Babymetal / Heavy Montreal : Miel et venin
Musique

Babymetal / Heavy Montreal : Miel et venin

Projet musical du Japon alliant mélodies métal toxique et sonorités (voire emballage) pop mielleuse typiquement nippones, Babymetal fascine autant qu’il dérange. Autopsie d’un phénomène.

Métal académie

Projet issu de la cuisse gauche de Sakura Gakuin, une formation de pop nippone réunissant des «idoles» (de jeunes artistes «façonnés» par des agences pour plaire au public japonais adolescent), Babymetal regroupe, depuis sa création en 2010, Moa «Moametal» Kikuchi (15 ans) ainsi que Yui «Yuimetal» Mizuno (15 ans) et Suzuka «Su-metal» Nakamoto (l’interprète principale âgée de 16 ans). Ces «idoles»  qui sont autant chanteuses que danseuses et mannequins  sont accompagnées par une troupe de musiciens métal et par une boîte de gérance qui veille au grain afin d’entretenir le «buzz»  ainsi que le secret – autour de la bande.

De l’étrangeté au succès populaire

«On tente de mettre de l’avant une musique métal sans précédent», lance tout d’abord Key «Kobametal» Kobayashi, gérant de Babymetal et producteur chez Amuse inc., une entreprise de divertissement derrière les carrières de plusieurs groupes pop japonais dont Sakura Gakuin. Si l’échange de courriels  questions en anglais, réponses en japonais puis traduites dans la langue de Shakespeare  s’est entamé de façon grandiloquente, Kobayashi se fait plus modeste en revenant sur les balbutiements de Babymetal.

Alors que le trio intrigue, voire fascine, toujours l’industrie européenne et nord-américaine (leur pièce Gimme Chocolate a été visionnée plus de 13 millions de fois sur YouTube; le collectif a été embauché pour assurer la première partie d’une série de concerts de Lady Gaga, etc.), Babymetal s’est imposé chez lui depuis et rejoint maintenant la masse. «À leurs débuts, plusieurs Japonais trouvaient également que la musique de Babymetal était “bizarre”, mais elle est maintenant beaucoup mieux reçue», confie Kobayashi.

Les récents triomphes du projet en témoignent, d’ailleurs.

L’album homonyme, lancé en février dernier, s’est hissé jusqu’à la quatrième position du palmarès des ventes Oricon au Japon en plus d’avoir fait belle figure à l’international, ayant déjà occupé la deuxième place de la catégorie «musique du monde» du magazine Billboard. «Babymetal a également joué au Nippon Budokan à deux reprises, une des salles de spectacles les plus prestigieuses du Japon. C’est d’ailleurs les artistes féminines les plus jeunes à y avoir tenu des concerts présentés à guichets fermés», poursuit «Kobametal», pas peu fier… et avec raison après vérification des faits.

«Pour le moment, les filles demeurent terre à terre», glisse le producteur, lorsqu’interrogé sur l’impact d’un tel succès sur des adolescentes. «Je crois qu’elles réaliseront toute l’ampleur qu’a pris Babymetal au fil de la tournée mondiale actuelle.»

Rencontre des genres… et des controverses

Bien que le heavy métal n’en soit pas à sa première rencontre des styles musicaux (pensons à Mötley Crüe ainsi qu’à leurs congénères glam ou encore à Bodycount  le violon d’Ingres métal du rappeur Ice-T  qu’on retrouvera également à Heavy Montréal), Babymetal s’attire quand même les foudres de nombreux puristes… surtout depuis que les interprètes ont confié en entrevue qu’elles n’avaient aucun intérêt pour le genre avant leur inclusion dans le projet. Heureusement pour elles, le vent tourne.

De plus en plus d’observateurs de la scène concèdent que le produit est, bien que tendancieux, accrocheur et pourrait potentiellement rajeunir le public cible. Le chroniqueur Yanick «Klimbo» Tremblay, par exemple, signait un billet de blogue à ce sujet sur Voir.ca au début du mois liant notamment Babymetal à un autre groupe au visuel fort. «Nous ne sommes pas tous nés avec un t-shirt de Slayer sur le dos, après tout. Il faut que le tout commence quelque part», écrit-il, avant d’ajouter: «Moi, quand j’avais 5 ans, c’était Kiss qui faisait notre éducation musicale avec [sa] dimension théâtrale, [son] côté ludique, [ses] chansons enjôleuses mais lourdaudes, [ses] pochettes qui nous donnaient la frousse et un marketing infernal basé sur l’image du groupe. C’était la fusion entre l’univers Marvel et le rock!»

Même la vieille garde en pince, à en juger les récentes photos retrouvées sur les réseaux sociaux où le trio s’affiche, bras dessus, bras dessous, avec Kerry King et Gary Holt de Slayer ainsi que Kirk Hammett de Metallica. «L’été dernier, Babymetal participait au festival Summer Sonic où Metallica jouait également. Elles ont été littéralement secouées par l’aura que dégagent ces derniers», confie le gérant au passage.

Chez Amuse inc., on se réjouit bien évidemment de ces retombées, mais aussi de la combinaison d’éléments menant à celles-ci. «Je crois que le succès actuel de Babymetal provient de plusieurs choses», note Kobayashi. «Il y a la musique, mais aussi le concert avec ses chorégraphies, ses costumes, voire les “personnages” que sont les interprètes sur scène. Babymetal est une somme d’éléments, mais aussi d’opportunités pour s’enticher du projet; car il y a plusieurs façons d’apprécier le groupe.»

Paroles de renard

Puis, lorsqu’on demande à Key Kobayashi si son entreprise envisage Babymetal comme un projet de longue haleine ou un feu de paille (comme plusieurs carrières d’«idoles» japonaises), il revient toutefois au «spin» médiatique… qui demeure quand même rafraîchissant: «Nous ne pouvons prédire le futur, car Babymetal est mené par la prophétie du renard», conclut-il, en faisant référence aux qualités prophétiques conférées à cet animal par le folklore japonais.

Une inspiration métal qui fait changement du bon vieux Satan, en effet.

——-

En concert le 9 août à Heavy Montréal. Le festival se tient le 8 août en ville, puis les 9 et 10 au Parc Jean-Drapeau. Programmation, détails et billets en vente sur heavymontreal.com.

Les offres sur Boutique.Voir.ca

Obtenez de 25% à 40% de plus dans ces établissements!