Ne manquez rien avec l’infolettre.
Musique

AIM: Viser juste

Le jeune festival de musique électronique AIM célèbre ses 3 ans d’existence avec une programmation plus ciblée et diversifiée.

Quand il a quitté ses fonctions chez Bonsound en 2013, François Lebaron avait en tête de démarrer un festival de musique électronique en dehors de Montréal, mais pas trop loin; un événement où le festivalier pourrait surtout vivre une expérience beaucoup plus significative que celle proposée par la grande majorité des festivals urbains. Il a donc retrouvé son ami Michel Tardif et lui a exposé son idée. «On a eu envie de créer un vrai festival de musique électronique immersif, avec camping, qui dure plusieurs jours. Il n’y avait pas ou presque rien de tel à l’époque», résume ce vétéran de la scène électronique montréalaise et fondateur du label Trigger Recordings. «On a cherché pendant plusieurs mois un site jusqu’à ce qu’on tombe sur celui du Parc Carillon à St-André-d’Argenteuil». Lieu historique qui commémore la bataille de Long-Sault durant laquelle Dollard des Ormeaux et ses hommes se sont tous fait massacrer et scalper par les Iroquois, ce site au bord de la rivière des Outaouais abrite 18 monolithes représentant chaque homme ayant péri lors de cet événement en mai 1660. «Il y a une vibe très spéciale là-bas, quelque chose de très techno qui fait aussi penser au site commémoratif de l’Holocauste à Berlin», ajoute le cofondateur du festival.

[vimeo]181803524[/vimeo]

Art Innovation Mouvement

DJ, producteur mais aussi promoteur et booker aguerri, François Lebaron a ébauché le concept de ce que serait AIM, trois mots en trois lettres: Art, Innovation, Mouvement. Encadré désormais de ses associés, le directeur artistique et principal booker de AIM a surtout cherché à se différencier des autres festivals électroniques en région tels que Space Gathering, Eclipse et Valhalla Sound Circus. «Ce sont des festivals qui s’adressent principalement à la communauté trance. Et on ne voulait pas non plus tomber dans les gros shows EDM bonbons avec le public qui se plante devant la scène et ne danse pas. Ce n’est pas l’ADN de AIM, qui se veut plus artistique et immersif. On a quatre scènes, 32 heures de musique non-stop du samedi matin au dimanche soir, des foodtrucks, des petits bars, le camping, des ateliers… C’est tout cela qui nous différencie».

img_7538

Tout cela, certes, mais aussi et surtout la musique. Si la première édition de 2015 proposait une programmation stellaire quasi irréprochable (Four Tet, Jamie xx, Martinez Brothers, Kevin Saunderson, Tiga, Paranoid London…), le public ne fut toutefois pas au rendez-vous. «C’était excellent, mais on s’est planté, c’était trop pointu. On a réalisé qu’on ne pouvait pas vendre 10 000 billets à 50 minutes de Montréal avec une telle programmation», déplore Lebaron. «Pour la deuxième édition, on s’est réajusté avec une programmation qui ratissait plus large, ce qui nous a aidé un peu plus. Cette année, l’objectif est toujours d’avoir une programmation cutting edge mais qui couvre davantage d’horizons, c’est pourquoi on a ajouté une scène de trance underground. La trance est le style de musique électronique le plus populaire au Québec et au Canada donc on ne pouvait pas passer à côté de ce phénomène. Ultimement, on aimerait avoir six ou sept scènes de musiques électroniques variées, mais toujours de qualité».

Processed with VSCOcam with se3 preset
François Lebaron

AIM aime

Les incontournables de l’édition 2017 selon le directeur artistique de AIM? «Nastia sur la scène AIM. Elle est en pleine ascension. C’est une nouvelle Nina Kravitz si on veut. Nic Fanciulli, qui passe les ¾ de son année à jouer en B2B avec Carl Cox à Ibiza, sera à ne pas manquer de même que Lee Foss qui fera un live avec la chanteuse Anabel Englund. Ils vont jouer des morceaux de leur projet Hot Natured, duo dont les chansons ont fait le tour du monde. Au niveau trance, il y aura Simon Patterson en tête d’affiche ainsi que Ferry Tayle et Mark Sixma, des artistes qui sont très populaires auprès de la communauté trance. Sur la scène classic house, on pourra retrouver Doc Martin et Todd Terry. Quand à la petite scène Multi Culti, au bord de l’eau sous les peupliers, c’est sans doute notre préférée. C’est Thomas Von Party, cofondateur du label Multi Culti, qui s’est chargé de la programmation et de la décoration. Puis je ne peux passer sous silence les John Talabot, Tiefschwarz, Lee Jones – qui n’est jamais venu à Montréal- et bien sûr Âme et Henrik Schwarz qui vont démarrer le festival, tous les deux en version live», énumère Lebaron avant d’insister dans la foulée sur les prestations des nombreux artistes locaux, toujours bien représentés au festival AIM. «Il y a Monitors évidemment; The Revah Brothers, un duo récent de Montréal qui joue un genre de deep house assez particulier. J’ajouterais Atlassi; le vétéran Nathan Burns et Creator qui a cessé ses activités depuis cinq ou six ans et qui a accepté de faire un show exclusif pour AIM. L’ex-fondateur de Rave Montréal va terminer le festival avec un set de plus de 4h!».

aimexperience.com

Du 15 au 17 juillet au parc Carillon à St-André-d’Argenteuil