir ensemble, même. C’était magnifique.»

Musique: VioleTT Pi – eV (L-A be)

«C’est un monde à lui seul! Il a un vocabulaire qui lui est propre – ce qui est quand même très rare – en plus d’avoir un esthétisme assez unique au Québec. Il fait aussi preuve de beaucoup d’audace et il a une grande force, musicalement parlant.»

Top 2013 d’André Péloquin

Louis-Philippe Gingras – Traverser le parc (Simone Records)

Déjà, au premier degré, Gingras livre un disque de folk rock aux mélodies soignées et aux textes gossés sans prétention avec un canif particulièrement affilé. Puis, lorsque la «traversée du parc» prend tout son sens, on se retrouve happé. Mon album de l’année, tout simplement.

STRFKR – Miracle Mile (Polyvinyl)

Un troisième album tout en subtilité pour l’inclassable combo électro-rock-folk-psychédélique américain!

Granville – Les Voiles (Universal)

J’aimerais beaucoup faire mon intéressant et glisser le maxi d’un artiste post-rap post-apocalyptique de la post-Islande, mais ça serait occulter le fait que l’essentiel de mes road trips de l’année s’est déroulé au doux son du pop rock irrésistiblement bonbon de ce groupe français. Puis bon, côté rap, on mentionne déjà Alaclair Ensemble dans notre guide d’achat. Un m’ment d’nné, ça va faire!